Ouvrir le menu principal

Les Hymnes

recueil de poèmes de Pierre de Ronsard

Les Hymnes est un recueil de poèmes de Pierre de Ronsard.

PrésentationModifier

Le premier livre paraît en 1555, le second en 1556 chez André Wechel. Dans les éditions collectives, le poète, qui ne cesse de remanier son œuvre, ajoutera des pièces, par exemple l Hymne de France (rédigé avant 1550) et l' Hymne de Monsieur sainct Roch (dans les Œuvres de 1587). Quand il publie ces deux livres, Ronsard est déjà l’auteur reconnu des Odes et des Amours.

L’hymne est un "genre" antique à restaurer. Mais alors que, traditionnellement, les hymnes (au féminin) célébraient les dieux, les hymnes (au masculin) de Ronsard abordent des sujets variés. Ils ont en commun la célébration. L’Histoire y a valeur d’exemple et les Grands y sont assimilés aux dieux païens. "Les hymnes des princes et des rois [...] dressent le portrait idéal de ces grands personnages et les invitent par là à s'efforcer de ressembler à la figure à travers laquelle transparaît le plus purement leur divinité" (Jean Céard).

La partie la plus importante de chaque hymne est la narration.

Le premier livre s’ouvre, dans l’édition de 1555, par l’Hymne du roy Henry II, composé à l'automne 1555. En faisant l’éloge du souverain qui réunit en lui toutes les vertus, Ronsard « organise [...] sa propre célébration » (Daniel Ménager). Albert Py note que "la caractérisation descriptive convient à l'éloge" et que ce premier hymne "est fait de l'énumération laborieuse des traits physiques, intellectuels et de caractère qui mettent hors de pair le roi de France". Comme l'a montré Alex Gordon (Ronsard et la rhétorique, Genève, Droz, 1970, p. 61-63), le poète y reprend les éléments donnés par les rhéteurs: naissance, famille, biens du corps, biens de l'esprit et biens extérieurs.

Dans l’ Hymne de la Justice, le poète réfléchit sur la marche du monde . Si la justice est célébrée, c’est parce qu’elle est censée être la vertu essentielle du Cardinal de Lorraine. Le roi, « Prince juste » (v. 535) est évidemment associé à ce renouveau de l’âge d’or.

D’autres hymnes sont plus philosophiques : la Mort, le Ciel, les Astres et les Démons. Ce premier livre comprend également le fameux Hercule Chrestien, composé en 1553, dernier hymne en décasyllabe. Dans L'Hymne du Ciel "la connaissance ne passe point [...] par l'inventaire d'un savoir: elle se situe au cœur d'une révélation intime, promise à l'âme délivrée de ses liens terrestres. Et la prière finale [...] désigne, en fait, le Ciel, moins comme une réalité physique offerte à notre curiosité, que comme une réalité métaphysique, ou, pour mieux dire, eschatologique" (Claude Faisant).

Dans ce premier livre, en effet, l’alexandrin l’emporte sur le décasyllabe (il est présent dans douze pièces sur quinze). Il sera omniprésent dans le second livre.

Le second livre commence par l’ Hymne de l’Eternité.

Il est suivi de l’ Hymne de Calaïs et de Zétes, pièce qui tend vers l’épopée. Autre hymne mythologique, celui de Pollux et de Castor précède l’Epître à Charles, Cardinal de Lorraine, hymne qu'Albert Py qualifie d'aussi laborieux que l'Hymne du roy Henry.

Michel Dassonville a remarqué que les Hymnes sont présentés dans un "ordre protocolaire", "selon le rang social des dédicataires". Ils se trouvent dans un contexte des guerres de religions

BibliographieModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Albert Py, Les Hymnes, éd. critique, Genève, Droz, 1978.
  • Paul Laumonier, "Œuvres complètes", tome VIII, "Les Hymnes de 1555. Le second livre des Hymnes de 1556, Paris, S.T.F.M., diffusion Didier, 1973.
  • Jean Céard, Daniel Ménager, Michel Simonin, Ronsard. Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1994,"La Pléiade", t. II, p. 432-654.
  • Charles Dédéyan, « Henri II, la Franciade, et les Hymnes de 1555-1556 », B.H.R., 9, 1947, p. 114-128.
  • Jean Frappier, « L’inspiration biblique et théologique de Ronsard dans l’Hymne de la Justice », Mélanges H. Chamard, Paris, Nizet, 1951, p. 97-118.
  • Alex Gordon, Ronsard et la rhétorique, Genève, Droz, 1970.
  • Daniel Ménager, Ronsard, Le Roi, le Poète et les Hommes, Genève, Droz, 1979.
  • Ph. J. Ford, « Ronsard et l'emploi de l'allégorie dans le second livre des Hymnes », B.H.R. , XLIII (1981).
  • Madeleine Lazard (dir.), Autour des Hymnes de Ronsard, Paris, Champion, Unichamp, 1984.
  • Jean Céard, "La disposition des deux livres de Hymnes", Cahiers Textuel, n° 1, 1985.
  • Claude Faisant, « Explication de texte: Ronsard: "Hymne du Ciel" », L'Information littéraire, 1985, n° 3 (mai-juin), p. 119-124.
  • Gilbert Schrenck, « Histoire et mythologie dans les « Hymnes » (1555-1556) de Ronsard », Ronsard et la Grèce (1585-1985), Actes du colloque d’Athènes et de Delphes (octobre 1985), éd. par K. Christodoulou, Paris, Nizet, 1988, p. 35-52.
  • Françoise Joukovsky, « "Les nobles fils des Dieus" dans Les Hymnes de Ronsard », Nouvelle revue du XVIe siècle, 12/1-1994.
  • Philip Ford, Ronsard's Hymnes. A Literary and Iconographical Study, Tempe, AZ, Medieval and Renaissance Texts and Studies, 1997.