Marie Cantacuzène

princesse roumaine
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cantacuzène.
Marie Cantacuzène
Maria Tescanu Rosetti (Maruca Cantacuzino).jpg
Titre de noblesse
Princesse
Biographie
Naissance
ou Voir et modifier les données sur Wikidata
Berești-Tazlău (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Sépulture
Division 68 du cimetière du Père Lachaise (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Père-Lachaise - Division 68 - Enesco 05.jpg
Vue de la sépulture.

Marie Cantacuzène (en roumain : Maria Cantacuzino, souvent surnommée Maruca, de son nom de naissance Maria Rosetti), née le 17 juillet 1879 à Tescani, judeţ de Bacău, Roumanie et morte en décembre 1968 en Suisse, est une princesse roumaine issue d'une famille de boyards moldaves.

CaractèreModifier

Elle est réputée pour son caractère cyclothymique (avec une tentative de suicide dans sa jeunesse) mais aussi pour son mécénat pour les artistes et les philosophes, pour ses amours passionnées et comme femme libre, audacieuse et engagée dans les débats et les conflits de son temps, ainsi que comme conseillère et amie de la reine Marie de Roumanie qui disait d'elle :

« Elle était étrange et originale. Bonne camarade, sa compagnie te redonnait de l'énergie et de l'esprit, mais il eut été vain de contester son opinion. Elle vivait comme bon lui semblait, sans se soucier des critiques. Elle avait des manies et, entre-autres, était photophobe. Elle aimait nous réunir chez elle, où nous nous soumettions à sa souriante tyrannie. »

L'écrivaine et pianiste Cella Delavrancea écrivit à son sujet : „Belle, intelligente et originale, elle charmait par sa généreuse sympathie qui agissait immédiatement sur tous...”, tandis que le prince Matila Ghyka la dépeint ainsi : „Maruca, devenue l'épouse de Georges Enesco [...] se savait d'une beauté imposante, byzantine, assortie à son caractère indomptable et fantasque. Elle n'était ni superficielle ni snob, mais très consciente d'être différente, ce qui était évident aux yeux de tous. [...] Elle était bonne et généreuse, mais [...] n'admettait aucun obstacle en travers de sa route, de son action, de la manière dont elle gouvernait sa vie.”[1].

BiographieModifier

Marie Rosetti fut l'épouse en premières noces de Michel Cantacuzène, dit « le Nabab » en raison de son immense fortune. Son mari fut président du Conseil des Ministres et fit édifier le Palais Cantacuzène à Bucarest. Veuve en 1929, elle se remaria en 1937 avec le compositeur Georges Enesco (1881-1955). Elle repose avec lui au Cimetière du Père-Lachaise (68e division).

Elle est la mère de l'as de l'aviation Constantin "Bâzou" Cantacuzène et la grand-mère de l'écrivaine Oana Orlea (Maria-Ioana Cantacuzène), auteur du récit Les Années volées – dans le Goulag roumain à seize ans, Seuil 1991.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Marie Cantacuzène-Enesco, Souvenirs d'une princesse moldave, Aristarc, Bucarest, 2000

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

NoteModifier