Ouvrir le menu principal

Ménéghinite[1]
Catégorie II : sulfures et sulfosels[2]
Image illustrative de l’article Ménéghinite
Mine Bottino, Italie, 1.1 x 0.4 x 0.2 cm.
Général
Classe de Strunz 02.HB.05b
Formule chimique Cu7Pb13S24Sb7Pb13CuSb7S24
Identification
Masse formulaire[3] 4 760,3 ± 1,4 uma
Cu 9,34 %, Pb 56,59 %, S 16,17 %, Sb 17,9 %,
Couleur gris de plomb, noir
Classe cristalline et groupe d'espace dipyramidale ; Pbnm
Système cristallin orthorhombique
Réseau de Bravais primaire P
Clivage parfait sur {010}
Cassure conchoïdale
Habitus prismatique, massif, aciculaire, compact
Échelle de Mohs 2,5
Trait noir brillant
Éclat métallique brillant
Propriétés optiques
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence opaque
Propriétés chimiques
Densité 6,35-6,37
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La ménéghinite est une espèce minérale composée de sulfosel d'antimoine, de plomb et de cuivre, de formule Pb13CuSb7S24.

Sommaire

Historique de la description et appellationsModifier

Inventeur et étymologieModifier

La ménéghinite fut décrite en 1852 par le minéralogiste italien Bechi[4]. Elle fut dédiée à Giuseppe Giovanni Antonio Meneghini qui fut le premier à mentionner le minéral.

TopotypeModifier

Mine de Bottino, Serravezza, Province de Lucques, Alpes apuanes, Toscane, Italie.

Caractéristiques physico-chimiquesModifier

Critères de déterminationModifier

Elle peut être confondue avec la boulangérite, la jamesonite, la zinkénite qui sont aussi des sulfosels et aussi avec la stibine.

CristallographieModifier

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 11,343 Å, b = 24,028 Å, c = 4,126 Å, Z = 1 ; V = 1 124,54 Å3
  • Densité calculée = 6,47

Gîtes et gisementsModifier

Gîtologie et minéraux associésModifier

Gîtologie 
Elle se trouve dans les veines hydrothermales et au contact des dépôts métamorphiques.
Dans des gisements de sulfures.
Minéraux associés 
La galène, la chalcopyrite, la boulangérite et bien plus rarement à des sulfures plus rares contenant de l'étain (stannite, franckéite).

Gisements producteurs de spécimens remarquablesModifier

  • Allemagne
Goldronach, dans le Fichtelgebirge, Bavière
Bade-Wurtemberg / Basse-Saxe / Rhénanie-du-Nord-Westphalie / Rhénanie-Palatinat / Saxe
  • Canada
Marble Lake, Ontario, Canada
Colombie Britannique / Manitoba / Nouveau-Brunswick / Territoires du Nord-Ouest / Nouvelle-Écosse
  • Espagne
Andalousie
  • États-Unis
Comté de Santa Cruz, Californie
Idaho / Nevada / Dakota du Sud / Washington
  • France
Marsanges, Langeac, Haute-Loire [5]
Bodennec, Bolazec, Finistère[6]
Bournac, Hérault[7]
Alsace/ Languedoc-Roussillon
Mine de Merlier, Isola, Alpes-Maritimes[8]
Mine du Longeray, Bonvillard, Massif du Grand-Arc, Savoie, Rhône-Alpes [9]

Secteur d'entre deux roches Massif de la Lauzière 73 Savoie

  • Grande-Bretagne
Mine de Pengenna de Saint Kew, Cornouailles

Notes et référencesModifier

  1. Canadian Mineralogist, volume 016, pp. 393-395(1978)
  2. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. Bechí (1852), American Journal of Science: 14: 60
  5. Pierre G. Pélisson, Étude minéralogique et métallogénique du district filonien polytype de Paulhaguet (Haute-Loire, Massif Central français), thèse de doctorat, Orléans, France, 1989
  6. Inventaire minéralogique de la France-29-Finistère, B.R.G.M. (1973)
  7. M. Munoz, Y.Moëlo : « Étude paragénétique de la minéralisation sulfurée complexe (Sb-Pb-Zn-...) de Bournac (Hérault, France) », Bull. Minéral. , 1982, 105, 625-632
  8. Mari, G. (1982) Mines et minéraux des Alpes Maritimes. Ed. SERRES
  9. P. Picot, Z. Johan : « Atlas of Ore Minerals », BRGM, Elsevier, 1982