Ouvrir le menu principal

Louis O'Neill

personnalité politique canadienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir O'Neill.

Louis O'Neill
Fonctions
Ministre des Affaires culturelles du Québec
Prédécesseur Jean-Paul L'Allier
Successeur Denis Vaugeois
Ministre des Communications du Québec
Prédécesseur Jean-Paul L'Allier
Successeur Denis Vaugeois
Député de Chauveau à l'Assemblée nationale du Québec
Prédécesseur Bernard Lachapelle
Successeur Raymond Brouillet
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Sainte-Foy (Québec)
Date de décès (à 93 ans)
Lieu de décès Québec
Nationalité Canadien
Parti politique Parti québécois
Diplômé de Université Laval,
université pontificale Saint-Thomas-d'Aquin,
université de Strasbourg
Profession Professeur,
essayiste,
homme politique

Louis O'Neill, né le à Sainte-Foy et mort le , est un théologien, philosophe et homme politique québécois.

En 1976, avec Jacques Couture, il est l'un des deux premiers prêtres élus à l'Assemblée nationale.

BiographieModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Natif de Sainte-Foy (Québec), Louis O'Neill étudie à l'université Laval, à l'université Angelicum et à l'université de Strasbourg. Après ses études de troisième cycle en théologie, il reçoit son ordination à la prêtrise au mois de juin 1950.

Alors qu'il enseigne la philosophie sociale à l'université Laval et à l'université nationale du Rwanda, ainsi qu'au séminaire de Québec, il collabore à plusieurs revues et s'associe à Gérard Dion pour critiquer le gouvernement de Maurice Duplessis.

En 1973, il est candidat pour le Parti québécois dans la circonscription de Mercier, mais il est défait. Trois années plus tard, dans Chauveau, il est élu comme député péquiste. Nommé ministre dans le premier gouvernement Lévesque, il est ministre des Affaires culturelles du 26 novembre 1976 au 28 février 1978 et ministre des Communications du 26 novembre 1976 au 21 septembre 1979.

Lors de l'élection générale québécoise de 1981, O'Neill ne se représente pas, préférant revenir à l'enseignement à l'université Laval. Il a contribué aux Amitiés judéo-chrétiennes, à l'Acfas et la société canadienne de théologie.

Renonçant à la vie religieuse, il se marié et a deux enfants. Nommé professeur émérite en 1999, il publie ses mémoires en 2003.

Il meurt le à l’âge de 93 ans[1],[2].

OuvragesModifier

  • L'Immoralité politique dans la province de Québec, 1956
  • Le Chrétien et les élections, 1960
  • Le Chrétien en démocratie, 1961
  • L'Homme moderne et la socialisation : analyse éthico-sociale du phénomène, 1967
  • Le Prochain rendez-vous, 1988
  • Les trains qui passent - Propos et souvenirs d'un citoyen libre, 2003

Revues et journauxModifier

Notes et référencesModifier

  1. Zone Politique - ICI.Radio-Canada.ca, « Décès de l'ex-ministre péquiste Louis O'Neill », sur Radio-Canada.ca (consulté le 23 octobre 2018).
  2. Agence QMI, « L’ancien ministre Louis O’Neill est décédé », Le Journal de Québec,‎ (lire en ligne, consulté le 23 octobre 2018).

Voir aussiModifier