Max Friedlaender (musicologue)

baryton, musicologue, professeur d'université

Max Friedlaender est un chanteur concertiste baryton, éditeur de musique et musicologue allemand né le à Brieg, dans la province de Silésie, en royaume de Prusse (aujourd'hui Brzeg, en Pologne), et mort le à Berlin[1]. Il s'est spécialisé dans le lied[2].

Max Friedlaender
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Friedländer2.jpg
Vue de la sépulture.

BiographieModifier

Friedlaender a étudié le chant avec des enseignants réputés comme Manuel Garcia junior à Londres et Julius Stockhausen à Francfort. Ils faisaient partie tous les deux de l'école du bel canto. Il s'est exécuté aux concerts populaires à Londres en 1880, puis, de 1881 à 1883, a vécu et travaillé à Francfort, et enfin s'est installé à Berlin en 1883. Il a obtenu un doctorat de l'Université de Rostock en 1894 avec une thèse sur Franz Schubert, puis a enseigné à la Faculté de musique de Berlin à partir de 1894. Il a été directeur de la musique à Berlin en 1903.

Friedlaender a ensuite émigré aux États-Unis en 1911, où il a enseigné à l'Université Harvard. Il a été conférencier dans de nombreuses universités américaines. Il a succédé à Rochus von Liliencron à la direction du Book of National Songs for Men's Choirs initié par l'empereur Guillaume II en 1906. Dans les années vingt, il s'est impliqué dans la formation des Deutscher Volksliedarchiv. Le régime nazi a popularisé ces archives, qui convenaient à sa politique culturelle nationaliste, ce qui était ironique étant données les origines juives de Friedlaender.

Il a édité de nombreuses anthologies sur le lied, pour les Édition Peters, à Leipzig, contenant des œuvres de Robert Schumann, Felix Mendelssohn, Carl Loewe ou Ludwig van Beethoven, sept volumes de lieder de Franz Schubert, une collection de chansons populaires et un manuel choral. Certains volumes sont encore diffusés aujourd'hui. Au cours de ses recherches, il a découvert les manuscrits d'une centaine de lieder perdus de Franz Schubert, qu'il a publiés dans son édition intégrale. Son oeuvre principale est une étude en deux volumes sur les lieder allemands du XVIIIe siècle, éditée par Cotta à Stuttgart en 1902.

PublicationsModifier

  • 100 Deutsche Volkslieder, en anglais: 100 German folk songs, 1885.
  • Gluck's Klopstocksche Oden, en anglais: Gluck's Klopstock Ode, 1886.
  • Ein Hundert Deutsche Volkslieder, en anglais: 100 German folksongs, 1886.
  • Beiträge zur Biographie Franz Schuberts, en anglais: Schubert Biographical Researches, 1887.
  • Beethoven's Schottische Lieder, en anglais: Beethoven's Scottish Songs, 1889.
  • Chorschule, en anglais: Choral Manual, 1891.
  • Wiegenlieder, en anglais: Cradle songs, 1894.
  • Gesänge von Beethoven, en anglais: Songs of Beethoven, 1896.
  • Goethe's Gedichte in der Musik, en anglais: Goethe's poems in Music, 1896.
  • Haydn's Canons, 1899.
  • Beethoven's Klavier-Rondo, 1900.
  • Das deutsche Lied im 18. Jahrhundert, 2 volumes, en anglais: The German song in the 18th century, 1902.
  • Brahms’ Lieder. Einführung in seine Gesänge für eine und zwei Stimmen, 1922[3].

BibliographieModifier

  • (de) Hans Joachim Moser, Friedlaender, Max, in: Neue Deutsche Biographie.
  • (en) Arthur Eaglefield Hull, A Dictionary of Modern Music and Musicians, Dent, Londres, 1924.
  • (en) P. V. Bohlman, Landscape, Region, Nation, Reich, German Folk Song in the nexus of National Identity, in: Celia Applegate, Music and German National Identity, Université de Chicago, 2002.

RéférencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Max Friedlaender (musicologist) » (voir la liste des auteurs).
  1. (de) Max Friedlaender, sur la version allemande de Wikisource.
  2. Max Friedländer, sur le Dictionnaire de la musique Larousse.
  3. Brahms' Lieder, par Max Friedlaender, AMS Press, 1976, 263 pages, sur le site Google Books.

Liens externesModifier