Ouvrir le menu principal
Lin Qiaozhi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Député à l'Assemblée nationale populaire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
Pékin, Chine
Nationalité
Formation
Fukien Provincial Female Normal School
Université Yenching
Peking Union Medical College
Activités
Autres informations
Domaine
Membre de
Academic Division of Life Sciences and Medical Sciences of the Chinese Academy of Sciences (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata


Lin Qiaozhi ou Kha-Ti Lim (林巧稚 en chinois; 23 décembre 1901 - 22 avril 1983) était une obstétricienne et gynécologue chinoise. Après avoir eu son diplôme du doctorat en médecine en 1929, elle a commencé travaillé à l'hôpital Union jusqu'à 1932. En 1948, elle avait été retournée à l'hôpital Union et y a travaillé jusqu'à sa mort. Elle a mené des recherches dans les domaines de la respiration fœtale, des maladies pelviennes féminines, de l'oncologie gynécologique et des troubles hémolytiques néonatals[1] [2]. [3] Elle a révolutionné la gynécologie et l'oncologie modernes en Chine. En tant qu'obstétricienne, elle a accouché plus de 50 000 bébés au cours de sa carrière.

Elle ne s'est jamais mariée ni n'a eu d'enfants, mais elle a toujours écrit "Le bébé de Lin Qiaozhi" sur les porte-noms des nouveau-nés. Parmi les bébés qu'elle a ramené au monde, beaucoup portent le caractère Lin (林), le nom de famille de Lin, dans leurs prénoms. Les parents ont exprimé leur remerciement vers Lin de cette manière: les enfants ont été souvent nommés "se souvenir de Lin (念林)", "hommage à Lin (仰林)" ou "respect à Lin (敬林)".

Elle est décédée à Pékin le 23 avril 1983 [4]

Lin a été élue comme députée aux 1re, 2ème, 3ème, 4ème et 5ème Assemblée nationale populaire. Pendant ce temps, elle a été aussi membre des 3ème, 4ème et 5e Comité permanent de l'Assémblée nationale populaire[5].

Sommaire

Jeunesse et éducationModifier

Née à Gulangyu en décembre 1901, Lin venait d'un milieu occidentalisé et chrétien, qui partageait les mêmes valeurs avec le Collège médical Union de Pékin (Peking Union Medical College - PUMC) auquel elle souhaitait s'inscrire plus tard. Elle a été arrivée à Shanghai pour passer l'examen d'entrée du collège en 1921. Lors de l'examen, elle est allée au secours d'une candidate qui s'est évanouie et donc elle n'a pas pu finir son examen. Néanmoins, le collège admirait son altruisme et l'admettait finalement comme un cas exceptionnel[6].

Lin a remporté la bourse Walter A. Hawley (文海奖学金 en chinois) au PUMC en tant que la meilleure diplômée en 1929 [7], qui était d'un montant considérable presque équivalent du salaire annuel d’un médecin assistant résident[8].

CarrièreModifier

Lin est devenue la première femme médecin chinoise employée par PUMC à la sortie du collège. Elle a commencé en tant qu'assistante résidente du département d'obstétrique et de gynécologie et est ensuite devenue la première femme médecin résidente de l'Hôpital Union.

Lin a suivi une formation avancée à Londres et à Manchester en 1932 et s'est rendu à Vienne l'année suivante en tant que chercheur invité. En 1939, Lin est allée à la faculté de médecine de l’université de Chicago pour poursuivre ses recherches. En même temps, elle se spécialisait au placenta praevia et au décollement placentaire[9] .

À son retour à PUMC, Lin est devenue la première femme médecin à être nommée directrice du département d'obstétrique et de gynécologie à l'hôpital. Depuis le début de la guerre du Pacifique, l'armée japonaise a fermé l'hôpital. Lin a commencé sa pratique personnelle à son domicile, le 10 Dongtangzi Hutong [10] où elle a complété un total de 8887 dossiers médicaux. [11]

(医生的对象是活生生的人……看病不是修理机器,医生不能做纯技术专家,要到病人那里做面对面的工作)

L'attitude de Lin envers les femmes enceintesModifier

Lin réconfortait toujours les femmes enceintes qui avaient les contractions. Elle préférait aussi poser doucement son oreille contre son abdomen plutôt que d'utiliser un stéthoscope pour attraper le cœur du fœtus en train de battre. On pensait que c'était un moyen de dissiper le peur ou de réduire l'écart[12].

Lin croyait que "mieux vaut être tôt que tard" pour le bilan prénatal. [13] Dans les années 1970, il y avait une femme enceinte qui avait retardé son premier bilan prénatal jusqu'au 7e mois. Elle était en colère et considérait cela comme une honte pour un obstétricien et un gynécologue, car elle a blâmé la situation pour sa négligence[13].

Lin apprenait à ses collègues et élèves que "sauver une femme enceinte, c'est de sauver deux vies".

Décès et reconnaissance posthumeModifier

 
La statue de Kha-Ti Lim

Lin a souffert de plusieurs maladies plus tard dans la vie. Elle est décédée le 22 avril 1984 à l'hôpital PUMC. [réf. nécessaire] Elle a fait don de son corps pour l'enseignement anatomique. Plus tard, ses cendres ont été dispersées sur la mer. Elle a laissé de l'argent pour une crèche et pour créer un fonds destiné à récompenser un jeune résident[13].

À l'occasion du septième anniversaire de la mort de Lin, en 1990, la Poste chinoise a émis un timbre commémoratif en son honneur[14].

Vie privéeModifier

Lin ne s'est jamais mariée. À son époque, les autorités hospitalières croyaient que la carrière et le mariage s’excluaient l'un et l'autre pour les femmes médecins. Cela pourrait la raison pour laquelle Lin a choisi de rester célibataire pour toute sa vie. Elle vivait au 59 Rue Waijiaobu, n° 59 avec sa nièce Lin Xinkeng (林心铿 en chinois), et le mari de cette dernière, Zhou Huakang (周华康 en chinois) jusqu'à sa mort.

Articles publiéesModifier

L'effet des stimulants respiratoires chez le nouveau-né, Am. J. Obst. & Gynec. , 50: 146-153, 1945

FamilleModifier

Le père de Lin avait passé la plupart de sa jeuness au Singapour, avant de rentrer à Xiamen et devenir un professeur d'anglais.

  1. Lin Qiaozhi, Lin Qiaozhi, Guardian Angel of Mothers and Babies « https://web.archive.org/web/20071212151255/http://www.womenofchina.cn/Profiles/Others/200637.jsp »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  2. Madame Dr. Lin Qiaozhi; Gynécologue pionnier de la Chine
  3. Lin Qiaozhi, par personne
  4. Grace Foote Johns, Notable Women in the Life Sciences: A Biographical Dictionary, Westport, Connecticut, Greenwood Press, , 68–74 p. (ISBN 0313293023), « Lin Ch'iao-chih »
  5. « 首任院长、妇产科专家林巧稚 »
  6. « 医术精湛 行为世范 白衣天使新女性 医德高尚 大爱无疆 万婴之母林巧稚 (in Chinese) », China Science & Technology Education No.4,‎ , p. 76
  7. « 林巧稚 (in Chinese) »
  8. Peking Union Medical College (协和医事 in Chinese), SDX Joint Publishing Company,‎ , 90 p. (ISBN 9787108057402)
  9. Beijing Chorographies: Health & Hygiene Chorograph, Beijing Press, , 455 p. (ISBN 7200049352)
  10. Xiamen Chorographies, Vol 5, Fangzhi Press, (ISBN 7-80192-026-0, lire en ligne)
  11. « 若道中华果国亡 看抗战中的医者身影 (en chinois) »
  12. 医道 (in Chinese), Pecking Union Medical College Press,‎ , 276 p. (ISBN 9787811366761)
  13. a b et c « 纪念我国妇产科学的开拓者——为林巧稚大夫诞辰100周年而作 », Chinese Journal of Obstetrics & Gynecology (中华妇产科学杂志) No.12, vol. 36,‎ , p. 710
  14. « 林巧稚:中国现代妇科之"母" (in Chinese) », China Health Industry (中国卫生产业) No.11, vol. 6,‎ , p. 31