Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille de Chaumont.
Le château par Pernot.

« La famille des seigneurs de Chaumont (Haute-Marne) avait des possessions territoriales ou des droits féodaux sur la plupart des villages environnants ; mais ces biens, divisés par les partages de successions, formaient des fortunes particulières peu considérables. »

ChronologieModifier

Première branche

La seigneurie de Chaumont compte parmi ses membres :

Deuxième branche

  • Rénier de Marac seigneur de Chaumont († 1167), épouse Clémence vers 1136, fille du précédent.

Les biens gagés pour les départs en croisade passent en 1205 au comté de Champagne.

Arbre généalogiqueModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Geoffroy Ier de Chaumont
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hugues Ier de Chaumont
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Etienne de Marac
 
 
 
Berenger de Chaumont
 
Geoffroy II de Chaumont
 
Renier I de Chaumont
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marie de Bay
 
Renier de Marac
 
Clémentia de Chaumont
 
Hélissend de Chaumont
 
Renier II de Chaumont
 
Hugues II de Chaumont
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Milon de Marac
 
Jobert de Chaumont
 
 
 
 
 
 
 
Emeline de Chaumont

Les seigneurs de Chaumont dans la "Chronique de Grancey"Modifier

Ils n'étaient pas assez riches pour prendre part à ces mouvements religieux ; c'est ce qui a fait dire à la Chronique de Grancey « qu'ils ne firent oncques bien en leur vie ains tousiours desgastèrent sainte Eglise » - sans doute les auteurs de cette chronique, chargée de louanger la famille Grancey, avaient un motif, que nous ne connaissons pas aujourd'hui, pour discréditer ainsi celle de Chaumont. Ils disent plus loin que les seigneurs de Choiseul et d'Aigremont, - qui étaient parents des Grancey - s'entendaient pour le bien, mais que ceux de Chaumont et de Nogent-en-Bassigny étaient toujours d'accord pour le mal et complices des mêmes crimes.

Il ajoute que divers gentilshommes du pays étant allés en Irlande, par curiosité ou par dévotion, pour voir le lieu appelé Le purgatoire de saint Patrice, les comtes de Bourlémont et de Clefmont, qu'ils font parent du saint évêque, en revinrent sains et saufs ; mais que le seigneur de Chaumont y demeura abimé, avec quelques autres qu'ils damnent avec plaisir.

On y trouve encore le récit suivant : « Il advint qu'à Chaumont furent deux seigneurs frères ; l'un était bien formé ; l'autre avait été également beau, mais il était devenu laid et bossu. Son frère le déprisait ; il disait qu'il n'était pas son frère. Quand le bossu vu que son frère le déprisait, il en eut grand deuil. Il alla au roi de France et lui donna sa part d'héritage à la condition qu'il lui donnerait ce qu'il lui faudrait. Le roi lui donna un lieu délectable pour lui demeurer, avec des écuyers pour son service et il envoya ses sergents à Chaumont qui prirent la part du bossu et s'efforcèrent de suppéditer l'autre. » A ce conte, un chroniqueur ajoute : « Les deux fils du seigneur de Chaumont se prirent bientôt de querelles ; il se provoquèrent et se battirent près de la croix du prieuré de Buxereuilles ; l'un des deux fut tué. » Ce dernier fait parait être certain, car une tradition constante en a gardé le souvenir[2].

Notes et référencesModifier

  1. (Histoire de la ville de Chaumont de Claude-Émile Jolibois - 1856)
  2. (Histoire de la ville de Chaumont de Claude Émile Jolibois - 1856 - p. 16 et 17)
  • Les cahiers Haut-Marnais n° 205-206 (1996)