Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligne 3.

Ligne 3
Luxembourg – Wasserbillig-frontière
⇒ Voir la carte de la ligne. ⇐
Carte de la ligne
⇒ Voir l'illustration ⇐
Pont de la Sûre.
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Villes desservies Luxembourg, Wasserbillig
Historique
Mise en service 1861
Électrification 1959
Concessionnaires GL (1861 – 1946)
CFL (depuis 1946)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 3
Longueur 37,4 km
Vitesse de référence 120 km/h
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 25 kV – 50 Hz
Luxembourg à Oetrange
Mertert à la frontière allemande

2 × 25 kV – 50 Hz
Oetrange à Mertert
Pente maximale 16 
Nombre de voies 1 ou 2 (selon les sections)
(Anciennement à voie unique)
Signalisation Signalisation lumineuse
Memor II+ (jusqu'au )
ETCS L1
Trafic
Propriétaire État luxembourgeois
Exploitant(s) CFL
Trafic Regional-Express (RE), Regionalbunn (RB), Fret
Schéma de la ligne

La ligne 3 Luxembourg - Wasserbillig-Frontière est une ligne de chemin de fer de 37,4 km reliant Luxembourg à Wasserbillig sur la frontière avec l'Allemagne.

Exploitée par la Compagnie des chemins de fer de l'Est en 1861, puis après 1872 par la Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine, par l'Administration des chemins de fer d'Alsace et de Lorraine après 1919, par la SNCF après 1938 puis par la Deutsche Reichsbahn après 1940, elle est exploitée depuis 1946 par la société nationale des chemins de fer luxembourgeois.

Elle est prolongée en Allemagne par la Ligne de Trèves-Ouest (en allemand : Trierer Weststrecke) vers Trèves et Coblence.

HistoireModifier

Le , la Compagnie des chemins de fer de l'Est, exploitant des lignes de la Société royale grand-ducale des chemins de fer Guillaume-Luxembourg, ouvre à l'exploitation la section de Luxembourg à la frontière allemande[1].

Initialement à voie unique, la ligne est mise en double voie entre Oetrange et la frontière en 1918[1]. La ligne est électrifiée en intégralité en 1959[1].

Le , une antenne d'environ 3 km de long est mise en service pour desservir le port de Mertert, par le réaménagement et la remise en service d'une grande partie du tronçon Wasserbillig-Grevenmacher de l'ancienne ligne de la Sûre ; cette desserte est électrifiée en 1980[2].

Une mise à double-voie entre Luxembourg et Sandweiler, incluant le doublement du viaduc de Pulvermuhl, a été entamée en 2013 et inaugurée le [3].

CaractéristiquesModifier

TracéModifier

Longue de 37,4 kilomètres, la ligne relie la capitale au nord-est du grand-duché et à l'Allemagne[4]. D'orientation centre-nord-est, elle est électrifiée en 25 kV – 50 Hz, sauf entre Oetrange et Mertert où le 2 x 25 kV – 50 Hz est utilisé et est à deux voies banalisées, avec des tronçons à voie unique, et à écartement normal (1 435 mm)[4].

Un débranchement de 3,7 km permet de raccorder le port de Mertert au réseau national à hauteur de la gare de Mertert, il est ouvert au trafic du lundi au samedi de h à 20 h[4], il s'agit d'une section qui appartenait autrefois à la ligne de la Sûre qui reliait Ettelbruck à Grevenmacher par la vallée de la Sûre.

Le tracé de la ligne, qui dessert le nord-est du Luxembourg en passant notamment par la vallée de la Syre n'est pas très favorable, avec une pente maximale de 17 ‰[4]. Cela se traduit par un nombre important d'ouvrages d'arts, avec pas moins de 15 ponts et 2 tunnels, dont le Viaduc de Pulvermuhl[4].

Les tronçons suivants sont à voie unique[5],[3] :

InfrastructuresModifier

SignalisationModifier

La ligne est équipée de la signalisation ferroviaire luxembourgeoise, du système de contrôle de vitesse Memor II+ et du Système européen de contrôle des trains de niveau 1 (ETCS L1) qui cohabitent jusqu'au , date de retrait du Memor II+[4].

GaresModifier

Outre la gare d'origine, de Luxembourg, la ligne comporte dix gares ou haltes voyageurs : Cents-Hamm, Sandweiler - Contern, Oetrange, Munsbach, Roodt, Betzdorf, Wecker, Manternach, Mertert et Wasserbillig. Deux de ces gares ont également des installations de « terminal fret » et de « gare de formation » : Oetrange et Wasserbillig[6].

Vitesses limitesModifier

La vitesse limite varie de 80 à 120 km/h[6]. Dans le détail, elle est de 120 km/h de la gare de Luxembourg à la gare d'Oetrange, puis elle est de 100 km/h jusqu'à la gare de Wasserbillig puis de 80 km/h jusqu'à la frontière[6]. La branche vers le port de Mertert a une vitesse maximale de 60 km/h[6].

TraficModifier

La ligne est desservie par deux lignes commerciales des CFL[7] :

La desserte s'effectue dans la pratique par des trains Regional-Express et Regionalbunn. Des trains de marchandises empruntent la ligne.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Ligne Luxembourg - Wasserbillig - Frontière allemande - Trèves », sur http://rail.lu (consulté le 28 septembre 2018)
  2. « Ligne Wasserbillig - Mertert-Port », sur http://rail.lu (consulté le 7 octobre 2018)
  3. a et b « Inauguration de la mise à double voie Luxembourg-Sandweiler-Contern », sur http://www.cfl.lu, (consulté le 12 juin 2019)
  4. a b c d e et f Document de référence du réseau : annexe 3A, 2018, p. 21
  5. Document de référence du réseau : annexe 3A, 2018, p. 20
  6. a b c et d Document de référence du réseau : annexe 3A, 2018, p. 23
  7. CFL, « Carte du réseau », sur cfl.lu (consulté le 14 décembre 2017) ; cette page permet également l'accès aux fiches horaires réactualisées.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • « Ligne 3 : Luxembourg - Wasserbillig-frontière », dans Administration des chemins de fer, Réseau ferré luxembourgeois : Document de référence du réseau 2018 (version 1.3), Luxembourg, Ministère du développement durable et des infrastructures : département des transports, (lire en ligne [PDF]), Annexe 3A, p. 20-23.
  • (de) Ed Federmeyer, 2007: Eisenbahnen in Luxemburg Band 1, 502 S., W. Herdam Fotoverlag, (ISBN 978-3-933178-21-3) (allgemeng Geschicht vun der Eisebunn a vun de Strecken zu Lëtzebuerg - Normalspur)
  • (de) Ed Federmeyer, 2009: Eisenbahnen in Luxemburg Band 2, 302 S., W. Herdam Fotoverlag, (ISBN 978-3-933178-24-4) (Geschicht vun den Damplokomotiven zu Lëtzebuerg - Normalspur)
  • (de) Ed Federmeyer, 2011: Eisenbahnen in Luxemburg Band 3, 375 S., W. Herdam Fotoverlag, (ISBN 978-3-933178-27-5) (Geschicht vun den Diesel- an Elektrolokomotiven zu Lëtzebuerg - Normalspur)

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier