Merkinė (polonais : Merecz, Yiddish: מערעטש) est un village situé dans le Parc national de Dzūkija en Lituanie.

Merkinė
Merkine COA.svgFlag of Merkinė.png
Merkine church.jpg
Nom officiel
(lt) МеrkinėVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom local
(lt) MerkinėVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Municipalité
Capitale de
Coordonnées
Démographie
Population
1 228 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Géolocalisation sur la carte : Lituanie
(Voir situation sur carte : Lituanie)
Point carte.svg

HistoireModifier

 
Butte à Merkinė

La ville possède un château mentionné pour la première fois en 1359. La première église est construite de 1387-1392 par Vytautas le Grand et Władysław II. 

En 1569 la ville obtient les Droits de Magdebourg de la part de la République des Deux Nations

La ville était un lieu de villégiature pour Ladislas IV Vasa  et il y décède en 1648.

 
Bord de la rivière Nemunas à Merkinė

La première mention d'une communauté juive dans la ville remonte à 1539. Au XIXe siècle de nombreux érudits juifs viennent de la ville tels que Mordecai Melzer, Isaac Magolis et son fils Max Margolis, de l'Université de Californie[1]. Des années 1920 à la Seconde Guerre mondiale, la ville est sur le territoire polonais.

Le , 854 juifs de la ville et des villages voisins de Liepalingis, Liškiava et Seirijai sont assassinés dans une exécution de masse perpétrée par un einsatzgruppen de fascistes lituaniens[2]. Après l'occupation soviétique dans les environs de Merkine, les partisans lituaniens du district militaire de Dainava ont été actifs. Dans les villages autour de Merkine, les bataillons soviétiques de destruction ont brûlé 48 domiciles en tuant 37 personnes. 120 personnes ont été arrêtés[3]. La colline de croix de Merkine - le mémorial pour honorer ceux qui sont morts pour la liberté de Lituanie, a été créé en 1989[4].

EtymologieModifier

Le nom de la ville vient du celui de la rivière, Merkys, qui provient de merkti, le mot qui signifie "tremper" en lituanien[5].

 
La vue depuis la butte de Merkinė

Lien externeModifier

RéférencesModifier

  1. This article incorporates text from a publication now in the public domain, Herman Rosenthal and A. S. Waldstein (1901–1906). "Merech". In Singer, Isidore; et al. Jewish Encyclopedia. New York: Funk & Wagnalls Company.
  2. http://www.holocaustatlas.lt/EN/#a_atlas/search//page/1/item/33/
  3. (lt) Istorijai.lt, « Antroji Lietuvos sovietizacija », Istorijai.lt,‎ (lire en ligne, consulté le 22 novembre 2019)
  4. « Merkine Hill of Crosses | Place to visit | Visitdzukija.lt », sur www.visitdzukija.lt (consulté le 20 novembre 2019)
  5. (lt) Zinkevičius, Zigmas., Senosios Lietuvos valstybės vardynas, Vilnius, Mokslo ir enciklopedijų leidybos institutas, , 87 p. (ISBN 978-5-420-01606-0 et 5-420-01606-0, OCLC 218367883, lire en ligne)