Li Yi
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
李益Voir et modifier les données sur Wikidata
Prénom social
君虞Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Famille
Li clan of Longxi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Li Qiu (d) ou Li Qiu (d) ou Li Cun (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Li Yuanyi (d)
Li Tang (d)
Li Dang (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Li Yi (chinois 李益, pinyin Lǐ Yì), ou Li Y, né en 748, mort en 829, est un poète chinois de l'époque Tang dont trois des poèmes figurent dans le recueil Trois cents poèmes des Tang. Il fut gouverneur d'une cité importante avant de prendre une retraite prématurée et jouissive[1].

ŒuvreModifier

C'est le marquis d'Hervey de Saint-Denys en 1862[2] puis à sa suite le sinologue anglais Herbert Giles qui le firent découvrir en Occident. Le plus fameux de ces trois poèmes fut traduit de l'anglais en 1907 par Henri-Pierre Roché[3] puis mis en musique par Albert Roussel (opus XLVII) en 1932.

Sous la lune le palais résonne
Des sons, des luths et des chansons.
Il me semble que l'on a rempli
La clepsydre de la mer entière
Pour faire que cette longue nuit
Ne finisse jamais pour moi.

— Favorite délaissée

露湿晴花春殿香
月明歌吹在昭阳
似将海水添宫漏
共滴长门一夜长

— 宫怨

RéférencesModifier

  1. L. d'Hervey de Saint-Denys, Poésies de l’époque des Thang, p. 275, Amyot, Paris, 1862 Poésies de l’époque des Thang.
  2. L. d'Hervey de Saint-Denys, Poésies de l’époque des Thang, VI, no 90, Champ Libre, Paris, 1977, Le poëte passe une nuit d'été sous les arbres.
  3. P. Roché, « Favorite délaissée » in revue Vers et Prose, Paris, 1907.

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

BibliographieModifier

  • J.C.H. Wu, The Four Seasons of Tang Poetry, Charles E.Tuttle, Rutland (Vermont), 1972, (ISBN 978-0804801973).