Ouvrir le menu principal

Le Gone du Chaâba (roman)

livre de Azouz Begag
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le roman d'Azouz Begag. Pour le film qui en est adapté, voir Le Gone du Chaâba.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Gone du Chaâba.

Le Gone du Chaâba
Auteur Azouz Begag
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman autobiographique
Éditeur Éditions du Seuil
Collection 200 000 livres vendus
Date de parution 1986
Illustrateur Jean-François Beronodona

Le Gone du Chaâba est un roman autobiographique d'Azouz Begag édité par Éditions du Seuil, en 1986.

RésuméModifier

Le roman raconte l'histoire d'Azouz, un mowinz algérien. Il habite au Chaâba, un bidonville à côté de Lyon. Il vit dans une misérable habitation, sans eau ni électricité, à côté d'autres familles arabes qui ont fui la misère algérienne. Il vient d'El-Ouricia.

Azouz a un grand frère, Moustaf, et une grande sœur Zohra. Il a un cousin Rabah qui fait le "grand" mais ce dernier se fait petit en présence de la Louise. Sa tante s'appelle Zidouma. Même s'il travaille bien à l'école, il est obligé de travailler au marché pour rapporter un peu d'argent à sa famille. À l'école, Azouz se met au premier rang et est attentif à toutes les remarques de son maître, il a même la deuxième meilleure note de la classe lors de la remise d'une composition.

Il est très heureux, mais bientôt, certains arabes de sa classe qui se moquent de lui à l'école le rejettent en ne le considérant plus comme un arabe. Contrairement à ses amis, son père est très fier de lui et lui répète sans cesse qu'il doit bien travailler à l'école pour qu'il puisse avoir un bon travail "comme les français", contrairement à lui, un maçon.

Plus tard, son oncle, maudit par le père d'Azouz, qui vit également au Chaâba, va se faire arrêter par la police car il est le responsable d'un trafic de viande de mouton. En fait, c'est Azouz qui le dénonce, croyant aider sa famille. À cause de cet incident, plusieurs familles vont partir du Chaâba mais le père d'Azouz, Bouzid, refuse de partir.

Pourtant, un matin, les Bouchaoui, une ancienne famille du Chaâba qui habite maintenant dans un appartement à Lyon revient au Chaâba en expliquant au père d'Azouz que la vie dans un appartement est bien meilleure qu'au Chaâba. Bouchaoui a même trouvé un appartement pour la famille d'Azouz, pour les remercier de tout ce que Bouzid avait fait pour eux.

Finalement, après les "Je veux déménager" répétitifs du petit Bouzidi, le père d'Azouz accepte et les Begag emménagent dans leur appartement à Lyon. Azouz est émerveillé par l'eau courante, les toilettes propres, l'électricité, et même une télévision !

Au début, il n'a pas trop d'amis mais il rencontre ensuite un autre enfant du Chaâba. Azouz passe une mauvaise année de CM2 car sa maîtresse ne l'aime pas. Après le CM2, il entre en 6e au lycée Saint-Exupéry. Son professeur de français, M. Loubon, est un pied-noir qui a vécu en Algérie. Il va l'aider à travailler et une grande amitié va se créer entre eux, ils parlent ensemble de l'Algérie, et s'apprennent l'un à l'autre des mots arabes. Il lui a même offert un livre !

Liens internesModifier

Lien externeModifier