Vestiges du Métrôon (agora d'Athènes).

Le Métrôon (en grec ancien : Μητρῷον, de μήτηρ θεῶν, la « mère des dieux », désignant Cybèle, qui se confond avec Rhéa et Déméter) désigne des temples grecs dédiés à Cybèle.

Métrôon d'AthènesModifier

L'ancien Bouleutérion d'Athènes est un édifice carré de l'agora d'Athènes, mesurant 23 m de côté.

On suppose qu'il possédait cinq supports intérieurs, mais aucune trace n'en fut retrouvée par l'archéologie. C'est la taille et l'emplacement de l'édifice qui ont permis d'identifier celui-ci comme étant l'ancien Bouleutérion (où se réunissaient les Bouleutes).

Au Ve siècle av. J.-C., après la construction du nouveau Bouleutérion, il réunit encore la Boulè, mais sert aussi à conserver les archives de la cité (rôle qu'il conserve quand la Boulè ne s'y réunit plus).

Par la suite, le Métrôon devient un sanctuaire dédié à Rhéa (mère des dieux de l'Olympe).

En 140 av. J.-C., une nouvelle construction est érigée au-dessus du Métrôon.

Métrôon d'OlympieModifier

Le Métrôon d'Olympie est un édifice périptère situé dans la zone septentrionale, la plus sacrée de l'Altis (le « bois sacré » entouré d'un péribole), près du temple d'Héra. De plan ramassé (6 x 11 colonnes), il est construit au IVe – IIIe siècles av. J.-C.[1]

Notes et référencesModifier

  1. Marie-Christine Hellmann, L'architecture grecque, Picard, , p. 173.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier