Ouvrir le menu principal

Louis de Jaucourt

rédacteur de l'Encyclopédie et docteur en médecine français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jaucourt.
Louis de Jaucourt
ChevalierLouisJaucourt.jpg
Biographie
Naissance
Décès
(à 75 ans)
Compiègne
Surnom
Chevalier de Jaucourt
Louis de Neufville
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Mouvement

Louis de Jaucourt, né à Paris le et mort à Compiègne le [1], est un collaborateur savant et prolifique de l'Encyclopédie de Diderot et D'Alembert. Le chevalier de Jaucourt, comme on le désigne habituellement, était aussi médecin.

BiographieModifier

ÉducationModifier

Bien qu'officiellement convertie au catholicisme, la famille Jaucourt[2], de vieille noblesse bourguignonne et protestante, est regardée d'un œil soupçonneux. Lorsque ses parents cherchent à exploiter leurs réseaux de famille huguenots pour offrir à leur fils, dès l'âge de huit ans[3], une formation à l'étranger, il est obligé d'utiliser un nom d'emprunt, Louis de Neufville ; sa thèse à l'université de Genève est publiée sous ce nom. C'est à Genève qu'il étudie la théologie protestante[4].

Il étudie ensuite trois ans les mathématiques et la physique à l'université de Cambridge, puis la médecine à l'université de Leyde[4]. C'est à Leyde qu'il fait la connaissance de Théodore Tronchin et d'Herman Boerhaave[5] et obtient un doctorat en médecine (sans avoir toutefois l’intention de la pratiquer, sauf pour les pauvres[3]).

Il revient en France en 1736. Il achète la paix avec ceux qui contestent devant les tribunaux son droit à l'héritage de ses grands-parents maternels, confisqué pour « fait de religion[1] » (ils avaient quitté la France).

Une encyclopédie perdueModifier

Jaucourt consacre vingt ans de sa vie (1730–1750) à consigner ses connaissances médicales dans un grand dictionnaire encyclopédique, Lexicon medicum universalis. Mais le manuscrit, dont il n’existe pas de copie intégrale, disparaît dans le naufrage en 1750 du vaisseau qui l’amène à l’imprimeur hollandais.

L'« esclave » de l’EncyclopédieModifier

Le premier article signé de Jaucourt dans l’Encyclopédie est l'article « Bysse » du volume 2, publié en 1752. À partir de cette date, l'implication de Jaucourt croît jusqu'à la fin de l'aventure éditoriale (1765), en dépit des suspensions de la publication et des dangers. Il rédige ainsi près du quart des articles des derniers tomes, ou près de 17 000 pour un total de 68 000[6],[7],[8]. Sa puissance de travail sert à Voltaire, dans une lettre à d’Alembert, à piquer celui-ci sur le rôle de Diderot : « Je m’aperçois, dit-il avec quelque exagération, que le chevalier de Jaucourt a écrit les trois quarts de l’Encyclopédie. Votre ami [Diderot] était donc occupé ailleurs[9] ? »

En 1765, après huit ans d’interdiction, la publication de l’Encyclopédie reprend. Jaucourt, aidé de secrétaires qu’il paye de sa poche[10], va jusqu’à rédiger quatre articles par jour. Les dix derniers volumes paraissent d'un coup : une contribution sur deux vient de celui que Diderot appelle l’« esclave de l’Encyclopédie[10] ».

Publiquement, Diderot fait l’éloge de Jaucourt. Dans l'« Avertissement » du tome 8[11] en 1765, il écrit : « Si nous avons poussé le cri de joie du matelot, lorsqu’il aperçoit la terre, après une nuit obscure qui l’a tenu égaré entre le ciel et les eaux, c’est à M. le chevalier de Jaucourt que nous le devons. Que n’a-t-il pas fait pour nous, surtout dans ces derniers temps ? Avec quelle constance ne s’est-il pas refusé à des sollicitations tendres et puissantes qui cherchaient à nous l’enlever ? Jamais le sacrifice du repos, de l’intérêt et de la santé ne s’est fait plus entier et plus absolu. Les recherches les plus pénibles et les plus ingrates ne l’ont point rebuté. Il s’en est occupé sans relâche, satisfait de lui-même, s’il pouvait en épargner aux autres le dégoût. Mais c’est à chaque feuille de cet ouvrage à suppléer ce qui manque à notre éloge ; il n’en est aucune qui n’atteste et la variété de ses connaissances et l’étendue de ses secours. » En privé pourtant, à travers sa correspondance en tous cas, Diderot se montre moins admiratif : « Ne craignez pas qu'il s'ennuie de moudre des articles : Dieu le fit pour cela[12]. ».

Les contributions de Jaucourt touchent tous les domaines du savoir (histoire, géographie, sciences, politique), mais en particulier la médecine et la biologie, où il se montre mécaniste, et donc en opposition avec Jean-Joseph de Chambaud, vitaliste. Il est aussi l'un des quatre contributeurs aux articles d'astronomie[13] qui répandent la théorie de l'héliocentrisme dans la société de l'époque[14].

Jaucourt, nettement incliné dans la direction qui sera celle de la Révolution, est l’auteur des articles « esclavage » et « traite des nègres » (demandant son abolition) en 1755, ou encore d’articles où il prend position sur des sujets délicats, tels que « guerre », « Inquisition », « monarchie », « patrie », « peuple » ou « presse » …

Dans une telle masse d'articles, on ne pouvait éviter l'inégalité des contributions. Philipp Blom écrit : « Alors que certaines définitions sont plutôt mal rédigées, on trouve sous le nom de Jaucourt des contributions dont l’éloquence ne le cède en rien aux plus grands noms de son époque, comme les droits des citoyens, les persécutions religieuses ou la liberté de religion[15]. »

Fin de vie et notoriétéModifier

Le , Louis de Jaucourt devient membre de la Royal Society de Londres et, en 1764, de l'académie de Berlin[16].

Il appartient aussi aux académies de Stockholm et de Bordeaux. En plus de nombreux articles touchant à la médecine et à la science dans l’Encyclopédie, il écrit une Vie de Leibniz et un grand nombre de mémoires adressés à diverses académies ou sociétés savantes[17].

Quelques mois avant la fin de sa vie, il se retire à Compiègne. Il y emploie le jeune Mercier de Compiègne comme secrétaire. Il est inhumé au cimetière de Saint-Jacques de la ville. On ne lui connaît aucun mariage, ni aucune descendance.

Malgré son rôle décisif dans l'achèvement de l'Encyclopédie, Jaucourt n'a pas atteint la notoriété de Diderot et de D'Alembert[18]. « Sa modestie, sa discrétion, son militantisme serein[19] », sa foi protestante, n'y sont sans doute pas totalement étrangers. Le manque actuel de notoriété de Jaucourt perpétue l'effacement que cet encyclopédiste polyglotte, membre de quatre académies, connut de son vivant. « Le chevalier de Jaucourt, écrit Michaud, était d'un caractère doux et affable : il n'avait d'autre passion que celle de rendre service ; et quoique sa fortune fût médiocre, il aidait de sa bourse tous ceux qui s'adressaient à lui. Il ne sollicita jamais aucune faveur, ne prit part à aucune dispute littéraire : enfin, comme il le dit lui-même, sans besoins, sans désir, sans ambition, sans intrigue, il chercha son repos dans l'obscurité de sa vie[3]. » On peut certainement dire que, sur la quantité d'articles fournis, peu, finalement, sont totalement originaux[20], mais, sans lui, l'Encyclopédie serait probablement restée à l'état de ce qu'on appelle un beau et grand projet.

Publications (sélection)Modifier

Les titres précédés de « LN » ont été publiés sous le pseudonyme de Louis de Neufville.

OuvragesModifier

Ouvrage perduModifier

  • Lexicon medicum universalis en six volumes. — Jaucourt s'est servi des articles dont il avait copie pour l'Encyclopédie[25].

TraductionsModifier

Contributions et collaborationsModifier

Articles de l’Encyclopédie attribués à Jaucourt (sélection)Modifier

On ne reprend ici que les articles cités dans les sources consultées. Dans l’Encyclopédie, les articles de Jaucourt sont généralement[28] signés « D. J. » ou suivis de la mention « Cet article est de M. le chevalier de Jaucourt[29] ». Pour chaque article, on donne l'entrée, la localisation dans l'Encyclopédie (volume:page), un lien vers la première page de l'article et les références d'une éventuelle réédition isolée de l'article[16].

Description d'un cabinet de curiositésModifier

Mercure de FranceModifier

Bibliothèque raisonnée (contestable)Modifier

CorrespondanceModifier

BibliographieModifier

ComplémentsModifier

ÉponymieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Chouillet.
  2. Sur geneanet.
  3. a b c d et e Michaud.
  4. a et b Albane Cogné, Stéphane Blond et Gilles Montègre, Les circulations internationales en Europe, 1680-1780, Atlande, 2011, p. 316.
  5. On n'a pas pu retrouver une Vie de Boerhaave qu'il aurait écrite.
  6. Schwab.
  7. Pour les pourcentages par tome, voir Madeleine F. Morris, Le chevalier de Jaucourt, un ami de la Terre (1704-1780), 1979, p. 2.
  8. Pour encore d'autres chiffres : Madeleine Pinault, L'Encyclopédie, Paris, P.U.F., 1993, p. 51.
  9. Louis Ducros, Les Encyclopédistes, Honoré Champion, 1900, p. 76.
  10. a et b Birnstiel.
  11. Diderot, « Avertissement ».
  12. Lettre de Diderot à Sophie Volland du .
  13. Avec d'Alembert, Jean-Baptiste Le Roy, et Jean Henri Samuel de Formey.
  14. Colette Le Lay, sous la direction de Jacques Gapaillard, Les articles d’astronomie dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, Mémoire de D. E. A. d’Histoire des sciences et des techniques, Faculté des sciences et des techniques de Nantes, Centre François Viète, 1997.
  15. « Der Ritter ohne Gesicht », dans Frankfurter Allgemeine Zeitung, , p. 48.
  16. a et b Kafker.
  17. a et b Bruno Lagarrigue a cherché — sans succès — à confirmer la participation de Jaucourt à la Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savans de l'Europe. Voir dans Un temple de la culture européenne (1728–1753) le passage consacré à Jaucourt, p. 79.
  18. Perla.
  19. Pierre Lepape, Diderot, Flammarion, 1991, p. 124.
  20. Doolittle.
  21. Sur ce Jallabert, voir « Etienne Jallabert » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne., dans Dictionnaire historique de la Suisse, ou Émile Haag, « Jallabert (Étienne) », dans La France protestante, t. 6, p. 25.
  22. Ne pas confondre avec l'ouvrage fondateur de Pierre Perrault De l'origine des fontaines, qui est de 1674.
  23. Jaucourt s'explique sur le choix de cette orthographe dans la n. 1 de la p. 1.
  24. Voir Bulletin du bibliophile, février-mars 1840, p. 100.
  25. D'Alembert, « Avertissement des éditeurs », dans Encyclopédie, t. 2.
  26. Jaucourt a aussi collaboré avec Louis, Menuret, Daubenton, Venel et Le Blond à l'article « Oreille » de la première édition (1765 : t. 11, p. 612-623) de l'Encyclopédie.
  27. Nous n'avons pu retrouver cette traduction.
  28. Des erreurs de signature ne sont pas à exclure.
  29. Pour une liste de toutes les variantes, voir Kafker, Kafker et Launay.
  30. Orthographié « dépends ».
  31. Traduction et notes de David A. Ross.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier