Ouvrir le menu principal

Louis Aubert (homme politique)

producteur de cinéma et homme politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aubert et Louis Aubert.

Louis Aubert
Fonctions
Député 1932-1942
Gouvernement IIIe République
Groupe politique GR (1932-1936)
NI (1936-1942)
Biographie
Date de naissance
Date de décès
Résidence Vendée

Louis, Félix, Hyppolyte Aubert, né le 25 août 1878 à Mayenne (Mayenne)[1], mort le 18 mai 1944 aux Sables-d'Olonne (Vendée)[2], est un distributeur et producteur de cinéma, et un homme politique français.

BiographieModifier

Il est le fils d'un important entrepreneur de travaux publics, et le neveu de Georges Batiot, avocat et député de la Vendée de 1893 à 1898, maire et conseiller général de Talmont.

Après des études d'agronomie, Louis Aubert s'oriente d'abord vers l'industrie naissante du cinéma, fondant en 1909 une maison de distribution sous l'appellation de Compagnie générale du cinématographe. Il se fait connaître notamment en diffusant une des premières grandes productions internationales, une adaptation italienne du roman Quo Vadis. Il s'intéresse aussi à la production, et sa société rivalise avec les maisons Pathé et Gaumont.

En 1913, il crée la chaîne de salles appelées Aubert Palace. Il est l'introducteur en France du film parlant.

Il cède son affaire, qui sera absorbée par les Films Gaumont, et devient conseiller du commerce extérieur. Il est également président des Établissements Lumière de Lyon. Il continue cependant de s'intéresser au cinéma, puisqu'il produit les premiers films de Sacha Guitry.

Il se tourne cependant vers la politique. En mai 1932, il est élu député de la Vendée dans la circonscription des Sables-d'Olonne, sous l'étiquette Radical indépendant , réélu en 1936. A la chambre, il est un député actif mais sur des dossiers essentiellement techniques. Le 10 juillet 1940, il vote en faveur des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain.

Grand admirateur du sculpteur Antoine Bourdelle, il fonde l'association des amis de l'artiste, et envisage de confier à Auguste Perret le soin de construire à Châtillon un musée consacré à cet artiste[3].

Il meurt de façon prématurée en mai 1944.

Filmographie non exhaustive en tant que producteurModifier

SourcesModifier

  • « Louis Aubert (homme politique) », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Notes et référencesModifier

  1. Archives de La Mayenne, Commune de Mayenne, acte de naissance no 455, année 1878
  2. Les gens du cinéma
  3. Vincent Noce, « Héraklès, une œuvre manifeste de Bourdelle », La Gazette Drouot, 25 juin 2016, p. 13.,

Liens externesModifier