Ouvrir le menu principal

Métrique de Lemaître

ne doit pas être confondu avec Métrique de Friedmann-Lemaître-Robertson-Walker

La métrique de Lemaître est une métrique de la relativité générale créée par Georges Lemaître en 1938, et décrivant un référentiel en chute libre dans le cadre d'un espace temps doté d'un unique corps massif à symétrie sphérique, sans charge et de moment cinétique nul, et donc utilisable au voisinage d'un trou noir de Schwarzschild[1].

Cette métrique, issue de la métrique de Schwarzschild, détermine les propriétés d'un référentiel synchrone, donc en chute libre, où les corps en chute libre chutent en même temps que lui (par le principe d'équivalence), ainsi que son système de coordonnées : donc ces corps ont des coordonnées spatiales constantes dans ce référentiel. Les calculs font apparaitre que le rayon de Schwarzschild n'est pas une singularité, mais un passage à partir duquel un retour en arrière n'est plus possible, et que la durée de la chute depuis l'extérieur du trou noir jusqu'à la singularité centrale, en temps propre, est finie.

Cette métrique est toutefois insuffisante pour une description complète de la dynamique d'un corps dans le voisinage d'un trou noir, alors que la métrique de Kruskal-Szekeres (1960) le permet[2].

Expression de la métriqueModifier

La métrique de Lemaître est donnée par[1] :

 

  •   est la variable temps, qui est le temps propre de toute particule au repos dans ce référentiel en chute libre.
  •   est la variable spatiale. R = constante pour une particule immobile dans ce référentiel, donc en chute libre avec lui.
  •   est le rayon de Schwarzschild.

Pour  , les signes des coefficients de   et   montrent qu'il s'agit bien là de coordonnées respectivement partout temporelle et partout spatiale.


Ou, sous une forme simplifiée[3] :

  avec  

Calcul[1]Modifier

L'idée est, à partir de la métrique de Schwarzschild, de déterminer des variables T et R vérifiant   et  , et permettant d'éliminer la singularité du rayon de Schwarzschild.

En remplaçant dans la métrique de Schwarzschild, on obtient  

La singularité est éliminée pour  .

Par intégration, on obtient  , d'où  , et la métrique de Lemaître en remplaçant dans le   donné plus haut.

On obtient également[3]:  , toujours avec  

Chute radiale d'un corps dans un trou noir[1]Modifier

 
Les droites inclinées vérifient R-c.T = constante (ce qui implique que r = constante). La 1re en trait plein correspond à r = 0, la 2de en trait plein correspond à r = Rs. Un corps en chute libre suit la droite verticale (avec le temps T croissant, donc vers le haut du graphique) et la base de son cône de lumière est en rouge.

Dans un graphique où le temps T est sur l'axe vertical, et la coordonnée spatial R est sur l'axe horizontal, une droite d'équation   correspond à la contrainte   sur la coordonnées   de la métrique de Schwarzschild.

  est la singularité  , présente dans toute métrique avec les conditions physiques imposées (car c'est une singularité de tenseur de courbure de l'espace-temps).

La contrainte   correspond à  .

La métrique étant synchrone, une ligne de temps est une géodésique : pour une chute libre radiale (donc une évolution suivant la seule coordonnée   de la métrique de Schwarzschild) les géodésiques sont les droites verticales, et sont parcourues dans le sens du temps   croissant.

On montre, en prenant  , que pour la lumière  , ce qui donne les pentes du bords du cône de lumière du corps. Donc :

  • si  , le cône de lumière du corps inclut la droite   sur laquelle est le corps car pour cette droite   : une orbite autour du trou noir est donc envisageable, voire un retour vers des valeurs croissantes de  .
  • si  , le cône de lumière du corps n'inclut pas (strictement) la droite   sur laquelle est le corps, une orbite à l'intérieur du trou noir est donc inenvisageable, le corps est appelé à progresser vers les valeurs décroissantes de   : la chute vers la singularité   est inexorable et se fait en un temps propre   fini.

On remarque que   n'est pas une singularité de cette métrique, mais correspond à une impossibilité de retour en arrière, ou même de position stationnaire pour un corps massif.

Mouvement centrifuge et limite de cette métriqueModifier

Pour obtenir un mouvement centrifuge radial, il suffit de changer le signe du temps propre, on a alors   ,  , et le même graphique que dans le cas du mouvement centripète, mais avec l'axe du temps orienté dans l'autre sens, et des trajectoires des corps dirigées vers le bas du graphique (c'est-à-dire toujours vers T croissant) ce qui montre une sortie, puis une fuite loin du trou noir.

Mais le sens physique à donner alors à ce mouvement n'est pas évident car sur les droites verticales du graphique, on a  , d'où   pour  , la progression du corps devrait donc être toujours orientée vers le trou noir. Le même calcul pour   n'est pas pertinent car cette contrainte fait perdre à   son sens physique dans la métrique de Schwarzschild, donc   n'a pas de sens physique.

Cette contradiction entre aspects mathématique et physique montre que cette métrique est impropre à décrire toutes les possibilités dynamiques d'un corps aux abords d'un trou noir.

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Lev Landau et Evgueni Lifchits, Physique théorique, t. 2 : Théorie des champs [détail des éditions], §102.
  2. Lev Landau et Evgueni Lifchits, Physique théorique, t. 2 : Théorie des champs [détail des éditions], §103, note en bas de page. Landau y évoque également le travail de Igor Novikov qui, en 1963, obtient une métrique synchrone et similaire à celle de Kruskal.
  3. a et b Valeri Frolov, Igor Novikov Black Hole Physics Springer 1998, p. 22