Liste des souverains albaniens

page de liste de Wikipédia

Une liste des souverains albaniens est présentée par l’historien arménien Movsès Kaghankatvatsi dans son « Histoire des Aghovans » et contient une dizaine de rois d’Albanie du Caucase de race arménienne avec quelques informations qui ont permis à Cyrille Toumanoff de tenter de dater leur chronologie à partir de synchronismes avec d'autres souverains bien connus.

Dynastes arsacidesModifier

……

  • 300 : Vatchagan Ier le Vaillant ;
  • 330 : Sanêsan[2] ;
  • 330 : Vatché Ier ;
  • 370 : Ourhnayr, époux d'Asaï, une sœur du roi perse Shapur II. Vers 370 il est un des généraux du roi de Perse vaincus lors de la bataille de Dsirav par Mouchel Mamikonian[3] ;
  • 400 : Vatchagan II ;
  • 410 : Mrhavan ou Mihran ;
  • 420 : Satoy ;
  • 420-438 : Esvaghen[4] ;
  • 450-463 : Vatché II, fils d’une fille du roi perse Yazdgard II ; il est mentionné par les historiens Élisée et Lazare de Pharbe[5] ;
  • Vatché II doit abdiquer et la monarchie est abolie pendant 30 ans par les Sassanides ;
  • 485-510: Vatchagan III le Pieux, rétabli par le roi Valash[6]. Il met à profit l’affaiblissement des Sassanides pour restaurer la royauté en Albanie.

Selon l’historien arménien, Vatchagan, que l’on avait obligé à devenir « mage » à l'époque de l’annexion iranienne, mérite le surnom de « Pieux » car « il travaille de toutes ses forces à l’amélioration de son peuple par l’instruction et la religion, il établit des écoles pour les fils de mages de prêtres d’idoles de sorciers, d’empoisonneurs et de coupeurs de doigts »[7] et « plus hardi que ses prédécesseurs il entreprend d’extirper les abominations dans l’Albanie ». Vatchagan réunit également en 488 un concile régional à Barda sous la présidence de Chouphaghichoï catholicos de l'Église d'Albanie, entouré de trois évêques de trois chorévêques et de nombreux prêtres.

Il semble qu’après lui la monarchie disparaisse. Le contrôle du pays, dont l’Église avait suivi l'Église arménienne lors du second concile de Dvin en 555 et rejeté le concile de Chalcédoine, est disputé entre Byzance qui intervient en 575 et en 591 et l’Empire sassanide. L’Albanie du Caucase doit subir également l’occupation des Khazars.

Le premier rôle dans la région est accaparé par la dynastie des Mihranides, princes de Gardam. Varaz Grégoire est reconnu prince d’Albanie par l’empereur byzantin Héraclius Ier après qu’il a été « baptisé » en 628[8] par Ter Viroï, catholicos d’Albanie pendant 34 ans.

Princes primats d’AlbanieModifier

  • 628-636 : Varaz Grégoire ;
  • 636-680 : Javanshir, son fils ;
  • 680-699 : Varaz Terdat Ier, son neveu ;
  • 699-704 : Shéroy, candidat au trône du parti anti-byzantin pendant que Varaz Terdat est retenu à Constantinople ;
  • 704 : Varaz Terdat Ier, rétabli.

Princes titulairesModifier

  • 710 : Vardan Ier, fils de Varaz Terdat ;
  • 740 : Narsès-Dzndak, son fils ;
  • 770 : Gagik, son fils ;
  • 800 : Step'annos (Étienne), son fils ;
  • Mort en 821 : Varaz- Terdat II, son fils.

Après le meurtre de Varaz-Terdat II et de son fils et héritier, Étienne (II), le titre de prince de Gardman et de Prince-Primat (titulaire) d'Albanie fut porté par des princes arméniens haykides de Siounie, dont le premier, Atrnerseh Ier (mort en 853), fils de Sahak II, prince de Siounie occidentale ou Gegharkunik, avait épousé Spram, la sœur et héritière d'Étienne (II).

Notes et référencesModifier

  1. Chargé du commandement de l’Albanie par un roi arsacide d’Arménie nommé Vagarsharc.
  2. Prince de la famille royale d’Arménie nommé Sanatrouk par Moïse de Khorène, uniquement connu comme le bourreau de Grigoris.
  3. Lazare de Pharbe, Livre V, chapitre 4.
  4. Contemporain de Mesrop, de l’empereur Théodose II et du Shah d’Iran Yazdgard Ier.
  5. Cousin des rois Hormizd III et Péroz Ier, d’abord chrétien comme son père, il est obligé d’adopter le zoroastrisme par Yazdgard II avant de se révolter et de revenir au christianisme.
  6. Fils d’Azcert (Yezdgard), le frère de Vatché II.
  7. I.e cultes pratiquants des sacrifices humains.
  8. S'agit-il du véritable baptême d'un prince ayant adopté le zoroastrisme alors que la dynastie semble chrétienne depuis longtemps, ou d'une conversion aux rites de l'Église orthodoxe conformes au concile de Chalcédoine ?

Voir aussiModifier

BibliographieModifier