Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir French.
Mark French
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Informations
Naissance
Nationalité

Mark French est un coureur cycliste sur piste australien, né le à Melbourne. Il est connu pour avoir été au cœur d'une affaire de dopage en 2004-2005 ; il a été blanchi faute de preuves par le Tribunal arbitral du sport.

BiographieModifier

Affaire de dopageModifier

Mark French s'est fait connaître dans le cadre de l'affaire de dopage qui porte son nom. En 2004, le personnel d'entretien retrouve 13 ampoules marquées "EquiGen" (une hormone de croissance dérivée de l'équine), ainsi que des seringues et des vitamines près de la chambre qu'il occupe à l'Institut Australien du Sport[1]. Les seringues saisies s'avèrent contenir effectivement de l'EquiGen[1].

Entendu sous serment par le tribunal arbitral du sport, French dénonce Shane Kelly, Sean Eadie, Jobie Dajka et Graeme Brown comme les coureurs qui venaient régulièrement s'injecter des vitamines et des suppléments dans sa chambre[2],[1]. Il confirme ensuite qu'ils se sont dopés une à deux fois par semaine pendant plusieurs mois, dans la chambre 121 de l'Institut Australien du Sport[1]. French est alors suspendu deux ans pour usage et trafic de cortico-stéroides et d'équine. Aucun autre cycliste n'est convaincu de dopage dans cette affaire, mais Jobie Dajka est reconnu coupable d'avoir menti aux enquêteurs et suspendu. il est alors renvoyé du camp de préparation aux Jeux olympiques d'Athènes[3].

French fait alors appel, et est relaxé par le Tribunal arbitral du sport faute de preuves[4]. Du fait de cette affaire, French n'a pu participer aux Jeux olympiques d'Athènes [5]. Furieux contre le monde du cyclisme, French déclare : « Ce n'est qu'après le jour où la décision d'appel a été rendue que j'ai commencé à apprécier la vie »[6].

Retour au cyclismeModifier

French ne se qualifie pas pour les Jeux du Commonwealth 2006, mais est sélectionné dans l'équipe nationale australienne pour les Jeux olympiques de Pékin. Il termine 4e de la vitesse par équipes et 13e de la vitesse[7].

PalmarèsModifier

Jeux olympiquesModifier

Championnats du mondeModifier

Championnats du monde juniorsModifier

Coupe du mondeModifier

  • 2003
    • 1er de la vitesse à Aguascalientes
    • 2e de la vitesse à Sydney
    • 2e de la vitesse par équipes à Sydney
  • 2007-2008
    • 3e de la vitesse par équipes à Los Angeles

Jeux océaniensModifier

  • 2006
    •   Médaillé d'or en vitesse
    •   Médaillé d'or en keirin
    •   Médaillé d'argent en vitesse par équipes (avec Daniel Ellis et Jason Niblett)

Championnats d'OcéanieModifier

Édition / Épreuve Keirin Vitesse individuelle Vitesse par équipes
2003   Or   Argent
2006   Or   Or   Argent
2007   Bronze

Championnats nationauxModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d The Independent.co.uk: Australian cycling rocked by drugs claims
  2. Herald Sun: Cyclist Mark French back in the thick of the action
  3. (en) « An interview with Jobie Dajka - What doesn't kill you…... », cyclingnews.com,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « French ban overturned on appeal », BBC News,
  5. Mal Sawford, Cycling Newsflash for 21 January, 2006, Cyclingnews.com. Consulté le 10 décembre 2006.
  6. Ryan, Melissa. French making up for lost time, The Age, 9 décembre 2006. Consulté le 10 décembre 2006.
  7. Cycling Australia: Mark French

Lien externeModifier