Ouvrir le menu principal

Louis Motte-Bossut

homme d'affaires français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Motte.
Louis Motte-Bossut
Fonction
Adjoint au maire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
LannoyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Famille
Autres informations
Distinction

Louis Motte-Bossut, né le 25 avril 1817 à Roubaix et mort le 29 décembre 1883 à Lannoy, est un industriel français, spécialisé dans le textile.

BiographieModifier

Louis Motte est le fils aîné de la famille Motte-Brédart. Il fit ses études au collège Saint-Bertin (petit Séminaire) de Saint-Omer. À sa sortie du collège, il seconda ses parents dans une période assez difficile, car il s'agissait de liquider le rayon Fabrication de Tissus.

Son mariage en 1841 avec Adèle Bossut (1819 - 1892), fille du maire de Roubaix, lui permit, avec l'aide de son beau-frère Wattinne-Bossut et de M. Cavrois-Grimonprez (oncle de sa femme), de réaliser un projet qu'il s'était formé au cours de voyages en Angleterre : monter sur des bases industrielles et d'importance encore inconnue en France, le nouveau système de filature de coton dit self-acting.

Avec l'aide de sa mère, il mit sur pied une filature qui, en 1843, représentait, en importance, avec 18 000 broches, dix filatures moyennes de l'époque. À peine achevée, cette usine était la proie des flammes (juillet 1845). Dix mois plus tard, elle était reconstruite sur des données plus vastes, puisque avec 44 000 broches elle atteignait presque l'effectif de toutes les filatures de Roubaix et de Tourcoing réunies.

Quelque quinze ans plus tard, une autre filature venait porter l'installation à 100 000 broches. La Filature Monstre fut à nouveau détruite par un incendie en 1865 et ne fut plus, cette fois, rétablie.

Peu de temps après, à l'intention de ses fils, Louis Motte-Bossut aménagea un important tissage de coton à Leers, puis une filature de laine à Roubaix. L'importance de son rôle d'industriel lui avait valu, en 1863, la Légion d'honneur.

Les affaires publiques retinrent également son attention, à l'occasion de son accession soit à la Chambre de commerce soit au conseil municipal, comme conseiller puis comme adjoint au maire, postes qu'il occupa une quinzaine d'années.

Il mourut, en 1883, à l'âge de 66 ans.

Liens externesModifier