Manuel Aznar Zubigaray

diplomate espagnol
Manuel Aznar Zubigaray
Manuel Aznar.JPG
Manuel Aznar en 1919.
Fonctions
‎représentant permanent de l’Espagne auprès de l’Organisation des Nations Unies‎ (d)
-
Jaime de Piniés (en)
Ambassadeur d'Espagne auprès Maroc
-
Cristóbal del Castillo Campos (d)
Eduardo Ibáñez y García de Velasco (d)
Député aux Cortes franquistes
7th legislature of the Francoist Cortes (d)
-
Directeur
La Vanguardia
-
Luis Martínez de Galinsoga y de la Serna (d)
Xavier de Echarri (d)
Député aux Cortes franquistes
6th legislature of the Francoist Cortes (d)
-
Ambassadeur de l'Espagne en Argentine (d)
-
Emilio de Navasqüés (d)
Ambassadeur d'Espagne en République dominicaine (d)
-
Manuel Valdés Larrañaga (d)
Directeur
La Vanguardia
Manuel Vázquez Ocaña (d)
Luis Martínez de Galinsoga y de la Serna (d)
Président du club de la presse de Madrid (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
MadridVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Manuel AznarVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Manuel Aznar ZubigarayVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Imanol, GudalgaiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfant
Manuel Aznar Acedo (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
José María Aznar (petit-fils)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Partis politiques
Membre de
Conseil de l'Hispanité (en) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Manuel Aznar Zubigaray (1894-1975) était un journaliste basque rallié au franquisme, directeur de journaux espagnols, qui fut l'un des premiers présidents de l'Agence EFE espagnole après la Guerre civile espagnole. Il est le grand-père de José María Aznar, qui fut premier ministre espagnol.

BiographieModifier

Très jeune, Manuel Aznar Zubigaray a commencé à collaborer avec le journal La Tradición Navarra, en 1912, un an avant de partit à Bilbao, où il épouse Mercedes Gomez-Acedo Villanueva. Il devient journaliste du quotidien Euzkadi, puis fonde la revue culturelle Hermes. En décembre 1914, sa pièce El jardín del mayorazgo est jouée par les théâtres de Bilbao et qualifiée d'anti-espagnole. En 1916, il est encore un adhérent et un militant convaincu du parti nationaliste basque.

Il écrit des chroniques de la Première Guerre mondiale, en direct du front, sous le pseudonyme de Gudalgai, qui veut dire « recrue » en basque. Grâce à cette expérience prestigieuse, il est nommé en 1918 directeur quotidien El Sol de Madrid. Puis en 1922, il traverse l'Atlantique avec sa famille pour prendre successivement la direction des journaux cubains El País (Cuba) et Diario de la Marina, tous les deux basés à Cuba.

Ses idées évoluent vers la droite et il revient en Espagne en 1933 pour diriger la campagne électorale du parti conservateur espagnol, qui ne s'appelle pas encore Fuerza Nueva. En 1936, comme d'autres journalistes de droite, il se place sous la direction des armées de Franco à Burgos, épisode qui lui permettra d'écrire son Historia militar de la Guerra de España (1936-1939) (1940).

En 1958, il fut pendant deux ans, jusqu'en 1960, l'un des premiers présidents de l'Agence EFE espagnole, en succédant à Pedro Gomez Aparicio. En 1964, il est nommé ambassadeur à l'ONU), puis continue une carrière diplomatique au Maroc, en Argentine et en République dominicaine. Il revient en 1968, pour un an, à la présidence d'EFE, à l'âge de 72 ans.

RéférencesModifier


Liens externesModifier