Méga-sécheresse

Une méga-sécheresse est une sécheresse durant deux décennies ou plus. Les méga-sécheresses passées ont été associées au phénomène La Niña persistant sur plusieurs années (températures de l'eau plus fraîches que la normale dans l'océan Pacifique oriental tropical)[1].

Le terme méga-sécheresse est généralement utilisé pour décrire la durée d'une sécheresse, et non son intensité aiguë. Dans la littérature scientifique, le terme est utilisé pour décrire des sécheresses de plusieurs décennies ou des sécheresses multi-décennales. Les sécheresses pluriannuelles de moins d'une décennie, comme la sécheresse de Dust Bowl dans les années 1930, ne sont généralement pas décrites comme des méga-sécheresses, même si elles sont de longue durée. Dans la littérature populaire, les sécheresses sur plusieurs années ou même sur une seule année sont parfois décrites comme des méga-crises en fonction de leur gravité, des dommages économiques qu'elles causent ou d'autres critères, mais c'est l'exception et non la règle.

ImpactModifier

Les méga-sécheresses ont historiquement conduit à la migration massive des humains des terres touchées par la sécheresse, entraînant un déclin important de la population par rapport aux niveaux d'avant la sécheresse. Ils sont soupçonnés d'avoir joué un rôle primordial dans l'effondrement de plusieurs civilisations préindustrielles, dont les Anasazi du sud-ouest nord-américain[2], l'Empire khmer du Cambodge[3], les Mayas de Méso-Amérique[4], les Tiwanaku de Bolivie[5], et la dynastie Yuan de Chine[6].

La région du Sahel africain en particulier a souffert de plusieurs méga-sécheresses au cours de l'histoire, la plus récente s'étalant d'environ 1400 à 1750 après JC. [7] L'Amérique du Nord a connu au moins quatre méga-sécheresses pendant la période chaude médiévale[8] .

Le Chili connait une méga-sécheresses depuis 2010[9].

Preuve historiqueModifier

 
Cyprès chauve Montezuma, 900 ans

Il existe plusieurs sources pour établir l'occurrence passée et la fréquence des méga-sécheresses, notamment:

  • Lorsqu'elles se produisent, les lacs s'assèchent et les arbres et autres plantes poussent dans les lits asséchés des lacs. Lorsque la sécheresse se termine, les lacs se remplissent; lorsque cela se produit, les arbres sont submergés et meurent. Dans certains endroits, ces arbres sont restés préservés et peuvent être étudiés en donnant des dates précises au radio-carbone, et les cernes de ces arbres morts depuis longtemps peuvent être étudiés. De tels arbres ont été trouvés dans les lacs Mono et Tenaya en Californie, le lac Bosumtwi au Ghana; et divers autres lacs[10].
  • Dendrochronologie, datation et étude des anneaux annuels des arbres. Les données des cercles indiquent que l'ouest des États-Unis a connu des sécheresses qui ont duré dix fois plus longtemps que tout ce que les États-Unis modernes ont vu. Sur la base des anneaux d'arbres annuels, la NOAA a enregistré des schémas de sécheresse couvrant la plupart des États-Unis chaque année depuis 1700. Certaines espèces d'arbres ont témoigné sur une plus longue période, en particulier les cyprès de Montezuma et les pins bristlecones . L'Université de l'Arkansas a produit une chronologie des conditions météorologiques dans le centre du Mexique basée sur des anneaux de 1238 ans en examinant des carottes prélevées sur des cyprès de Montezuma vivants. [réf. nécessaire]
  • Échantillons de carottes de sédiments prélevés dans la caldeira volcanique de Valles Caldera, Nouveau-Mexique et ailleurs. Les noyaux de la caldeira de Valles remontent à 550 000 ans et montrent des preuves de méga-sécheresses qui ont duré jusqu'à 1 000 ans au milieu du Pléistocène, période pendant laquelle les pluies d'été étaient presque inexistantes. Des restes de plantes et de pollen trouvés dans des carottes au fond des lacs ont également été étudiés et ajoutés au dossier. [réf. nécessaire]
  • Coraux fossiles sur l'atoll de Palmyre. Utilisation de la relation entre les températures de surface des mers tropicales du Pacifique et le rapport des isotopes d'oxygène dans les coraux vivants pour convertir les enregistrements de coraux fossiles en températures de surface des mers. Ces données ont été utilisées pour établir l'occurrence et la fréquence des conditions de La Niña[11].
  • Au cours d'une méga sécheresse de 200 ans dans la Sierra Nevada qui a duré du 9e au 12e siècle, les arbres poussaient sur le rivage nouvellement exposé du lac Fallen Leaf, puis au fur et à mesure que le lac grandissait, les arbres étaient préservés sous l'eau froide[12]. Cependant, une expédition 2016-2017 du Undersea Voyager Project a trouvé des preuves que les arbres anciens n'y avaient pas poussé pendant une ancienne sécheresse, mais avaient plutôt glissé dans le lac lors de l'un des nombreux événements sismiques qui se sont produits dans le bassin de Tahoe depuis sa création. formé[13],[14].

