Lucile Messageot

peintre française
Lucile Messageot
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 22 ans)
Nationalité
Activités

Marguerite Françoise Lucie Messageot, dite Lucile Messageot, née le 13 septembre 1780 à Lons-le-Saunier et morte le 23 mai 1803 (3 prairial an XI), est une artiste peintre et femme de lettres française.

BiographieModifier

Lucile Messageot est la fille de Jean Joseph Messageot, officier de cavalerie, et de Marie François Clerc. Elle est l'élève de Pierre-Narcisse Guérin à Paris.

En 1799, elle expose pour la première fois. Son portrait de Stéphanie de Bourbon-Conti, est jugé politiquement subversif et retiré de l'exposition. Pour sa seconde participation en 1802, elle fait parvenir un sujet tiré des poésies d’Ossian, Gaul et Evirchoma. Le choix de ce sujet issu des poèmes d’Ossian s’explique par l'appartenance de l’artiste au groupe des Méditateurs de l’Antique.

Constitué dans l’atelier de David par Maurice Quay et Antoine Périé, ce groupe prône une étude de la plus grande primitivité au sein de laquelle se trouvent Ossian, La Bible et Homère. Lorsqu’en 1798-99 , Quay, Périé, Joseph Boniface Franque et son frère Jean-Pierre sont exclus de l’atelier, ils s’installent en compagnie de Lucile sur la colline de Chaillot. Des personnalités importantes de la République des Lettres, dont Chateaubriand, leur rendent visite. Lucile est devenue la muse du groupe.

Elle se marie le 10 janvier 1802 avec Jean-Pierre Franque dont elle a eu un enfant en 1799[1] ; son décès intervient l'année suivante des suites de la tuberculose.

Sa demi-sœur Désirée Charve[2] a épousé le romancier et écrivain Charles Nodier qui a connu et adulé Lucile à Paris et dont il dira dans "Le peintre de Salzbourg" qu'elle est "le Michel-Ange de la poésie et l’Ossian de la peinture ".

Elle est l'auteur de fragments d'un Essai sur les harmonies de la mélancolie et des arts, et d'un poème, Tombeau d'Éléonore[3].

SourceModifier

  • Andreas Klimt, Michael Steppes, Saur allgemeines Künstlerlexikon, notice de Hélène Guicharnaud, K.G. Saur éditeur, 2000.
  • Saskia Hanselaar, "Lucile Messageot, épouse Franque", 2014, SIEFAR : [1]

Notes et référencesModifier

  1. Une fille prénommée Isis-Mélanie-Chrisotémie-Laodamie.
  2. Elle ont la même mère, née Mari-Françoise Clerc et mariée à Jean-Joseph Messageot puis à Claude-Antoine Charve
  3. Antoine-Vincent Arnault, Antoine Jay, Étienne de Jouy, M. de Norvins, Biographie nouvelle des contemporains, Librairie historique, 1822.