Marja-Sisko Aalto

pasteure finlandaise
Marja-Sisko Aalto
Sateenkaarimessu kallion kirkossa (4757703107).jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Site web

Marja-Sisko Aalto, née à Lappeenranta le 29 juillet 1954, est une écrivaine finlandaise de romans policiers et ancienne pasteure de l'Église évangélique luthérienne. Elle est vicaire de la paroisse d'Imatra de 1986 à 2010[1]. Elle devient célèbre en tant que première pasteure finlandaise ouvertement transgenre[2]. En 2009, l'Association des femmes finlandaises a nommé Aalto Vuoden Lyyti (fi)[3], le prix annuel attribué par Naisasialiitto Unioni, la ligue des féministes finlandaises. Depuis sa démission comme vicaire, elle poursuit une carrière d'écrivaine.

BiographieModifier

Jeunesse et éducationModifier

Marja-Sisko Aalto est née Olli-Veikko Aalto le 29 juillet 1954 à Lappeenranta en tant que septième enfant d'une fraterie de huit et est assignée garçon à la naissance. Elle entre à la faculté de théologie de l'université d'Helsinki en 1973[4].

Carrière cléricaleModifier

Marja-Sisko Aalto est vicaire dans la paroisse d'Imatra de 1986 à 2010[1].

En novembre 2008, elle fait son coming out de femme trans et annonce son intention d'effectuer une opération de réattribution sexuelle. Elle choisit le prénom de Marja-Sisko parce qu'il s'agit de celui que ses parents voulaient lui donner si elle naissait fille, comme ils espéraient[5]. Elle se préoccupe de la question du genre dès l'âge de trois ans[1]. Bien que ses parents aient voulu une fille, ils n'acceptent pas sa transidentité. Par exemple, ils sont en colère quand Aalto, enfant, a demandé pourquoi elle ne peut pas porter de jupe alors que toutes les autres filles en portaient une[6].

Le coming-out d'Aalto en tant que femme trans provoque une grande controverse dans l'Église. L'évêque de Mikkeli, Voitto Huotari, déclare qu'il n'y a aucun obstacle juridique pour qu'Aalto continue comme vicaire, mais prédit qu'il y aura des problèmes[1]. En 2009, près de 600 membres quittent la paroisse d'Imatra[7]. En novembre 2009, Aalto reprend le poste de vicaire après avoir passé un an en congé. En mars 2010, elle demande à pouvoir démissionner, en partie à cause de la discrimination dont elle est victime[4],[8].

Elle est élue notaire du diocèse de Kuopio par l'Église évangélique luthérienne en 2010[4].

Carrière d'écrivainModifier

Depuis sa démission de son poste de vicaire, Marja-Sisko Aalto poursuit une carrière d'écrivaine de romans policiers. Son premier roman policier, Murha tuomiokapitulissa (Meurtre au cimetière), est publié à l'automne 2013[9]. Son deuxième roman, Tappavaa lunta (Neige meurtrière), est publié à l'occasion de la Journée nationale des anciens combattants le . L'ouvrage est dédié aux vétérans de la guerre de Laponie et poursuit l'histoire du protagoniste du livre précédent[10].

Vie privéeModifier

Aalto s'est mariée deux fois et a trois enfants[4].

ŒuvresModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d (fi) Juhani Saarinen, « Kirkkoherra odotti vuosikymmeniä muutosta miehestä naiseksi » [archive du ], hs.fi, (consulté le ).
  2. (fi) « Piispan mielestä Olli Aallon olisi vaikea jatkaa seurakunnan työssä » [archive du ], Etelä-Saimaa, (consulté le ).
  3. (fi) « Unioni » [archive du ], sur naisunioni.fi, .
  4. a b c et d (en) Veikko Anttonen, « The sacredness of the self, of society and of the human body: the case of a Finnish transgender pastor Marja-Sisko Aalto », dans Religion and the Body, PDF (lire en ligne [archive du ]).
  5. (fi) « Olli Aallosta tulee Marja-Sisko Aalto » [archive du ], Kouvolan Sanomat, (consulté le ).
  6. (fi) « Onnellinen Marja-Sisko Aalto », sur yle.fi, (consulté le ).
  7. (fi) Juhani Saarinen, « Lähes 600 imatralaista erosi seurakunnasta » [archive du ], hs.fi, (consulté le ).
  8. (fi) « Marja-Sisko Aalto eroaa virastaan » [archive du ], sur yle.fi, (consulté le ).
  9. (fi) Anu Pöntinen, « Marja-Sisko Aallosta dekkaristi », sur yle.fi, (consulté le ).
  10. (fi) Juho Maijala, « Marja-Sisko Aalto julkaisee toisen romaaninsa huhtikuun lopussa » [archive du ], Etelä-Saimaa, (consulté le ).

Liens externesModifier