Ouvrir le menu principal

Mary Ellen Rudin

mathématicienne américaine

BiographieModifier

Étudiante à Austin, elle y a obtenu un B.A. en 1944 et un Ph.D. en 1949, sous la direction de Robert Lee Moore[2], qui a orienté ses recherches vers la topologie générale. Elle a été Moore Instructor à l'université Duke à Durham (Caroline du Nord). Elle y a rencontré le mathématicien Walter Rudin, qu'elle a épousé en 1953 (ils eurent deux filles et deux fils). De 1953 à 1958, tous deux enseignèrent à l'université de Rochester.

À partir de 1959, ils habitèrent la Rudin House (en) à Madison (Wisconsin), une maison conçue par l'architecte Frank Lloyd Wright. Walter était professeur à l'université du Wisconsin et Mary simple Lecturer. Ce n'est qu'en 1971 qu'elle fut promue professeur, ce qui correspondait mieux à son activité réelle durant ces toutes ces années.

Elle a été vice-présidente de l'American Mathematical Society en 1980-1981. En 1984, elle a donné une conférence Noether. Elle a été oratrice invitée au Congrès international des mathématiciens de 1974 à Vancouver. Elle est membre honoraire de l'Académie des sciences de Hongrie depuis 1995, et membre de l'Académie américaine des arts et des sciences.

Mary E. Rudin a stimulé la recherche en topologie durant plus de vingt ans. Elle est reconnue pour ses constructions de contre-exemples à des conjectures célèbres. Le plus connu est son « espace de Dowker (en) », un espace normal non localement paracompact[3] dont l'existence contredit une conjecture formulée par Dowker (en)[4]. Elle a aussi démontré la première des trois conjectures de Morita (en) et une version restreinte de la deuxième[5]. Son dernier résultat majeur est une preuve de la conjecture de Nikiel[6]. Son nombre d'Erdős est 1.

Notes et référencesModifier

  1. (en) John J. O'Connor et Edmund F. Robertson, « Mary Ellen Rudin », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
  2. (en) « Mary Ellen Estill Rudin », sur le site du Mathematics Genealogy Project.
  3. (en) M. E. Rudin, « A normal space X for which X × I is not normal », Fundam. Math., vol. 73,‎ , p. 179-186 (lire en ligne), Zbl. 0224.54019.
  4. (en) C. H. Dowker, « On countably paracompact spaces », Can. J. Math., vol. 3,‎ , p. 219-224 (lire en ligne), Zbl. 0042.41007.
  5. (en) K. Chiba, T. C. Przymusiński et M. E. Rudin, « Normality of product spaces and Morita's conjectures », Topol. Appl. (en), vol. 22,‎ , p. 19-32 (DOI 10.1016/0166-8641(86)90074-X).
  6. (en) M. E. Rudin, « Nikiel's Conjecture », Topol. Appl., vol. 116,‎ , p. 305-331 (DOI 10.1016/S0166-8641(01)00218-8).

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

(en) « Mary Ellen Rudin », dans Donald J. Albers, Gerald L. Alexanderson et Constance Reid, More Mathematical People: Contemporary Conversations, Harcourt Brace Jovanovich, (ISBN 0-15-158175-4), p. 282-302.