Métrique de Friedmann-Lemaître-Robertson-Walker

La métrique de Friedmann-Lemaître-Robertson-Walker[1],[2] (ci-après FLRW) est une solution exacte de l'équation tensorielle fondamentale de la relativité générale d'Albert Einstein[3]. Elle décrit un univers homogène et isotrope, en expansion ou en contraction[3]. L'espace-temps dont la métrique décrit la géométrie est feuilleté par des espaces tridimensionnels (hypersurfaces à trois dimensions et de genre temps) de courbure constante[4]. Celle-ci est soit nulle, soit positive, soit négative[4]. En cosmologie, cette métrique est utilisée pour la description de l'évolution de l'Univers aux grandes échelles. Elle constitue l'outil principal amenant la construction du modèle cosmologique standard : la théorie du Big Bang[5].

Histoire

modifier

Les éponymes de la métrique sont Alexandre Friedmann, Georges Lemaître, Howard Percy Robertson et Arthur Geoffrey Walker[2],[6],[7].

Friedmann obtient la métrique dès [8] pour le cas d'un univers fermé[9],[10] puis en pour celui d'un univers ouvert[9],[11]. Indépendamment de Friedmann[8], Lemaître obtient la métrique en [8] pour le cas d'un univers ouvert[9],[12]. Robertson obtient en la métrique pour le cas le plus simple d'un univers plat[9]. Robertson en puis Walker en [13] obtiennent la métrique générale[14]. Il en démontrent, en , l'unicité : elle est l'unique métrique pour un espace-temps homogène et isotrope[8].

Il a été noté[6] une tendance à se référer à la métrique sous le nom de métrique de Robertson-Walker[2],[15],[16],[N 1] (RW) et à réserver le nom de Friedmann-Lemaître aux équations qui en décrivent sa dynamique[6]. Mais, suivant les préférences géographiques ou historiques, la métrique FLRW, et son modèle cosmologique conséquent, peuvent être désignés selon d'autres combinaisons des noms d'une partie des quatre scientifiques[20]. On trouvera, par exemple : Friedmann-Robertson-Walker (FRW), Friedmann-Lemaître (FL)…

Évolution de l'Univers selon la métrique FLRW

modifier

La métrique FLRW décrit la géométrie moyenne de l'Univers aux grandes échelles. Elle nous donne sa dynamique et nous permet de connaître l'évolution de sa taille (contraction ou expansion de l'Univers).

Un univers homogène et isotrope demeure au cours de son évolution homogène et isotrope. Il ne peut rendre compte de la formation des structures le composant, de densité inhomogène par définition. La formation de ses structures, tels que les filaments ou les amas de galaxies, est permise par l'introduction de perturbations autour de cette métrique FLRW. Ces perturbations croissent au cours du temps, par attraction gravitationnelle, et entraînent la création des grandes structures observées. Elles sont supposées d'origine quantique, et leur existence nous est donnée par l'observation du fond diffus cosmologique, réalisée grâce aux satellites COBE, WMAP, et plus récemment Planck.

Formulation mathématique

modifier

La métrique FLRW est de forme[21],[22],[23],[24] :

 ,

où :

En coordonnées sphériques  [25], l'élément de longueur d'espace-temps  , pour la métrique FLRW, se note :

 

en choisissant la signature de la métrique (en)   où :

  •  est le facteur d'échelle. Le signe de   renseigne sur l'évolution de l'Univers :   pour un univers en expansion,   pour un univers en contraction et   pour un univers statique, le tout considéré au temps  . Pour un temps   tel que  , l'univers est   fois plus grand que maintenant. Pour un temps   tel que  , l'univers est   fois plus petit que maintenant ;
  •  est le facteur de courbure[26] et peut valoir  ,   ou  . La valeur   correspond à un espace à courbure ouverte (correspondant à une géométrie hyperbolique), la valeur   correspond à un espace à courbure nulle (correspondant à l'espace euclidien de la relativité restreinte), et la valeur   correspond à un espace à courbure fermée (correspondant à une géométrie sphérique) ;
  •  [25] est la métrique sur la sphère ;
  •   est homogène à une longueur[21] ;
  •   est le temps cosmique[26] ;
  •   est sans dimension[21] ;

En introduisant le changement de coordonnées :    permet de déterminer la distance comobile, l'élément de longueur   se reformule :

 
  •  .

Métrique FLRW en fonction de la courbure spatiale

modifier

Dans un espace plat

modifier

Pour  , la métrique FLRW se note :

 

L'espace est plat mais pas l'espace-temps. La métrique est différente de la métrique de Minkowski caractérisant la relativité restreinte.

Dans un espace de courbure positive

modifier

Pour  , la métrique FLRW s'écrit :

 

L'élément de longueur possédant une singularité en  , on préfèrera utiliser son expression selon   :

 

Dans un espace de courbure négative

modifier

Pour  , il vient finalement :

 

Notes et références

modifier
  1. En anglais : Robertson-Walker metric[15],[17],[18],[19].

Références

modifier
  1. Barrau et Grain 2016, § 7.1.2 (« Forme de la métrique »), p. 131.
  2. a b c et d Taillet, Villain et Febvre 2013, s.v. Robertson-Walker (métrique de), p. 609, col. 1.
  3. a et b Petrov et al. 2017, chap. 5, sec. 5.3, § 5.3.2, p. 233.
  4. a et b Griffiths et Podolský 2009, chap. 6, sec. 6.1, p. 69.
  5. L. Bergström, A. Goobar, Cosmology and Particle Astrophysics, page 61, 2de édition (2006), (ISBN 3-540-32924-2)
  6. a b et c Taillet 2023, introduction, p. 262.
  7. Daniel et Peter 2019, chap. 3, sec. 3.1, § 3.1.4, p. 159.
  8. a b c et d Dimopoulos 2020, chap. 2, sec. 2.9, p. 33.
  9. a b c et d Plebański et Krasiński 2006, partie II, chap. 17, sec. 17.1, p. 262.
  10. Friedmann 1922.
  11. Friedmann 1924.
  12. Lemaître 1927.
  13. Robertson 1935.
  14. Plebański et Krasiński 2006, partie II, chap. 17, sec. 17.1, p. 263.
  15. a et b EDDA, s.v. Robertson-Walker metric.
  16. EU, s.v. Robertson-Walker (métrique de).
  17. Coles 1999, s.v. Robertson-Walker metric, p. 312.
  18. EB, s.v. Robertson-Walker metric.
  19. OR, s.v. Robertson-Walker metric.
  20. Allday 2019, chap. 12, notes, 6, p. 315.
  21. a b et c Binétruy 2006, appendices, D, D.2, p. 457.
  22. Rubakov et Gorbunov 2017, chap. 2, sec. 2.2, p. 38.
  23. a b c et d Wallisch 2019, chap. 2, sec. 2.1, § 2.1.1, p. 10.
  24. a b et c Wands et Maartens 2015, § 4.1.1, p. 163.
  25. a et b Pérez 2016, p. 269.
  26. a et b Pérez 2016, p. 270.

Voir aussi

modifier

Bibliographie

modifier

Manuels d'enseignement supérieur

modifier

Ouvrages fondamentaux

modifier

Dictionnaires et encyclopédies

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier