Ouvrir le menu principal

Liste des parcs et jardins de La Réunion

page de liste de Wikipédia

Les parcs et jardins de l’île française de La Réunion cultivent à la fois des espèces endémiques et des espèces venues d’autres régions tropicales. Créés soit à l’initiative des pouvoirs publics avec l’aide d’agronomes ou de botanistes, soit par des amateurs passionnés, ce sont pour certains de véritables écomusées de la flore tropicale.

La position géographique de l’île et son climat en ont fait un lieu exceptionnel d’acclimatation des plantes fournissant les épices, et ses premiers jardins ont donc joué un rôle stratégique et économique important[1].

Les villas ou les domaines privés qui se visitent sur l’île possèdent également des jardins créoles au charme particulier.

Sommaire

Liste des jardinsModifier

Botanistes et agronomes de La RéunionModifier

  • Pierre Poivre (1719-1786), agronome, botaniste, intendant des îles de France et de Bourbon, participe au développement du jardin du Roy aujourd'hui jardin de l'État (Saint-Denis). Il introduit la culture des épices dérobées aux Hollandais.
  • Jean-Nicolas Céré (1737-1810) continue la tâche de Pierre Poivre sur les îles sœurs, Maurice et La Réunion.
  • Joseph Hubert (1745-1825) ː une plante porte son nom, hubertia ambavilla.
  • Edmond Albius, inventeur du procédé de fertilisation artificielle de la vanille.

Références bibliographiquesModifier

  • Aline Ternisien et Fabrice le Bellec, Mon jardin tropical : Antilles et Réunion, Édition Orphie, (ISBN 2-87763-181-8)

NotesModifier

  1. Voir François-Bernard Huyghe et Édith Huygue, Les Coureurs d’épices, Payot, coll. « Petite bibliothèque voyageurs », , 262 p. (ISBN 2228896101 et 978-2228896108)