Ouvrir le menu principal

Assemblée nationale populaire

assemblée parlementaire de la République populaire de Chine

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ANP, CPN et NPC.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres articles nationaux ou selon les autres juridictions, voir Assemblée nationale.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres articles nationaux ou selon les autres juridictions, voir Assemblée populaire nationale.
Assemblée nationale populaire
Congrès du Peuple
National People's Congress
全国人民代表大会
全國人民代表大會
Quánguó Rénmín Dàibiǎo-Dàhuì

13e Assemblée nationale populaire
1re Session plénière

Description de l'image National Emblem of the People's Republic of China (2).svg.
Type
Type Parlement monocaméral
Présidence
Président du comité permanent de l'Assemblée nationale populaire Li Zhanshu (Parti communiste chinois)
Élection
1er vice-président Wang Chen (en) (Parti communiste chinois)
Élection
Structure
Membres Assemblée nationale populaire : 2 980
Comité permanent de l'Assemblée nationale populaire : 175
Description de cette image, également commentée ci-après
Composition actuelle.
Groupes politiques
Description de cette image, également commentée ci-après
Composition actuelle.
Groupes politiques Comité permanent :
Élection
Dernière élection Octobre 2017 à février 2018.

Palais de l'Assemblée du Peuple, place Tian'anmen, Pékin.

Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie du lieu de réunion.
Divers
Site web npc.gov.cn

L'Assemblée nationale populaire ou ANP (chinois simplifié : 全国人民代表大会, chinois traditionnel : 全國人民代表大會, pinyin : Quánguó Rénmín Dàibiǎo-Dàhuì ; nom également traduit plus exactement par Congrès populaire national ou CPN et abrégé Congrès du Peuple, mais traduit aussi informellement en Assemblée populaire nationale)[1],[2] de la république populaire de Chine se réunit une fois par an pour une session d'une dizaine de jours.

L'assemblée est également connue par son nom anglais (officiel à Hong Kong) National People's Congress ou NPC. Son nom en forme longue est Le Congrès des représentants du peuple national de la République populaire de Chine (officiellement, 中华人民共和国全国人民代表大会, Zhōnghuá Rénmín Gònghéguó Quánguó Rénmín Dàibiǎo-Dàhuì en mandarin et The National People’s Congress of the People’s Republic of China[3] en anglais).

Sommaire

PrésentationModifier

Les « députés », au nombre de 3 000 environ, sont élus pour 5 ans par un système de vote très indirect, fonctionnant en fait plutôt comme un faux sénat que comme une assemblée législative représentative : ses membres sont sensés représenter effectivement non pas les citoyens mais les instances exécutives des territoires (chacune des 34 provinces ou régions spéciales), mais sont élus indirectement dans chacun d'eux par un collège électoral fortement censitaire et lui-même composé de personnalités cooptées par les élus déjà en place et la hiérarchie du parti au pouvoir, et d'élus locaux à un suffrage là encore indirect eux-mêmes soumis à ce parti (dont le fonctionnement est très fortement hiérarchisé).

Cette assemblée a un rôle plus symbolique car elle de légifère pas directement, ses trop courtes sessions proches de simples conférences ne servant pratiquement qu'à présenter les résultats de l'année précédente et désigner pour l'année suivante les principaux responsables politiques à la tête du pays et du parti unique, et ensuite approuver sommairement la politique présentée par le président élu, le reste de la législation étant ensuite à l'initiative directe du pouvoir exécutif gouvernemental, dont la responsabilité devant cette assemblée n'existe donc que quelques jours par an.

Les sessions plénières sont donc limitées, l'ordre du jour étant plus proche de celui d'une conférence, convention ou assemblée générale (大会, 大會, dàhuì en mandarin) annuelle d'un comité de direction au sein d'une organisation privée, afin de désigner de renouveler son bureau ou faire entrer par cooptation des remplaçants potentiels et maintenir la direction en place (selon ses propres intérêts privés) ; mais ici il s'agit d'une petite direction très limitée à l'échelle de « l'entreprise Chine », dont les dirigeants vont ensuite décider librement de la politique sociale et économique menée à suivre pour plus d'un milliard d'individus, bien au delà des relations contractuelles équilibrées entre employeurs et employés, puisqu'ils vont aussi décider de règles contraignantes dans tous les domaines de la vie publique, sociale, familiale, culturelle et ceux de la santé, de l'environnement, de la sécurité, et des relations internationales.

Durant tout le reste de l'année, les membres de l'ANP (ou CPN) ne siègent que dans leurs provinces au sein des déclinaisons locales de l'assemblée, où ils ont la charge de faire appliquer la politique décidée par le gouvernement central (et présentée par les responsables désignés à la session plénière) et de s'y conformer, car ils devront présenter les résultats de leur exercice à la session suivante. La pression sur ces membres peut être très forte pour éviter des sanctions si les résultats présentés ne sont pas conformes aux objectifs ou sont falsifiés. Ce mode de fonctionnement peut expliquer l'émergence d'affaires de corruption chez certains membres, très sévèrement sanctionnés ensuite par la justice chinoise (non indépendante, et elle aussi soumise au pouvoir de l'exécutif gouvernemental et à des objectifs annuels de résultats).

Toutefois les représentants des deux régions administratives spéciales de Hong Kong et Macao sont élus directement et disposent d'une plus forte autonomie pour légiférer localement dans de nombreux domaines. Ils ont un statut particulier au sein du Congrès, et contrairement aux autres provinces dont la politique locale est très opaque, ces deux régions rendent compte publiquement de leurs actions législatives et exécutives durant leurs législatures.

Bien qu'ayant théoriquement des pouvoirs étendus, l'Assemblée nationale populaire (ANP) ou Congrès populaire national (CPN) est totalement soumise au Parti communiste chinois[4]. Elle élit formellement un président de la République, le candidat unique proposé par le Parti, celui-ci devenant en même temps secrétaire général du PCC et président (pour 5 ans). L'ANP élit également le vice-président, le Premier ministre (pour 5 ans) et le Comité permanent de l'Assemblée nationale populaire qui détient le pouvoir législatif.

L'Assemblée a également le pouvoir de réviser la Constitution. Comme tous les organes de l'État, elle est placée sous la direction du Parti communiste chinois.

Déclinaison locale et élection de l'ANPModifier

Chaque village, ville, métropole, province possède une assemblée populaire qui élit l'assemblée populaire au-dessus d'elle. Distinct des conseils municipaux nommés, ces assemblées élues n'ont que peu de pouvoirs, mais sont représentatives au sens où elles doivent comporter un certain pourcentage d'hommes, de femmes, de minorités et de chaque classe sociale. Chaque corporation, université vote pour l'Assemblée populaire de la ville.

Affaires judiciaires au sein de l'assemblée et répressionModifier

En 2000, Cheng Kejie un ancien vice-président de l'Assemblée nationale populaire chinoise est condamné pour corruption. Il a été exécuté à Pékin le 14 septembre 2000, après sa condamnation à mort le 31 juillet 2000 pour avoir reçu des pots-de-vin d'une valeur de 41 millions de yuans (4,9 millions de dollars)[5].

En 2013, selon un rapport de l'Institut Hurun, l'ANP compterait dans ses rangs 83 délégués milliardaires sur ses 2 987 membres et 175 membres du comité permanent. Parmi ceux-ci, Zong Qinghou, l'homme d'affaire le plus riche de Chine[6].

En septembre 2016, 45 parlementaires représentant la province du Liaoning, au sein de l'Assemblée nationale populaire, ont été expulsés pour avoir acheté des voix lors de leur élection en 2013. Parmi ceux-ci figure Wang Wenliang, un milliardaire chinois[7]. Le président de l'ANP Zhang Dejiang déclare : « la fraude électorale au Liaoning a défié les limites de tolérance du système politique chinois, s'engageant à adopter une attitude de tolérance zéro contre toute infraction dans les élections »[8].

Notes et référencesModifier