Louis Milliot

juriste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Milliot.
Louis Milliot
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
VézelayVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Louis Milliot, né le à Bugeaud (aujourd'hui Seraïdi en Algérie) et mort en octobre 1961 à Vézelay (France), est un professeur de droit français, spécialiste du droit musulman.

BiographieModifier

Agrégé de droit en 1920, il enseigne d'abord à la faculté de droit d'Alger, puis à la faculté de droit de Paris à partir des années 1930. Nommé doyen de la faculté de droit d'Alger en 1934, il devient directeur général des Affaires indigènes du Gouvernement général d'Algérie de 1935 à 1940, date à laquelle il reprend sa place à la faculté d'Alger.

À la demande de René Cassin, il prend en 1944 la présidence du Conseil de coordination des Croix-Rouge françaises dans les territoires libérés. En 1945, il devient vice-président de la Croix-Rouge française et reste par la suite membre de son conseil d'administration. Affecté à la faculté de droit, il enseigne aussi les institutions de l'islam à l'École nationale d'administration (ENA), avant de prendre sa retraite en 1957.

BibliographieModifier

  • Étude sur la condition de la femme musulmane au Maghreb, Paris, J. Rousset, 1910, 331 p. (thèse de doctorat)
  • L'association agricole chez les musulmans du Maghreb, Paris, Librairie nouvelle de droit et de jurisprudence, 1911, XVI-301 p.
  • Démembrements du habous, Paris, E. Leroux, 1918, 185 p.
  • Les terres collectives (Blâd Djem'â) : étude de législation marocaine, Paris, Leroux, 1922, VII-310 p.
  • L'œuvre législative de la France en Algérie (en collab. avec Marcel Morand, Frédéric Godin, Maurice Gaffiot), Paris, libr. Félix Alcan, 1930, 527 p.
  • Introduction à l'étude du droit musulman, Paris, Sirey, 1953, 823 p.

Louis Milliot a en outre été à l'origine de la publication de recueils de législation chérifienne et algérienne (jurisclasseurs).

SourceModifier

  • « Le professeur Louis Milliot », in Revue internationale de droit comparé, 1963, n° 1, p. 185-186[1]

Notes et référencesModifier

  1. Le professeur Louis Milliot, nécrologie sur persee.fr

Voir aussiModifier

Article connexeModifier