Ouvrir le menu principal

Mame-Marie Sy-Diop

joueuse de basket-ball française

Mame-Marie Sy-Diop
Image illustrative de l’article Mame-Marie Sy-Diop
Mame-Marie Sy-Diop, lors de l'Open LFB 2013
Fiche d’identité
Nom complet Mame-Marie Sy-Diop
Nationalité Drapeau de la France France Drapeau du Sénégal Sénégal
Naissance (34 ans)
Dakar
Taille 1,85 m (6 1)
Situation en club
Poste ailière
Carrière professionnelle *
SaisonClubMoy. pts
2001-2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
2015-2016
2016-2017
2017-2018
2018-2019
Arras
Reims
Reims
Reims
Nantes-Rezé
Nantes-Rezé
Lyon
Lyon
Lyon
Montpellier
Villeneuve-d'Ascq
Villeneuve-d'Ascq
Villeneuve-d'Ascq
?
 ?
9,0
12,5
12,4
10,5
13,0
8,8
9,1
8,4
9,3
8,8
7,7[1]
Sélection en équipe nationale **
Drapeau : Sénégal Sénégal

* Points marqués dans chaque club dans le cadre de la saison régulière du championnat national.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Mame-Marie Sy-Diop est une joueuse franco-sénégalaise de basket-ball née le à Dakar (Sénégal).

Sommaire

BiographieModifier

Issue d'une famille très sportive (ses sœurs Anta Sy, Sokhna Lycka Sy sont aussi des basketteuses réputées[2]. ), elle quitte le Sénégal à l'âge de 16 ans et intègre le club de Arras.

Elle évolue à Reims pendant 3 ans.

Elle est arrivée à Nantes pour la 5e journée de LFB en raison des difficultés financières de son ancien club de Reims. Bien que tentée par une expérience hors de l'hexagone, elle signe à Nantes avant le Championnat d'Afrique[3].

Internationale sénégalaise, elle a été une pièce maîtresse du titre de championne d'Afrique décroché à l'été 2009 qui qualifie le Sénégal pour le Mondial 2010. Sa sœur aînée Anta Sy est également internationale sénégalaise.

Après plusieurs saisons à Lyon, elle quitte le club en mai 2014[4].

Après une année consacrée à la maternité, elle revient à la compétition pour remporter l'or au championnat d'Afrique 2015 (8,8 points, 5,6 rebonds et 2,9 passes décisives) puis avec le club français de Montpellier, où elle remplace Mistie Bass[5]. Montpellier remporte la Coupe de France et le championnat de France face à Bourges[6].

En 2015-2016, Montpellier remporte la Coupe de France et le championnat de France face à Bourges. Après une saison LFB à 8,4 points, 3,7 rebonds de moyenne pour 9,9 d'évaluation,elle rejoint l'équipe de Villeneuve-d'Ascq qualifiée pour l'Euroligue[7].

En 2017, elle remporte avec Villeneuve-d'Ascq son premier titre de championne de France face à Lattes Montpellier[8].

PalmarèsModifier

  • Vainqueur de Challenge Round 2014[9]
  • Vice-Championne d'Afrique en 2011
  • Vainqueur du Challenge Round 2010 et 2011
  • Championne d'Afrique en 2009
  • Championne de France NF1 en 2007
  • Championne de France NF1 en 2006
  • Vainqueur de la Coupe de France cadettes en 2003 - MVP du tournoi
  • Vainqueur de la Coupe de France cadettes en 2002
  •   Coupe de France 2016[10]
  • Championne de France 2016[6] et 2017[8].

Sélection nationaleModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Mame-Marie Sy-Diop », Ligue féminine de basket (consulté le 31 juillet 2019)
  2. « Le basketball, une histoire de famille en Afrique », sur www.fiba.basketball, (consulté le 21 juin 2019)
  3. « Mame-Marie Sy-Diop, la lionne de Nantes Rezé », Senebasket.com (consulté le 9 août 2010)
  4. Amaury Boulay, « Mélanie Plust reste à Lyon, Géraldine Robert débarque », Catch & Shoot, (consulté le 8 mai 2014)
  5. Amaury Boulay, « Mame-Marie Sy-Diop vers Lattes-Montpellier », bebasket.fr, (consulté le 22 novembre 2015)
  6. a et b « LATTES-MONTPELLIER CHAMPION DE FRANCE ! », bebasket.fr, (consulté le 17 mai 2016)
  7. Amaury Boulay, « EPOUPA, AYAYI, SY-DIOP ET STEPANOVA À VILLENEUVE D'ASCQ », bebasket.fr, (consulté le 7 juin 2016)
  8. a et b Nicolas Kohlhuber, « L'ESBVA TIENT SON TITRE », bebasket.fr, (consulté le 14 mai 2017)
  9. « Challenge Round : Lyon remporte le titre », catch & Shoot, (consulté le 4 mai 2014)
  10. Marc Perais, « Coupe de France : Montpellier avec maitrîse pour une seconde coupe consécutive », postup.fr, (consulté le 1er mai 2016)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :