Louis Bourlier

Louis Bourlier, né en 1764 à Avesnières[1], était un traducteur, et poète français. Il est connu pour sa traduction en vers de La Jérusalem délivrée.

Louis Bourlier
Biographie
Naissance
Décès
Après Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

BiographieModifier

Il obtient dans sa jeunesse[2], un premier prix de vers latins, qui lui procure selon lui sa vocation de poète. En 1788, il entre à Paris dans une maison de commerce italienne.

En , lors de la Terreur, il est emprisonné[3] alors qu'il vient demander un certificat de civisme pour son patron Bornis[4]. En , Bourlier s'échappe[5] avec un Vénitien de la prison de Port-Libre[6],[7].

Repris, il est réintégré[8] à la même prison, où Dupontet[9] le fait transférer[10] dans une maison de santé de la rue de la Folie-Regnault[11], où il se trouve en compagnie de la princesse Lubomirska, Jean-Baptiste Magon de La Balue, le marquis de Travault. Il est ensuite transféré[12] à la Prison Sainte-Pélagie[13]. Au printemps 1794, il est conduit[14] au palais du Luxembourg, où les prisonniers[15] sont bientôt 900. 150 personnes dans une seule nuit sont envoyées à la guillotine. La chute de Robespierre sauve les autres. Bourlier est remis en liberté le 5 fructidor an II[16].

Il avait commencé sa traduction du Tasse en étant prisonnier. Il laisse la traduction de côté, pour la reprendre plus tard, lorsqu'il se trouve déchargé de l'un de ses emplois. Il l'achevait en 1815 au moment de l'entrée des Alliés à Paris. Bourlier travaillait à la ferme des jeux jusqu'en 1836[17].

Bourlier, se décide alors à lancer sa traduction, préparée depuis 30 ans[18].

BibliographieModifier

  • Jérusalem délivrée, traduction nouvelle en vers français, strophe pour strophe, pas un vers de plus, pas un vers de moins, par Louis Bourlier, de Laval, 1838, In-12 de XIV-335 p., plus 2 ff. pour des pièces détachées et les errata, imprimé par Guiraudet et Jouaust.

SourceModifier

Notes et référencesModifier

  1. Désormais quartier de Laval
  2. La famille Bourlier compte de nombreux représentants à Avesnières. Denis Bourlier, est marchand tissier, procureur marguillier en 1788. L'abbé Jean-Baptiste Bourlier est principal du collège de Laval, 1780. La Paragère de l'Huisserie qui lui appartenait est vendue par Jeanne-Catherine Bourlier, en 1821. Jacques Bourlier est rentier à Laval en 1837. Louis Bourlier signe dans sa préface, qu'il est un des descendants d'Ambroise Paré : « Louis Bourlier, de Laval, département de la Mayenne, un des descendans d'Ambroise Paré, à qui la science médicale est redevable de la découverte de la circulation du sang ».
  3. 25 frimaire an II par ordre du Comité révolutionnaire de la Section de la Réunion.
  4. Ce dernier veut rentrer en Italie, et avait été arrêté à Dôle. Bourlier est condamné à 30 ans, comme commis de Bornis. A essayé de corrompre plusieurs citoyens pour obtenir une attestation pour faire sortir Bornis de prison.
  5. Nuit du 5 au 6 ventôse an II
  6. Abbaye de Port-Royal de Paris.
  7. Bourlier indique que les fermiers généraux et généreux, ses co-détenus avaient pourvu à tous ses besoins.
  8. 12 ventôse an II sur ordre de l'administration de police.
  9. Médecin et prisonnier.
  10. 22 ventôse an II sur ordre de l'administration de police.
  11. Bourlier indique : Là, je me trouvai comme le poisson dans l'eau. Les riches et honorables personnages qui étaient là aussi pour se faire traiter de maladies qu'ils n'avaient pas, subvenaient à toutes les dépenses
  12. 2 germinal an II sur ordre de l'administration de police.
  13. La distraction des détenus était d'aller voir à travers les barreaux de fer d'une lucarne les comédiennes: Mademoiselle Lange, Louise Contat et Mézerai.
  14. 11 floréal an II sur ordre de l'administration de police.
  15. Dont les princesses d'Orléans, le maréchal Philippe de Noailles, le duc de Gesvres, le prieur des Chartreux, l'amiral Pierre César Charles de Sercey.
  16. Par ordre du Comité de sûreté générale. 22 août 1794.
  17. La loi de finances de 1837 supprime en 1836 son existence.
  18. Bourlier indique la lancer dans le monde, sans appui, sans protecteurs, sans prôneurs, comme un enfant perdu

Liens externesModifier