Ouvrir le menu principal

Le Prisonnier du temple

film de Brian Desmond Hurst sorti en 1957
(Redirigé depuis Le Prisonnier du Temple)
Le Prisonnier du Temple
Description de cette image, également commentée ci-après
Caerhayes Castle (en), site de tournage extérieur en Cornouailles

Titre original Dangerous Exile
Réalisation Brian Desmond Hurst
Scénario Robin Estridge d'après le roman de Vaughan Wilkins (en), A King Reluctant
Acteurs principaux
Sociétés de production George H. Brown Productions
The Rank Organisation
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Film d'aventure
Film historique
Durée 91 min
Sortie 1957

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Prisonnier du Temple (Dangerous Exile) est un film britannique de Brian Desmond Hurst, sorti en 1957.

SynopsisModifier

En 1795, une montgolfière apparemment à la dérive descend vers une île du comté de Pembroke au pays de Galles, et un petit garçon en tombe indemne. Il est recueilli par Virginia Traill, une jeune Américaine qui séjourne chez sa tante, la châtelaine Lady Lydia Fell. Le mystérieux garçonnet refuse de répondre à toutes questions, mais l'arrivée consécutive sur l'île de Français de tous bords révèle aux deux femmes que l'enfant est vraisemblablement de noble lignée. En effet, le garçon fait l'objet d'un enjeu : des révolutionnaires sont venus pour l'enlever tandis qu'un royaliste, le duc Philippe de Beauvais, se pose en protecteur pour le maintenir sur l'île. L'identité de l'enfant est alors dévoilée : il s'agit du dauphin Louis XVII que les citoyens veulent exécuter au nom de la Révolution comme ils l'ont déjà fait pour ses parents. Philippe de Beauvais mène une lutte acharnée pour défendre l'enfant royal tout en craignant pour la vie de son propre fils qui a pris la place du dauphin dans la prison du Temple à Paris, espérant qu'il pourra leurrer les révolutionnaires jusqu'à ce qu'il soit définitivement parvenu à mettre hors d'atteinte le jeune monarque.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

TournageModifier

AccueilModifier

Le critique américain David Sterritt[4] s'accorde avec celui du New York Times, Howard Thompson[5], pour dire que malgré son manque de suspense, le film reste cependant captivant grâce à ses qualités : minutieux décors intérieurs du château, paysages côtiers azurés et sombres cachots parisiens.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier