Les Lemtouna, Lamtouna, Lamtuna (en amazighe : ⵉⵍⵎⵜⵉⵢⵏ) sont une tribu berbère nomade issue des Isenhajen (Sanhaja), qui habitait traditionnellement des zones allant du Souss au plateau d'Adrar. Au cours de la période almoravide, de nombreux Lemtounas ont émigré vers le Nord[1].

Les Banu Ghaniya, successeurs de cette dynastie à Tripoli et dans les monts Nafusa et les gouverneurs des îles Baléares espagnoles jusqu'au milieu du 13e siècle, provenaient également de cette tribu.

HistoireModifier

Les Lemtouna ont été islamisés au VIIe siècle et, avec les Goudala et d'autres tribus, ont fondé la confédération Sanhadja au IXe siècle pour contrôler des routes caravanières du commerce transsaharien[2]. En 680, les Lemtouna sont signalés au sud de l'Oued Drâa au moment de l'expédition d'Oqba Ibn Nafi[3]. Au début de l'ère almoravide, la confédération avec le Gudala s'effondra contre ces derniers les Lemtouna ont perdu la bataille de Tabfarilla, mais qu'ils ont supplanté en tant que dirigeants de la dynastie almoravide[2].

D'après le géographe Al Idrissi, les Lemtouna sont une composante de la branche des Lemta qui occupaient l'Oued Noun situé dans le Souss dans le sud du Maroc actuel[4]. En effet, les pays du Noul occidental dans la région d'Oued Noun, et de Tazukkaght dans la Seguia el-Hamra appartenaient aux Lemtouna[5].

L’examen des sources médiévales arabes, même si elles sont quelque peu ambigües sur ce point, incite à assimiler les Lemtouna (Lamtûna) aux Lemta/Lamṭa en raison de leur généalogie commune, de leurs localisations très proches (Ouest saharien), et de l’appartenance explicite de ces deux tribus berbères à l’ensemble des nomades sahariens porteurs du voile. Selon ces sources arabes, ils sont l’une des tribus berbères sahariennes (au sud de l’oued Souss : Sud du Maroc, Sahara occidental et actuelle Mauritanie), fondatrice de la dynastie des Almoravides[6][7].

En berbère, leur nom est bien conservé dans la tradition orale et l’ethnonymie touarègues sous la forme : elemtey (sing.), ilemteyen (plur.)[8]. Il désigne une petite tribu touarègue de la région Ghât. Selon Charles de Foucauld : « … bien que regardée comme touarègue, [elle] ne fait partie ni des Kel-Ajjer, ni d’aucun des autres groupements touaregs. Elle doit son nom à une femme nommé Lamtoûna. »[9]. À propos de cette Lamtoûna touarègue, de Foucauld ajoute[10] : « D’après les légendes touarègues, Lamtoûna serait la mère de tous les Touaregs, de la tribu des Ilemtéyen et de certaines tribus berbères établies à Ghadamès et dans le voisinage. ». Charles de Foucauld précise par ailleurs que dans le dialecte berbère des sédentaires du Touat et du Tidikelt, Ilemtiyen désigne l’ensemble des Touaregs[9][7].

Salem Chaker explique que dans l’ensemble des données issues de la tradition orale touarègue, on détecte ce qui est très certainement l’écho du souvenir historique d’une intégration, politique et/ou ethno-culturelle ( =les nomades sahariens voilés), des ancêtres des actuels Touaregs à l’ensemble Lamtûna/Almoravides. D'après lui, il est clair qu’il y a une identification interne (Lamtoûna = mère de tous les Touaregs) et externe (Ilemtiyen = Touaregs, pour les Berbères sahariens non touaregs)[7].

Lemtounas notablesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Africanus, Leo; Brown, Robert; Pory, John: The History and Description of Africa: And of the Notable Things Therein Contained. Cambridge University Press, 2010, (ISBN 978-1-108-01289-8).
  2. a et b R. Benhsain and J. Devisse, Les Almoravides et l'Afrique occidentale xie-xiie siècle; Arabica T. 47, Fasc. 1 (2000), p. 1-36.
  3. French West Africa 1919, p. 386
  4. Antoine Ernest Hippolyte Carette, Recherches sur l'origine et les migrations des principales tribus de l'Afrique septentrionale et particulièrement de l'Algérie, Impr. royale, (lire en ligne)
  5. (en) Comité scientifique international UNESCO, Histoire générale de l'Afrique: L'Afrique du VIIe au XIe siècle, Unesco/NEA, (lire en ligne), p. 336
  6. ± 1048 à 1146 ; voir EB IV (1987, p. 539-541)
  7. a b et c S. Chaker, « Lemtouna, Lamtûna, Lemta, Lamta/Ilemteyen », Encyclopédie berbère, nos 28-29,‎ , p. 4364–4365 (ISSN 1015-7344, lire en ligne, consulté le )
  8. Ch. de Foucauld 1940, p. 153 et 1951, III, p. 1086-87
  9. a et b 1940, p. 153
  10. 1940, p. 318

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

FrancophoneModifier

  • French West Africa. Comité d'études historiques et scientifiques, Bulletin du Comité d'études historiques et scientifiques de l'Afrique occidentale française : Volume 2, Librairie Larose,