Marc Smith (paléographe)

historien et paléographe français

Marc H. Smith, né le à Newcastle, est un historien et paléographe franco-britannique.

BiographieModifier

Marc Pascal Hamilton Smith naît le à Newcastle upon Tyne, en Angleterre[1]. Il dispose des nationalités française et britannique.

FormationModifier

Archiviste paléographe, major de la promotion 1988 de l'École nationale des chartes avec une thèse sur La France et sa civilisation vues par les Italiens au XVIe siècle[2], il est d'abord conservateur aux Archives nationales (1988-1994).

ParcoursModifier

Ancien membre de l'École française de Rome (1990-1993), docteur de l'École pratique des hautes études avec une thèse sur Les Italiens à la découverte de la France au XVIe siècle : géographie, voyages et représentations de l'espace (1993), il a été secrétaire général de l'École nationale des chartes (1995-1998), et depuis, professeur de paléographie médiévale et moderne[3]. En 2013 il a été élu en outre directeur d'études cumulant à l'École pratique des hautes études, section des sciences historiques et philologiques (chaire de Paléographie et histoire de l'écriture en caractères latins). Il a également enseigné à l'université Paris-Sorbonne (1998-2000), à l'université Columbia de New York (2014-2016), et dirige le Mellon Summer Institute in Vernacular Paleography[4] (Center for Renaissance Studies, Newberry Library, Chicago, et Getty Research Institute, Los Angeles) pour la paléographie française (depuis 2008).

Il est président du Comité international de paléographie latine (2015-2020)[5], membre du Comité de paléographie hébraïque, ancien secrétaire (2002-2011) et ancien président (2014) de la Société de l’histoire de France, co-directeur de la collection Monumenta Palaeographica Medii Aevi (Brepols ; avec Jean-Pierre Mahé et Élisabeth Lalou)[6], membre des comités de rédaction de Scriptorium[7], de la Gazette du livre médiéval[8] et du portail Ménestrel[9], membre du comité de lecture de Scrineum Rivista[10], ancien directeur de la revue Bibliothèque de l'École des chartes.

TravauxModifier

Ses recherches concernent principalement l'évolution de l'alphabet latin dans ses conditions linguistiques, techniques, cognitives et culturelles de longue durée, des inscriptions romaines à la typographie numérique. Il a contribué à l'expertise de nombreux manuscrits et autres objets inscrits des collections publiques et privées, et à la restauration du château du Bois-Orcan à Noyal-sur-Vilaine (inscription de la chapelle, 2008). Il prépare actuellement un catalogue des recueils calligraphiques publiés par les maîtres écrivains français jusqu'en 1815, conservés dans les collections européennes et américaines.

OuvragesModifier

  • Sous la dir. d'Alexandre Labat, Expositions universelles, internationales et nationales au XIXe siècle : répertoire numérique détaillé sélectif des articles de la sous-série F12 relatifs aux expositions, an VI-1914 : état provisoire, Paris, Archives nationales, , 159 p. (notice BnF no FRBNF39209493).
  • Dir. avec Yves-Marie Bercé et Olivier Guyotjeannin, L'École nationale des chartes : histoire de l'école depuis 1821, Thionville, Klopp, , 326 p. (ISBN 2-911992-05-9).
  • Dir. avec Marie-Clotilde Hubert et Emmanuel Poulle, Le Statut du scripteur au Moyen Âge, Paris, École nationale des chartes, coll. « Matériaux pour l’Histoire » (no 2), , 388 p. (ISBN 2-900791-35-9).
  • Éd. et trad. du latin avec Anne Lombard-Jourdan d'Étienne Vitelli (trad. du latin), Commentaires sur la guerre civile de France : de la surprise de Meaux à la bataille de Saint-Denis (1567) [« Commentariorum de bello civili Gallico pars prior »], Paris, École nationale des chartes, coll. « Études et rencontres de l'École des chartes » (no 17), , 142 + 1 p. (ISBN 2-900791-52-9, lire en ligne).
  • (en) Avec Laura Light, Script, New York, Les Enluminures, coll. « Primer » (no 9), , 39 p. (ISBN 978-0-9915172-9-9).

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier