Lettre de Jérôme au pape Damase

(Redirigé depuis Lettre à Damase)

La Lettre à Damase ou Épitre à Damase (en latin Epistola Hieronymi ad Damasum papam) est la réponse que saint Jérôme donne au pape Damase lorsque celui-ci le sollicite d’entreprendre une nouvelle traduction latine des Saintes écritures. Étant donnée son importance, cette lettre écrite vers 383 AD se trouve en préface à certaines versions latines du Nouveau Testament postérieures au Ve siècle.

Le début de la lettre, dans le Codex Sangallensis

ContexteModifier

De la centaine de lettres de saint Jérôme qui sont conservées, quelques-unes sont adressées au pape Damase, qui consultait l’érudit homme d’Église sur des questions d’interprétation biblique. Impressionné par la culture et la science du saint moine (qui connaissait aussi bien l‘hébreu que le grec et le latin) le pape Damase, lui-même homme de grande culture, lui demande une traduction latine de la Bible plus fidèle aux documents originaux.

Cette lettre à Damase est la réponse de Jérôme au pape Damase, indiquant notamment accepter d’entreprendre ce travail de grande d’envergure. Elle daterait des environs de 383 AD. Peu après le pape Damase meurt et Jérôme se retire comme ermite dans les environs de Bethléem, en Terre sainte. C'est dans la solitude de Bethléem qu'il compose cette Bible latine, connue sous le nom de 'Vulgate'.

Plusieurs manuscrits latins du Nouveau Testament de cette époque l’incluent comme «préface de Saint Jérôme aux quatre évangiles». Ainsi dans le Codex Sangallensis 48 gréco-latin du IXe siècle, le livre de Durrow et les « évangiles de Lindau (en) ».

ContenuModifier

La lettre est écrite avant que le saint patron des biblistes ne commence son travail de traduction, sans doute effectué de 382 à 405. Dans sa « lettre à Damase », Jérôme admet que les versions latines en circulation montrent de grandes et graves différences. Elles sont presque toutes déficientes et aucune ne pourrait être approuvée. Aussi, le latin s’imposant de plus en plus comme la langue de l’Église d'Occident, un texte révisé et corrigé à partir de bonnes sources (les manuscrits grecs) est souhaitable.

Jérôme explique également pourquoi la séquence des quatre évangiles adoptée par les manuscrits latins anciens (Mathieu, Jean, Luc, Marc) devrait être modifiée et s’aligner sur celle des manuscrits grecs, c'est-à-dire : Matthieu, Marc, Luc, Jean.

Jérôme y souligne également l’importance à accorder aux canons de concordances, œuvre d’Eusèbe de Césarée, et comment les utiliser.

Liens externesModifier

ÉditionsModifier

  • Aline Canellis (dir.) et al. (trad. du latin), Jérôme : Préfaces aux livres de la Bible, Abbevile, Éditions du Cerf, coll. « Sources Chrétiennes » (no 592), , 530 p. (ISBN 978-2-204-12618-2)