Ouvrir le menu principal

Liaison fatale

film américain réalisé par Adrian Lyne et sorti en 1988
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Liaison.
Liaison fatale
Titre québécois Liaison fatale
Titre original Fatal Attraction
Réalisation Adrian Lyne
Scénario James Dearden
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Horreur
Durée 119 minutes
Sortie 1987

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Liaison fatale (Fatal Attraction) est un film américain réalisé par Adrian Lyne en 1987 et dont les acteurs principaux sont Michael Douglas et Glenn Close[1],[2].

Le film est écrit par James Dearden et Nicholas Meyer, d'après le scénario du court-métrage Diversion (1980), réalisé par James Dearden pour la télévision britannique.

Sommaire

SynopsisModifier

L'aventure d'un soir de Dan Gallagher (Michael Douglas), un avocat new-yorkais marié et père de famille, avec Alex Forrest (Glenn Close), une éditrice célibataire à la personnalité obsessive, va se transformer en un véritable cauchemar pour lui et sa famille. C'est en quelque sorte un remake du film Un frisson dans la nuit de 1971 réalisé par Clint Eastwood.

Fiche techniqueModifier

Sauf mention contraire, cette fiche technique est établie à partir d'IMDb[3].

  États-Unis :
  France :

DistributionModifier

Fin alternativeModifier

Le réalisateur a modifié la fin du film sept mois après l'avoir tournée. Dans la première version, Alex se suicidait avec un couteau portant les empreintes de Dan. Le making-of intégré dans le DVD comporte un commentaire d'Adrian Lyne expliquant ce changement de fin. Il s'agirait d'une pression de son producteur qui, suite à un screen test, souhaitait une fin plus convenue au grand daim de Glenn Close[9].

Adrian Lyne renia par la suite cette deuxième fin qu'il jugea inadaptée et trop moralisatrice ; reniement qui semble peu cohérent avec les choix faits dans le reste du film où Alex Forrest est présentée comme une célibataire hystérique, avec plusieurs références à l'imaginaire culturel de la sorcière prédatrice[9].

AnalyseModifier

Le film est le reflet d'une période où les féministes sont présentées comme des femmes seules et malheureuses. La femme est la femme au foyer dévouée à sa famille : la production a fait changer le personnage de Mme McMillan, qui devait initialement être enseignante[9].

À l'opposé, elle a demandé à forcer le trait concernant le personnage d'Alex Forrest, qui habite un appartement qui devient lugubre situé dans un quartier qui ne sied pas aux dames, et s'habille de cuir. Alex Forrest est présenté comme un idéal de femme célibataire, sûre d'elle et entreprenante, mais qui, du faites sa solitude, ne résiste pas aux charmes de Dan. Elle devient alors une femme prédatrice et jalouse, souhaitant à tout prix un enfant et la destruction de la cellule familiale que constituent les McMillan. C'est d'ailleurs sur une image de cette famille soudée face à l'attaque de cette femme que s'achève le film. D'après Michael Douglas, le public est du côté de la famille, certains spectateurs souhaitant la mort de Alex[9].

Distinctions[10]Modifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Classements honorifiquesModifier

Diffusion en FranceModifier

Dans son enquête de septembre 2014 concernant les 20 films de cinéma les plus regardés par les Français entre 1989 et 2014 lors de leur diffusion à la télévision française, Médiamétrie indique que le film avait été vu par 13,27 millions de téléspectateurs le 7 novembre 1993 ; il arrivait donc en 16e position de la liste des films les plus vus.

Notes et référencesModifier

  1. (en)« Liaison fatale », sur IMDb
  2. Chloé Leleu, « Liaison fatale, 25 ans après », sur Slate,
  3. (en)« Équipe complète du film », sur IMDb
  4. (en)« Company Credits », sur IMDb
  5. (en)« Technical », sur IMDb
  6. (en)« Release dates », sur IMDb
  7. « Michael Douglas », sur Allociné
  8. « Glenn Close », sur Allociné
  9. a b c et d Mona Chollet, Sorcières, la puissance invaincue des femmes, Zones, 2018, page 62-63
  10. (en)« Awards », sur IMDb

Liens externesModifier