Ouvrir le menu principal

Pogrom anti-Tamoul
Type Pogrom, Décapitation, Incendie, Attaque au couteau
Date -
Revendications Peuple cingalais
Bilan
Morts 300-1500[1],[2]

Le pogrom anti-Tamoul de 1958, aussi connu sous le nom des émeutes de 1958, fait référence aux premières émeutes anti-ethnique d'ampleur sur toute l'île[2],[3],[4],[5],[6], prenant pour cible la minorité tamoule dans le Dominion de Ceylan, après son indépendance à la Grande-Bretagne en 1948.

Les émeutes ont duré du au , même si quelques émeutes ont continué d'arriver même après la déclaration d'état d'urgence déclaré le . L'estimation des meurtres[7] s'est fait sur le décompte des cadavres, et s'élève entre 300 à 1500 morts[2]. Même si la majorité des victimes était tamoul, beaucoup de civils cingalais ont été tués par d'autres cingalais parce qu'il donnait refuge à des Tamouls, et par des Tamouls, par vengeance dans les villes de Batticaloa et Jaffna[8].

Ces émeutes étaient les premières émeutes anti-ethnique de grande ampleur depuis 40 ans. Elles ont détruit la confiance que les communautés avaient l'une pour l'autre.

Sommaire

ContexteModifier

En 1956, Solomon Bandaranaike est arrivé au pouvoir à Ceylan, en misant sur la mentalité nationaliste cingalaise. Le nouveau gouvernement a adopté la Sinhala Only Act (en), faisant de la langue cingalaise la seule langue officielle du pays. La loi a été adopté malgré le fait que près d'un quart de la population ceylanaise utilisait la langue Tamoul comme langue principale. La loi a immédiatement déclenché le mécontentement parmi les Tamouls, qui ont perçu leur langue, leur culture et leur position économique comme étant de plus en plus menacés[9].

En signe de protestation, les politiciens tamouls du Ilankai Tamil Arasu Kachchi ont lancé une campagne satyagraha (Résistance non-violente). Cela a amené des tensions communautaires et à la mort de plus de 150 Tamouls dans les émeutes de Gal Oya dans l'est du pays[1]. Finalement, Bandaranaike a entamé des négociations avec eux et le parti politique tamoul fédéraliste, et a accepté le pacte Bandaranaike-Chelvanayakam (en) de 1957, qui aurait fait du tamoul la langue administrative dans les régions du nord et de l'est du Tamoul. Mais il fut contraint d'annuler le pacte sous la pression de certains nationalistes cingalais et de quelques moines bouddhistes extrémistes.

Des membres du parti politique de droite conservatrice de l'United National Party organisa alors une « Marche sur Kandy » dans le but de faire annuler ce pacte. Cette marche est dirigée par le futur 1er président du Sri Lanka J.R. Jayawardene[9],[10],[11].

Pendant ce temps, 400 travailleurs tamouls ont été licenciés lorsque la Royal Navy britannique a fermé sa base à Trincomalee. Le gouvernement a proposé de les réinstaller dans le district Polonnaruwa, mais cela a mis en colère la population cingalaise locale, qui a commencé à former des gangs et à menacer tous les migrants tamouls venant s'installer dans la région[12].

PogromModifier

Massacres dans les trainsModifier

Le Federal Party devait organiser une convention à Vavuniya. Des extremistes cingalais ont décidé de perturber l'evenement en attaquant les membres du parti qui voyagent en direction de Vavuniya par train. La station de Polonnaruwa a été la première à être attaquée, le . La nuit suivante, un train de Batticaloa a été attaqué et deux personnes ont été tuées. Il s'est avéré plus tard qu'il n'y avait presque pas de Tamouls dans le train. La station de Polonnaruwa a été attaquée à nouveau le 24 mai et presque détruite.

Massacres dans les fermesModifier

Des bandes cingalaises ont attaqué des travailleurs tamouls dans des fermes de plantation de canne à sucre à Polonnaruwa. Les travailleurs tamouls ont fui lorsqu'ils ont vu l'ennemi s'approcher et se sont cachés dans les buissons de canne à sucre. Les foules cingalaises ont cependant mis le feu à la canne à sucre et chassé les Tamouls. À leur sortie, des hommes, des femmes et des enfants ont été abattus avec des épées et des couteaux, ou réduits en morceaux sous des massues. Ceux qui ont fui ont été matraqués ou frappés à la machette. À Hinguarkgoda, des émeutiers ont déchiré le ventre d'une femme enceinte de huit mois, et l'ont laissée saigner à mort[13]. Il a été estimé que 70 personnes sont mortes dans la nuit du 25 mai à Polonnaruwa[13],[14].

Polonnaruwa n'avait qu'une petite présence policière. Les demandes de renforts n'ont pas été entendues car le gouvernement semblait réticent à prendre au sérieux la situation dans la Province du Centre-Nord. Les policiers cingalais qui essayaient de protéger les Tamouls ont été attaqués par les foules; quelques-uns avaient de graves blessures à la tête causant leur mort. Les voyous ont montré une témérité qui était tout à fait sans précédent parce qu'ils avaient l'assurance complète que la police n'oserait jamais ouvrir le feu.

Le lendemain matin, une unité militaire de 25 hommes arriva, mais ont du faire face à une foule de 3000 civils cingalaise[15]. La foule s'est dispersée quand les soldats ont tiré dans le tas, tuant 3 personnes[15].

Massacres anti-Tamoul au niveau nationalModifier

Le , le Premier ministre Solomon Bandaranaike a déclaré que les émeutes avaient commencé avec la mort du maire de Nuwara Eliya D.A. Seneviratne la veille, en réalité les émeutes avaient commencé trois jours auparavant. Cela a attisé les flammes en donnant la responsabilité des émeutes aux Tamouls. Très vite, des bandes organisées ont commencé à battre les Tamouls à Colombo et dans plusieurs villes de banlieues, avec des magasins brûlés et pillés[16]. Les femmes tamouls étaient violées et leurs enfants jeté dans de l'huile bouillante[5].

À Panadura, dans l'est du pays, une rumeur[16] s'est répandu que les Tamouls avaient coupé les seins et assassiné une enseignante à Batticaloa, dans l'ouest. Pour se venger, une bande civile cingalaise a essayé de brûler le Kovil de la ville. Incapable de mettre le feu au bâtiment, ils ont sorti un prêtre brahmane et l'ont brûlé vif à la place[17]. Des enquêtes ultérieures ont prouvé qu'il n'y avait pas de professeur cingalaise de Panadura en poste à Batticaloa. Les bandes parcouraient Colombo, à la recherche de personnes qui pourraient être tamoules. La façon habituelle de distinguer les Tamouls de cingalais était de chercher des hommes qui portaient des chemises en dehors de leur pantalon, ou des hommes avec des oreilles percées, deux coutumes communes chez les Tamouls. Les personnes qui ne pouvaient pas lire un journal écrit en cingalais ont été battues et/ou tuées, et cela comprenait même des personnes cingalaises qui ont éduquées en anglais[18].

Un autre piège tendu par les bandes était de se déguiser en policiers. Ils disaient aux Tamouls de s'enfuir au poste de police pour leur sécurité. Une fois les Tamouls partis, les maisons vides étaient pillées et brûlées. Partout au pays, incendie criminel, viol, pillage et meurtre se propagent. La police d'État est accusée d'être complice, d'avoir attiser des émeutes à plusieurs endroits[2],[5]. Certains cingalais ont essayé de protéger leurs voisins tamouls, risquant souvent leur vie pour les abriter dans leurs maisons.

VengeanceModifier

Les Tamouls de l'est du pays ont mené quelques attaques pour se venger. À Eravur, les pêcheurs des deux communautés se sont battus au bord de la mer. Dans la même ville, les bandes tamouls ont dressé des barrages routiers, battant des automobilistes qu'ils ont cru être des cingalais. 56 cas d'incendies criminels et d'attaques ont été enregistrés dans le district Batticaloa[19]. Aucun décès n'a été signalé dans le district de Jaffna, mais certains marchands cingalais ont vu leurs stocks brûlés. Plusieurs cingalais ont été sévèrement battus, y compris des membres des partis marxistes, qui ont défendu la parité de statut. Une foule tamoule a détruit le temple bouddhiste Naga Vihare, qui a été reconstruit par la suite[20].

Réponse du gouvernementModifier

Pendant cinq jours, le gouvernement n'a rien fait. Enfin, le 27 mai, un état d'urgence a été déclaré. Le parti fédéraliste Ilankai Tamil Arasu Kachchi et le parti communiste Janatha Vimukthi Peramuna ont tous deux été interdits. La plupart des principaux politiciens tamouls du pays étaient des membres du Parti fédéraliste tamoul et ont ensuite été arrêtés. En deux jours, les militaires ont rétabli l'ordre à Colombo et, éventuellement, dans le reste du pays. Près de 12 000 réfugiés tamouls ont fui vers des camps près de Colombo. Le gouvernement a secrètement commandé six navires européens pour les réinstaller la plupart d'entre eux à Jaffna au début de juin. L'armée a finalement été retirée des zones civiles dans le reste du pays, mais est restée présente à Jaffna pendant 25 ans.

Le , la loi sur la langue tamoule (dispositions spéciales), qui prévoyait l'utilisation de la langue tamoule comme langue d'enseignement, comme moyen d'examen d'admission dans la fonction publique, pour la correspondance officielle et à des fins administratives dans les Provinces du Nord et de l'Est - a été adopté, remplissant substantiellement la partie du Pacte Bandaranaike-Chelvanayagam traitant de la question linguistique[21].

HéritageModifier

En tant que plus grande émeute à l'échelle nationale depuis plus de quarante ans, les événements de 1958 ont brisé la confiance que les communautés avaient les unes envers les autres[22]. Les deux groupes ethniques majeurs ont blâmé l'autre pour la crise, et sont devenus convaincus que tout autre compromis serait interprété comme un signe de faiblesse et d'être exploité. Ainsi, le chemin vers la guerre civile du sri lanka était clair. Le leader des LTTE Velupillai Prabhakaran, un petit garçon au moment des émeutes, a déclaré plus tard que ses opinions politiques ont été façonnées par les événements de 1958.

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. a et b « An evolving army and its role through time », The Sunday Times,‎ (lire en ligne) :

    « The outbreak of island wide ethnic violence from May 24–27, 1958, saw for the first time the deployment of military personnel under emergency proclamations throughout the entire island, where Colombo and the North and East of the country witnessed the worst violence leading to over 300 deaths. »

  2. a b c et d « Genocide Against Tamil People: Massacres, Pogroms, Destruction of Property, Sexual Violence and Assassinations of Civil Society Leaders », People's Tribunal on Sri Lanka (PTSL) (consulté le 8 mai 2015)
  3. « NPC Resolution on Tamil Genocide », TamilGuardian (consulté le 8 mai 2015)
  4. « History of the National Conflict in Sri Lanka », Sangam.org (consulté le 8 mai 2015)
  5. a b et c Massacres of Tamils(1956-2008), Chennai, Manitham Publications, (ISBN 978-81-909737-0-0), p. 15
  6. Narratives of Gendered Dissent in South Asian Cinemas, New York, Routledge Publications, , p. 126
  7. Chattopadhyaya, H. Ethnic Unrest in Modern Sri Lanka: An Account of Tamil-Sinhalese Race Relations, p. 54
  8. Roberts, M. Exploring Confrontation: Sri Lanka: Politics, Culture and History , p. 331
  9. a et b Vittachi, T. Emergency '58: The Story of the Ceylon Race Riots , p. 2–8
  10. Bartholomeusz, T. Dans la défense du dharma: l'idéologie de la guerre juste au Sri Lanka bouddhiste , p. 93-94
  11. « DBS Jeyaraj, 'Kandy March de JR et l'histoire de' Imbulgoda Veeraya , The Nation , 4 novembre 2007. » https: //www.webcitation.org/5hLGWvnsa? Url = http: //www.nation.lk/2007/11/04/newsfe1.htm archive (consulté le 1er juin 2009)
  12. Vittachi, T. Emergency '58: The Story of the Ceylon Race Riots , p. 10
  13. a et b Vittachi, T. Emergency '58: The Story of the Ceylon Race Riots , p. 20
  14. Chattopadhyaya, H. Ethnic Unrest in Modern Sri Lanka: An Account of Tamil-Sinhalese Race Relations, p. 53
  15. a et b Vittachi, T. Emergency '58: The Story of the Ceylon Race Riots , p. 21
  16. a et b Vittachi, T. Emergency '58: The Story of the Ceylon Race Riots , p. 26
  17. Vittachi, T. Emergency '58: The Story of the Ceylon Race Riots , p. 24
  18. Volkan, V. Bloodlines: From Ethnic Pride To Ethnic Terrorism, p. 109
  19. Vittachi, T. Emergency '58: The Story of the Ceylon Race Riots , p. 28
  20. Vittachi, T. Emergency '58: The Story of the Ceylon Race Riots , p. 33
  21. P. A. Ghosh, 'Ethnic conflict in Sri Lanka and role of Indian Peace Keeping Force (IPKF)', APH Publishing, 1999; (ISBN 81-7648-107-6), (ISBN 978-81-7648-107-6)
  22. Michael Roberts, « Blunders in Tigerland: Papes muddles on suicide bombers », University of Heidelberg, vol. 32,‎ , p. 14

BibliographieModifier

  • Tarzie Vittachi, Emergency '58: The Story of the Ceylon Race Riots, Andre Deutsch, (OCLC 2054641)
  • Michael Roberts, Exploring Confrontation: Sri Lanka: Politics, Culture and History (Studies in Anthropology and History, V. 14), Routledge, (ISBN 3-7186-5506-3)
  • Vamik Volkan, Bloodlines: From Ethnic Pride To Ethnic Terrorism, Basic Books, (ISBN 0-8133-9038-9)
  • Teresa Bartholomeusz, In Defense of Dharma: Just-War Ideology in Buddhist Sri Lanka, RoutledgeCurzon, (ISBN 0-7007-1681-5)
  • Haraprasad Chattopadhyaya, Ethnic Unrest in Modern Sri Lanka: An Account of Tamil-Sinhalese Race Relations, South Asia Books, (ISBN 81-85880-52-2)

Liens externesModifier