RéférencesModifier

  1. Richard Seager, Celine Herweijer and Ed Cook, « The characteristics and likely causes of the Medieval megadroughts in North America », Lamont–Doherty Earth Observatory of Columbia University, (consulté le 15 août 2011) : « Consequently, despite considerable limitations of the proxy evidence, to date it does support the idea that, during medieval times, the global hydroclimate tended towards what we would now call a La Niña-like state. »
  2. Bob Varmette, « Megadroughts », Fort Stockton Pioneer, (consulté le 15 août 2011)
  3. Richard Stone, « Tree Rings Tell of Angkor's Dying Days », American Association for the Advancement of Science, (consulté le 15 août 2011) : « New findings suggest that a decades-long drought at about the time the kingdom began fading away in the 14th century may have been a major culprit. Evidence for a megadrought comes from centuries-old conifers that survived the Angkor era. »
  4. Melissa Lutz Blouin, « Trees Tell of MesoAmerican MegaDroughts », Fulbright College of Arts and Sciences University of Arkansas, (consulté le 15 août 2011) : « This far-reaching rainfall chronology also provides the first independent confirmation of the so-called Terminal Classic drought, a megadrought some anthropologists relate to the collapse of the Mayan civilization. »
  5. William K. Stevens, « Severe Ancient Droughts: A Warning to California », New York Times, (consulté le 15 août 2011) : « In medieval times the California droughts coincided roughly with a warmer climate in Europe, which allowed the Vikings to colonize Greenland and vineyards to grow in England, and with a severe dry period in South America, which caused the collapse of that continent's most advanced pre-Inca empire, the rich and powerful state of Tiwanaku, other recent studies have found. »
  6. Ashish Sinhaa, « A global context for megadroughts in monsoon Asia during the past millennium », Quaternary Science Reviews, vol. 30, nos 1–2,‎ , p. 47–62 (DOI 10.1016/j.quascirev.2010.10.005) :

    « Although the relationship between climate and societal change is complex and not necessarily deterministic, the widespread societal changes across monsoon Asia between the mid 13th to 15th centuries, which include famines and significant political reorganization within India ([Dando, 1980], [Pant et al., 1993] and [Maharatna, 1996]), the collapse of the Yuan dynasty in China (Zhang et al., 2008); Rajarata civilization in Sri Lanka (Indrapala, 1971), and the Khmer civilization of Angkor Wat fame in Cambodia (Buckley et al., 2010), strongly suggest that the MMDs may have played a major contributing role in shaping these societal changes. »

  7. Catherine Brahic, « Africa trapped in mega-drought cycle », New Scientist, (consulté le 15 août 2011) : « As well as the periodic droughts lasting decades, there was evidence that the Sahel region has undergone several droughts lasting a century or more....The most recent mega-drought was just 500 years ago, spanning 1400 to 1750 and coinciding with Europe's Little Ice Age. »
  8. Jim Erickson, « Tree rings reveal 'megadroughts' », Deseret NewsScripps Howard News Service, (consulté le 15 août 2011) : « The new record sheds light on a drought-prone 400-year period between A.D. 900 and 1300. It is punctuated by four decades-long, regionwide megadroughts centered on the years 936, 1034, 1150 and 1253. »
  9. (en) NASA Earth Observatory, « Long-Term Drought Parches Chile », sur nasa.gov, (consulté le 19 décembre 2019)
  10. William K. Stevens, « Severe Ancient Droughts: A Warning to California », New York Times, (consulté le 15 août 2011) : « The evidence for the big droughts comes from an analysis of the trunks of trees that grew in the dry beds of lakes, swamps and rivers in and adjacent to the Sierra Nevada, but died when the droughts ended and the water levels rose. Immersion in water has preserved the trunks over the centuries. »
  11. Edward R. Cook, Richard Seager, Richard R. Heim, Jr., Russell S. Vose, Celine Herweijer et Connie Woodhouse, « Megadroughts in North America: Placing IPCC Projections of Hydroclimatic Change in a Long-Term Paleoclimate Context », Lamont–Doherty Earth Observatory of Columbia University / Journal of Quaternary Science (consulté le 15 août 2011) : « Marine coral records from the core ENSO region of the tropical Pacific also support the concept of decadal and longer ENSO variability during the last millennium (Cobb et al., 2003), with some indication that the MCA period experienced persistent La Niña-like SST conditions that would be drought-inducing over North America. »
  12. Perrin Ireland, « The Alien World of Deepwater Research »,
  13. « Undersea Voyager Project Returns to Fallen Leaf Lake To Study Ancient Trees », California Diver Magazine, (consulté le 17 mai 2019)
  14. « Home », Undersea Voyager Project (consulté le 17 mai 2019)

Liens externesModifier