Ouvrir le menu principal

Deux des navires de l'expédition Baudin : Le Naturaliste et Le Géographe

Le Naturaliste est une gabare française de la classe Salamandre lancée en 1795 sous le nom de la Menaçante. Elle est baptisée Le Naturaliste en 1800 et commandée par Emmanuel Hamelin, alors capitaine de frégate. Ce fut l'un des deux principaux navires grâce auxquels le capitaine Nicolas Baudin conduisit son expédition aux Terres australes au départ du Havre le . Elle fut de retour au Havre en juin 1803.

Sommaire

État-major au départ du HavreModifier

Ces officiers sont assistés de neuf aspirants: Charles Moreau (1re classe) ; Julien Billard[1] (1re classe) ; Étienne-Stanislas Giraud (1re classe) ; Étienne-Henri Mengin du Val d'Ailly (2e classe) ; André Bottard[1] (2e classe) ; Joseph Ransonnet (2e classe) ; Victor Couture (2e classe) ; Étienne Isabelle[2] (2e classe) ; François Collas (pharmacien).

ChronologieModifier

Le départ de l'expéditionModifier

Le 18 octobre, le navire tenta une sortie du port sur les ordres de Nicolas Baudin, qui craignait de ne pas profiter de l'eau qui lui avait manqué lors de la marée du 7 octobre. Il dut revenir au vieux bassin vers dix heures à cause des vents contraires. Le lendemain, en revanche, il parvint à quitter Le Havre sans effort suivi du Géographe et d'une corvette américaine ramenant des ambassadeurs des États-Unis dans leur pays[3].

Le 25 octobre, le temps devint rude et une inondation eut lieu dans la chambre de Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, qui dut déplacer sa couche ailleurs. À compter de ce moment, Le Naturaliste présenta du mal à suivre Le Géographe, qu'il perdit de vue vers deux heures du matin. Pour se faire rattraper, Nicolas Baudin fit carguer une partie des voiles de son propre vaisseau et les maintint ainsi durant la suite de l'expédition[3].

Traversée vers TénérifeModifier

Des Canaries au cap de Bonne-EspéranceModifier

De l'Île de France à la Nouvelle-HollandeModifier

Voyage de retourModifier

  • Décembre 1802: Le Naturaliste se sépare du Géographe à l'île King (actuelle Tasmanie) pour rapporter les premières collections en France[4]
  • Relâche à l'île de France du 3 au 10 février 1803[5]
  • Arrivée au Havre: 7 juin 1803 (18 prairial an XI)[4]

Fin de carrièreModifier

Le navire est rayé des listes en 1810 et vendu en 1811.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Michel Roche, Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours (1671-1870), tome I, 2005, (ISBN 978-2-9525917-0-6). OCLC 165892922.
Expédition Baudin