Ouvrir le menu principal

Maurice Amman

officier de marine français
Maurice Amman
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire

Maurice Amman (Saint-Maur-des-Fossés, -Paris, ), est un officier de marine français.

Sommaire

BiographieModifier

Il entre à l'École navale en octobre 1923 et en sort enseigne de 2e classe en octobre 1925. Enseigne de 1re classe (octobre 1927), lieutenant de vaisseau (octobre 1931), il sert sur le contre-torpilleur Tigre et est affecté en 1940 sur le cuirassé Jean-Bart à Saint-Nazaire qui parvient à gagner Casablanca à la barbe des Allemands.

Capitaine de corvette (décembre 1940) sur le contre-torpilleur Albatros, il participe aux combats de Casablanca en novembre 1942 puis commande l'aviso La Boudeuse (avril 1943) avant d'être affecté en avril 1944 au cabinet de l'amiral Lemonnier. Nommé chef d'état-major général de la marine et capitaine de frégate (juillet 1944), il commande le contre-torpilleur Hoche en 1946.

Capitaine de vaisseau (juillet 1949), il est membre de la délégation française du comité permanent du Comité militaire du Pacte atlantique en 1950 et dirige en 1951 le croiseur Jeanne d'Arc ainsi que l’École d'application des enseignes de vaisseau.

En 1952, il est chargé du bureau des affaires alliés à l’État-major général et devient contre-amiral en septembre 1955. Nommé attaché naval à Londres puis vice-amiral (septembre 1959), il commande l’École de guerre navale et devient préfet maritime de Cherbourg. En octobre 1960, il est promu commandant supérieur de la base stratégique de Bizerte et doit faire face en juillet 1961 à la crise franco-tunisienne, ce qui lui vaut des marques de reconnaissance de la part du Général de Gaulle.

Vice-amiral d'escadre (octobre 1961), préfet maritime de Brest (décembre 1961) puis amiral (octobre 1964), il prend sa retraite en novembre 1965.

En 1967, il fonde la Société nationale de sauvetage en mer. Membre de l'Académie de marine qu'il préside en 1975-1976, Amman est aussi le fondateur du Cercle de la mer à Paris.

DistinctionsModifier

  • Chevalier, Officier, Commandeur puis Grand-Officier de la Légion d'Honneur, son dossier n'est pas encore disponible dans la base Léonore[1].
  • Grand Croix de l'Ordre National du Mérite[2], titulaire de la Croix de guerre 39-45 et de la Croix de la Valeur militaire[3].

BibliographieModifier

  • Jacques Lafitte, Stephen Taylor, Qui est qui en France, 1988, p. 132
  • Étienne Taillemite, Dictionnaire des marins français, Tallandier, 2002, p. 14  
  • Hubert Granier, Histoire des marins français, 2008, p. 95

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier