Lorraine O'Grady

artiste américaine
Lorraine O'Grady
Image dans Infobox.
Lorraine O'Grady dans son appartement, Christianshavn, Copenhague, 1962 (gauche). Lorraine O'Grady par Elia Alba, New York, 2014 (droite).
Biographie
Naissance
Pseudonyme
Mlle Bourgeoise Noire
Nationalité
Domicile
Formation
Activité
Période d'activité
Autres informations
Domaine
Mouvement
Genre artistique
Site web
Distinctions
Anonymous Was A Woman (2009), Distinguished Feminist Award (2014), Creative Capital Award (2015), Wellesley College Alumnae Achievement Award (2017)
Œuvres principales
Lorraine O'Grady: Writing in Space 1973-2019 (2020)

Lorraine O'Grady, née le à Boston, est une artiste, écrivaine, traductrice et critique musicale américaine.

Travaillant dans le domaine de l'art conceptuel et de la performance qui intègre l'installation photo et vidéo, elle explore la construction culturelle de l'identité, et en particulier celle de la subjectivité féminine noire, telle qu'elle est façonnée par l'expérience de la diaspora africaine et de l'hybridité[1].

BiographieModifier

Originaire du Massachusetts, Lorraine O'Grady est la fille de parents jamaïcains qui participent à la fondation de St Cyprian, la première église épiscopale antillaise de Boston. La petite fille est déjà attirée par la forme et l'esthétique de la "haute église" de St John's of Roxbury Crossing, située à proximité, et se souvient : « J'ai été formée de manière permanente par l'esthétique de cette expérience, par les rituels, qui sont une version plus majestueuse et élégante du catholicisme romain. J'ai eu la foi jusqu'au milieu de la vingtaine, jusqu'à la mort de ma sœur Devonia, puis j'ai cessé de croire »[2],[3].

En 1955, Lorraine O'Grady est diplômée du Wellesley College, avant d'intégrer le Writers' Workshop de l'Université de l'Iowa, dont elle obtient une maîtrise en fiction. Elle démarre véritablement une carrière artistique à l'âge de quarante-cinq ans dans les années 1980[1],[4],[5]. Avant de devenir artiste, elle travaille comme analyste de renseignements pour le Department of Labor and State à Washington, comme traductrice professionnelle et comme critique de rock[1].

Elle donne également un cours sur Charles Baudelaire et Arthur Rimbaud à la School of Visual Arts à New York, pour rendre service à un ami. Cette expérience marque son expérience dans le monde de l'art[6]. Elle réalise alors son premier corpus d’œuvres, Cutting Out the New York Times, une série de collages à base de journaux découpés, en 1977[6].

Lorraine O'Grady vit et travaille dans le Meatpacking District de New York[7].

Carrière artistiqueModifier

 
Performance de Mlle Bourgeoise Noire, au New Museum of Contemporary Art, 1981.

Mlle Bourgeoise NoireModifier

Au début des années 1980, Lorraine O'Grady crée le personnage de Mlle Bourgeoise Noire, qui envahit les vernissages vêtue d'une blouse et d'une cape confectionnées à partir de cent quatre-vingt paires de gants blancs[8]. Ce personnage a pour habitude d'offrir tout d'abord des fleurs, puis se frappe elle-même avec un fouet blanc clouté, qu'elle appelle souvent « le fouet qui a fait bouger les plantations »[9].

Tout en pratiquant ce rituel, elle cite des poèmes de protestation contre la ségrégation raciale dans le monde de l'art qui exclue les Noirs du monde de l'art traditionnel, et qu'elle considère comme ne regardant pas au-delà d'un petit cercle d'amis. Sa première performance en tant que Mlle Bourgeoise Noire a eu lieu en 1980 à la galerie Just Above Midtown de Linda Goode Bryant à Tribeca[9].

L'artiste attribue également à Mlle Bourgeoise Noire, le mérite d'avoir organisé des expositions, telles que The Black and White Show en 1983 à Kenkeleba House, une galerie gérée par des Noirs et située dans l'East Village de Manhattan. Le concept de cet événement est de montrer les œuvres de trente artistes noirs aux côtés de trente artistes blancs[10].

La même année, elle chorégraphie une dernière performance participative en tant que Mlle Bourgeoise Noire, intitulée Art Is..., qui consiste en la confection d'un char de parade qu'elle présente lors de la parade annuelle de l'African American Day à Harlem[11].

Art Is...Modifier

Art Is... est la performance et le succès artistique le plus célèbre de Lorraine O'Grady[12]. Le char est conduit sur Adam Clayton Powell Boulevard par l'artiste, accompagnée d'une troupe de quinze artistes afro-américains et latinos, habillés tout en blanc, et marchant autour du char en portant des cadres dorés vides[13]. Lorraine O'Grady engage également quinze jeunes artistes noirs qui marchent et dansent à ses côtés, portant des cadres dorés plus petits qu'ils brandissent devant les membres de la foule[14]. La performance encourage non seulement les spectateurs, principalement des personnes de couleur, à se considérer comme des artistes, mais attire également l'attention sur le racisme dans le monde de l'art[14].

À partir de 1991, Lorraine O'Grady ajoute des installations photographiques à son travail conceptuel et en 2007, elle réalise sa première installation vidéo lors d'une résidence à Artpace à San Antonio, au Texas[4].

Imprimées pour la première fois plus de trois décennies plus tard, les photographies de Lorriane O'Grady tirées de la performance perpétuent son héritage en interrogeant les questions de représentation, en célébrant la négritude et en revendiquant l'art d'avant-garde comme un médium noir[11],[15].

De 2015 à 2016, les photographies de l'évènement Art Is... sont présentées au Studio Museum in Harlem, où la conservatrice adjointe Amanda Hunt déclare que cette performance artistique affirme : " la volonté des résidents de Harlem de se voir comme des œuvres d'art "[15]. En 2016, l'artiste déclare à propos de son art : "Je pense que le premier but de l'art est de nous rappeler que nous sommes humains. Je suppose que la politique dans mon art pourrait être de nous rappeler que nous sommes tous humains"[2].

En , quatre des photographies d'Art Is... sont présentées dans l'exposition d'Artpace intitulée Visibilities : Intrepid Women of Artpace[16],[17],[18]. La série est incluse dans une exposition célébrant les artistes s'identifiant à des femmes[19],[20],[21].

ExpositionsModifier

Lorraine O'Grady expose son art pour la première fois à l'âge de quarante-cinq ans. Son travail fortement féministe est fortement sollicité, notamment à New York et en Europe. La première performance de Mlle Bourgeoise Noire devient le point d'entrée de l'exposition WACK ! Art and the Feminist Revolution, la première exposition muséale de ce mouvement artistique révolutionnaire[22],[23],[24].

En , elle fait l'objet d'une exposition personnelle à l'Art Basel Miami Beach, la plus importante foire d'art contemporain aux États-Unis[25]. Par la suite, elle est l'une des 55 artistes sélectionnés pour participer à la Biennale du Whitney en 2010[26].

Ses œuvres ont fait l'objet de nombreuses expositions marquantes, notamment : This Will Have Been : Art, Love & Politics in the 1980s, Radical Presence : Black Performance in Contemporary Art ou En Mas' : Carnaval and Performance Art of the Caribbean[27],[28],[29].

En 2017, Lorraine O'Grady participe à l'exposition We Wanted a Revolution : Black Radical Women 1965-1985, organisée par Catherine Morris, conservatrice principale de la famille Sackler pour le Centre Elizabeth A. Sackler pour l'art féministe, et Rujeko Hockley, ancien conservateur adjoint d'art contemporain du Brooklyn Museum[30],[31].

Une rétrospective de l'œuvre de l'artiste, Lorraine O'Grady : Both/And, est présentée au Brooklyn Museum du au . Pour cette exposition, l'artiste collabore à une anthologie de ses écrits avec l'historienne et critique d'art, Aruna D'Souza[32],[33].

