Marcelino Domingo

personnalité politique espagnol

Marcelino Domingo Sanjuán, né le à Tarragone et mort à Toulouse le , est un journaliste et homme politique espagnol.

Marcelino Domingo
Illustration.
Marcelino Domingo
Fonctions
Ministre de l'Instruction Publique

(8 mois et 3 jours)
Président du gouvernement Niceto Alcalá-Zamora
Prédécesseur José Gascón y Marín
Successeur Fernando de los Ríos Urruti
Ministre de l'Agriculture, de l'Industrie et du Commerce

(1 an, 5 mois et 26 jours)
Chef de l'État Manuel Azaña Díaz
Successeur Ramón Feced Gresa
Ministre de l'Agriculture

(3 mois)
Chef de l'État Manuel Azaña Díaz
Successeur José Franchy y Roca
Ministre de l'Instruction Publique et des Beaux Arts

(2 mois et 24 jours)
Chef de l'État Manuel Azaña Díaz
Prédécesseur Filiberto Villalobos González
Successeur Francisco Barnés Salinas
Ministre de l'Instruction Publique et des Beaux Arts
Chef de l'État Diego Martínez Barrio
Prédécesseur Francisco Barnés Salinas
Successeur Francisco Barnés Salinas
Biographie
Nom de naissance Marcelino Domingo Sanjuan
Date de naissance
Lieu de naissance Tarragone (Espagne)
Date de décès (à 54 ans)
Lieu de décès Toulouse (France)
Nationalité Espagnole
Religion Athée

Signature de Marcelino Domingo

BiographieModifier

Né à Tarragone en 1884[1], il y obtient en 1903, le titre de maître, (équivalent de Professeur des écoles). Il est le fils d'un garde civil sévillan, sa mère est originaire de la ville de Tarragone. L'année d'obtention de son diplôme il déménage à Tortosa, où il commence à exercer l'enseignement, et entre en contact avec l'environnement politique républicain.

Sa carrière politique commence en 1909, lorsqu'il est élu en tant que Conseiller municipal républicain de la Mairie de Tortosa. Son influence dans les cercles républicains se consolide avec son entrée au Conseil Général de l'Union Fédérale Nationaliste Républicaine (UFNR), et son élection en 1914 comme Député.

Son activité politique augmente durant la Restauration et la Dictature de Primo de Rivera. Ainsi, il participe à la création du Bloc « Republicà Autonomista (BRA) » en 1915, qui se transforme en « Partit Republicà Català » en 1917. Il est (entre autres) l'un des protagonistes de l'Assemblée de Parlementaires, et de la préparation de la grève générale révolutionnaire lancé en 1917 par le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), et l'Union générale des travailleurs (Espagne). Il donne aussi un mouvement d'impulsion à l'éphémère plate-forme républicaine « Alliance de Gauches » (1921-1923), qui s'intégrera dans le Parti socialiste ouvrier espagnol.

Marcelino Domingo est le principal leader de la proposition d'autonomie pour la Catalogne, rejetée par les Cours royalistes en 1918.

En 1928, il publie un essai « Liberté et Autorité » de 461 pages (Collection Bibliothèque d'Avant-garde de Javier Morata, Madrid). Cet éditorial publie également en 1930 son œuvre « Qu'est-ce que il attend le Roi? ».

En juillet 1929, il fonde avec Alvaro de Albornoz le Parti Républicain Radical Socialiste[2], organisation dans laquelle, avec Manuel Azaña Action républicaine (Espagne) et Santiago Casares Quiroga Organisation républicaine galicienne autonome, il participe en 1934 à la création de la Gauche républicaine (Espagne).

Marcelino Domingo a été ministre de l'Instruction Publique durant le Premier exercice biennal de la République et dans le premier gouvernement du Front populaire (Espagne). Il décède le à Toulouse, alors qu'il est en exil, fuyant le régime Francisco Franco[2].

Carrière politiqueModifier

ArchivesModifier

En octobre 2004 la Mairie de Tortosa fait l'acquisition auprès d'un antiquaire de Barcelone, pour la somme de 31 200 euros, un fonds de 140 documents de Marcelino (16 cahiers avec annotations relatives à sa tâche d'enseignant daté de 1911-1917, 58 agendas personnels pour la période de 1920-1939, des photographies de famille...). Ce fonds déposé dans les Archives régionales du Bajo Ebro (ACBEB) s'ajoute à la collection de lettres des archives du Parlement de Catalogne (Barcelone).

En 2011, Federico Mayor Zaragoza fait donation à la Mairie de Tortosa d'un fonds documentaire personnel qui comprend des correspondances, photographies, ainsi que des références de députés à des Cours des élections datées entre 1914 et 1936, articles d'opinion et livres écrits par Marcelino Domingo.

Par ailleurs, les Archives nationales de Catalogne conserve diverses photographies de l'hommage que Marcelino Domingo reçut à Tortosa en (fonds photographique de Josep Maria Sagarra Plana).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Bibliothèque nationale de France, « Marcelino Domingo », (consulté le )
  2. a et b Cristian de la Oliva, Estrella Moreno, « Marcelino Domingo - biografía », (consulté le )