PublicationsModifier

Critiques musicalesModifier

Une première critique musicale de Lorraine O'Grady sur la soirée où Bob Marley et The Wailers réalise la première partie de Bruce Springsteen au Max's Upstairs de Manhattan, le , est rejetée à l'époque par le rédacteur en chef du The Village Voice, qui déclare : "C'est trop tôt pour ces deux-là"[1]. La critique est finalement publiée pour la première fois près de quarante ans plus tard dans Max's Kansas City : Art, Glamour, Rock and Roll, un livre de photos avec des textes de Lou Reed, Lenny Kaye, Danny Fields, Lorraine O'Grady et Steven Watson, publié en 2010[34].

Essais et littératureModifier

Le recueil des écrits de Lorraine O'Grady, Writing in Space, 1973-2019, est publié par Duke University Press en 2020, sous la direction d'Aruna D'Souza[1]. Outre les articles qu'elle rédige pour le magazine Artforum et Art Lies, son essai intitulé Olympia's Maid : Reclaiming Black Female Subjectivity, est intégré à de nombreuses anthologies, dont The Feminism and Visual Culture Reader d'Amelia Jones en 2010[35],[36].

L'essai Olympia's Maid : Reclaiming Black Female Subjectivity est initialement publié en 1994 dans l'ouvrage New Feminist Criticism : Art, Identity, Action. Largement référencé dans les travaux universitaires, le texte est une critique culturelle de la représentation du corps des femmes noires et de la récupération du corps comme lieu de la subjectivité des femmes noires[37].

DistinctionsModifier

En 1995, Lorraine O'Grady est titulaire de la bourse Bunting en arts visuels au Radcliffe Institute for Advenced Study de l'université Harvard[38].

En 1998, elle est nommée Senior Fellow du Vera List Center for Art and Politics de la New School University[39]. En 2009, elle reçoit le prix Anonymous Was A Woman, une bourse United States Artists Rockefeller en art visuel en 2011, le Distinguished Feminist Award de la College Art Association en 2014 et un Creative Capital Award en art visuel en 2015[40],[41],[42].

En 2017, Lorraine O'Grady reçoit le Wellesley College Alumnae Achievement Award, la plus haute distinction accordée aux anciens élèves du Wellesley College[43].

CollectionsModifier

Les œuvres de Lorraine O'Grady font partie des collections permanentes du Museum of Modern Art, de l'Art Institute of Chicago, du Brooklyn Museum, du Davis Museum and Cultural Center, du Fogg Museum at Harvard, du Los Angeles County Museum of Art, du Rose Art Museum, du Studio Museum in Harlem, du Wadsworth Atheneum, du Walker Art Center, du Worcester Art Museum et du Pérez Art Museum Miami[43],[44],[45],[46],[47],[48],[49],[50],[51].

ReconnaissanceModifier

En 2016, Lorraine O'Grady est le sujet de la vidéo Marrow de la musicienne Anohni, issue de l'album Hopelessness[52].

Les compositions vidéo de la performance Art is... est citée lors de l'élection présidentielle américaine de 2020 pour la campagne de Joe Biden. Dans un article d'Alex Greenberger, il soutient que l'artiste a été une inspiration clé pour une vidéo de présentation de Joe Biden et Kamala Harris, dans laquelle des personnes de différentes races tiennent des cadres photos vides[53].

BibliographieModifier

  • Lorraine O'Grady: Both/And d'Aruna D'Souza et Catherine Morris, Dancing Foxes Press and Brooklyn Museum, Brooklyn, NY, 2021 (ISBN 0872731863)

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e (en) Aruna D'Souza, Lorraine O'Grady: Writing in Space 1973-2019., Durham and London, Duke University Press., (ISBN 978-1-4780-1265-8, 1-4780-1265-X et 1-4780-1113-0, OCLC 1158503280, lire en ligne), p. 278–280
  2. a et b (en-US) Jarrett Earnest, « LORRAINE O’GRADY with Jarrett Earnest », sur The Brooklyn Rail, (consulté le )
  3. (en-US) Holland Cotter, « Bliss and Anger in Balance: The Art of Lorraine O’Grady », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  4. a et b (en) Linda Montano, Performance artists talking in the eighties : sex, food, money/fame, ritual/death, University of California Press, (ISBN 978-0-520-91966-2, 0-520-91966-1 et 0-585-41203-0, OCLC 50321258, lire en ligne)
  5. (en) Cornelia H. Butler, Lisa Gabrielle Mark et Museum of Contemporary Art, WACK! : art and the feminist revolution, (ISBN 0-914357-99-9 et 978-0-914357-99-5, OCLC 73743482, lire en ligne)
  6. a et b « Lorraine O’Grady », sur AWARE Women artists / Femmes artistes (consulté le )
  7. (en-US) « When protest came dressed in a tiara », sur Experience Magazine, (consulté le )
  8. (en) « Lorraine O'Grady. Untitled (Mlle Bourgeoise Noire). 1980-83/2009 | MoMA », sur The Museum of Modern Art (consulté le )
  9. a et b (en) Beth Capper, « In the Interstice: Lorraine O’Grady’s Interruptive Performances and the Circuits of (Feminist) Reproduction », TDR/The Drama Review, vol. 62, no 1 (237),‎ , p. 60–78 (ISSN 1054-2043, DOI 10.1162/DRAM_a_00719, lire en ligne, consulté le )
  10. (en-US) « A Portfolio by Lorraine O’Grady », sur www.artforum.com (consulté le )
  11. a et b (en-US) « Art Is. . . », sur Lorraine O'Grady (consulté le )
  12. (en-US) « Soul of a Nation Focus: Art Is… by Lorraine O’Grady | Crystal Bridges Museum of American Art », sur crystalbridges.org (consulté le )
  13. (en-US) Louis Bury, « In and Out of Frame: Lorraine O’Grady’s “Art Is…” », sur Hyperallergic, (consulté le )
  14. a et b (en-US) Jillian Steinhauer, « Lorraine O’Grady Finally Has the World’s Attention », sur Vulture, (consulté le )
  15. a et b (en) « Lorraine O'Grady », sur The Studio Museum in Harlem, (consulté le )
  16. (en) « Virtual Tour – Visibilities: Intrepid Women of Artpace » Artpace », sur artpace.org (consulté le )
  17. (en) Bryan Rindfuss, « ‘Visibilities: Intrepid Women of Artpace’ Group Show to Open Year-Long Celebration of Female Artists », sur San Antonio Current (consulté le )
  18. « Virtual Tour – Visibilities: Intrepid Women of Artpace » Artpace », sur artpace.org (consulté le )
  19. (en-US) James Courtney, « Year of the Visible Woman: Artpace Opens 2020 With Exhibition, Gender Parity Pledge », sur San Antonio Report, (consulté le )
  20. (en-US) Deborah Martin, « Artpace in San Antonio devoting 25th anniversary to works by women. », sur San Antonio Express-News, (consulté le )
  21. (en) « International Artist-In-Residence » Artpace », sur artpace.org (consulté le )
  22. (en) « WACK!: Art and the Feminist Revolution », sur www.moca.org (consulté le )
  23. (en-US) The New York Times, « Art in Review », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  24. (en-US) Ken Johnson, « Striking When the Spirit Was Hot », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  25. (en-US) Karen Rosenberg, « Miami Fair: Big Pieces, Smaller Prices and Relief », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  26. (en) « Whitney Biennial 2010 », sur whitney.org (consulté le )
  27. (en) « Radical Presence NY », sur radicalpresenceny.org (consulté le )
  28. (en) Claire Tancons, Krista A. Thompson et Contemporary Arts Center, En mas' : carnival and performance art of the Caribbean, (ISBN 0-916365-89-1 et 978-0-916365-89-9, OCLC 910702738, lire en ligne)
  29. (en) Lorraine O'Grady, « This Will Have Been: My 1980s », Art Journal, vol. 71, no 2,‎ , p. 6–17 (ISSN 0004-3249, DOI 10.1080/00043249.2012.10791090, lire en ligne, consulté le )
  30. (en) Catherine Morris, Rujeko Hockley, Connie H. Choi et Carmen Hermo, We wanted a revolution : black radical women, 1965-85 : a sourcebook, (ISBN 978-0-87273-183-7, 0-87273-183-9 et 978-0-87273-184-4, OCLC 964698467, lire en ligne)
  31. (en) « Brooklyn Museum: We Wanted a Revolution: Black Radical Women, 1965–85 », sur www.brooklynmuseum.org (consulté le )
  32. (en) « Brooklyn Museum: Lorraine O’Grady: Both/And », sur www.brooklynmuseum.org (consulté le )
  33. (en-US) Siddhartha Mitter, « Lorraine O’Grady, Still Cutting Into the Culture », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  34. (en) Steven Kasher, Lou Reed, Lenny Kaye et Danny Fields, Max's Kansas City : art, glamour, rock and roll, (ISBN 0-8109-9597-2 et 978-0-8109-9597-0, OCLC 636913007, lire en ligne)
  35. (en-US) Lorraine O'Gardy, « Artforum.com », sur www.artforum.com (consulté le )
  36. (en) Amelia Jones, The feminism and visual culture reader, (ISBN 978-0-415-54369-9, 0-415-54369-X et 978-0-415-54370-5, OCLC 435731525, lire en ligne)
  37. (en) Joanna Frueh, Cassandra L. Langer et Arlene Raven, New feminist criticism : art, identity, action, IconEditions, (ISBN 0-06-430909-6 et 978-0-06-430909-7, OCLC 27816089, lire en ligne)
  38. (en) « Lorraine O’Grady » Artpace », sur www.artpace.org (consulté le )
  39. (en) The New School, « Lorraine O’Grady, Fellow, 1997-1998 », sur https://veralistcenter.org/network/lorraine-ogrady/
  40. (en-US) « Award News », sur Anonymous Was A Woman (consulté le )
  41. (en) « Past Award Winners - Supporting women artists over 45. », sur web.archive.org, (consulté le )
  42. (en-US) Suzanne Walling, « Lorraine O’Grady », sur USA Fellows (consulté le )
  43. a et b (en) « Wellesley Announces Recipients of the 2017 Alumnae Achievement Awards », sur Wellesley College (consulté le )
  44. (en) « Lorraine O'Grady | MoMA », sur The Museum of Modern Art (consulté le )
  45. (en) « Lorraine O'Grady », sur The Art Institute of Chicago (consulté le )
  46. (en) « Brooklyn Museum », sur www.brooklynmuseum.org (consulté le )
  47. (en) « Lorraine O’Grady: Where Margins Become Centers », sur Carpenter Center for Visual Arts (consulté le )
  48. (en) « Digital Collection | The Rose Art Museum | Brandeis University - Miscegenated Family Album (Progress of Queens), L: Devonia, age 36; R: Nefertiti, age 36 », sur rosecollection.brandeis.edu (consulté le )
  49. (en-US) « Wadsworth Atheneum Archives », sur Lorraine O'Grady (consulté le )
  50. (en-US) « Lorraine O'Grady », sur walkerart.org (consulté le )
  51. (en) « Lorraine O'Grady - Worcester Art Museum - News / Events - Alexander Gray Associates », sur www.alexandergray.com (consulté le )
  52. (en-US) Daniel Kreps, « Watch Anohni's Devastating 'Marrow' Video », sur Rolling Stone, (consulté le )
  53. (en-US) Alex Greenberger et Alex Greenberger, « Biden-Harris Campaign Pays Homage to Iconic Lorraine O’Grady Artwork in New Video », sur ARTnews.com, (consulté le )

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :