Le Déserteur (opéra)

opéra-comique en trois actes et quatre tableaux de Pierre-Alexandre Monsigny, sur un livret de Michel-Jean Sedaine
Le Déserteur
Genre Opéra-comique
Nbre d'actes 3
Musique Pierre-Alexandre Monsigny
Livret Michel-Jean Sedaine
Langue
originale
Français
Création
Théâtre Feydeau

Versions successives

Personnages

  • Alexis, soldat de milice (baryton)
  • Louise, sa fiancée (soprano)
  • Jean-Louis, fermier, père de Louise (ténor)
  • Bertrand, cousin de Louise (ténor)
  • La tante, mère de Bertrand (mezzo-soprano)
  • Montauciel, dragon (ténor)
  • Courchemin, brigadier de maréchaussée (basse)
  • Jeannette, jeune paysanne (soprano)
  • Le geôlier (baryton ou basse)
  • Trois gardes (ténors et baryton)

Le Déserteur est un opéra-comique (« drame en prose mêlé de musique ») en trois actes et quatre tableaux de Pierre-Alexandre Monsigny, sur un livret de Michel-Jean Sedaine, créé le à l'Hôtel de Bourgogne par la troupe de la Comédie-Italienne[1].

HistoriqueModifier

Inspirée d'un fait divers récent (survenu en 1767 devant Louis XV[2]), l’œuvre mêle pour la première fois dans ce genre théâtral tragédie et vaudeville. Créée en présence notamment des ducs d'Orléans et de Chartres, elle connaît un succès immédiat et restera au répertoire de l'Opéra-Comique jusqu'au début du XXe siècle. Elle est ainsi reprise le au Théâtre-Italien (salle Favart) avec Jean Elleviou dans le rôle d'Alexis, le au théâtre Feydeau et le à l'Opéra-Comique (salle Favart) dans une nouvelle orchestration d'Adolphe Adam, sous l'appellation « opéra-comique ». La dernière représentation y a lieu le [3].

Distribution de la créationModifier

Rôles Tessitures Créateurs
(Hôtel de Bourgogne, [1])
Alexis, soldat de milice baryton Joseph Caillot
Louise, sa fiancée soprano Marie-Thérèse Laruette
Jean-Louis, fermier, père de Louise baryton Jean-Louis Laruette
Bertrand, cousin de Louise ténor Antoine Trial
La tante, mère de Bertrand mezzo-soprano Mme Bénard
Montauciel, dragon ténor Clairval
Courchemin, brigadier de maréchaussée basse Nainville
Jeannette, jeune paysanne soprano Mme Beaupré
Le geôlier baryton ou basse Dehesse
Trois gardes ténors et baryton
Paysans, paysannes, soldats chœur

ArgumentModifier

L'action se situe en France à quelques lieues de la frontière avec la Flandre où campe l'armée française.

Acte IModifier

Un lieu champêtre

Acte IIModifier

Une prison

Acte IIIModifier

Premier tableau
la prison
Second tableau
une place devant la prison

Numéros musicauxModifier

  • Ouverture
Acte I
  • no 1 Ariette – Louise
  • no 2 Chansonnette – Jeannette
  • no 3 Air – Alexis
  • no 4 Marche de la noce
  • no 5 Duo – Alexis, Jeannette
  • no 6 Récitatif – Alexis
  • no 7 Air et finale – Alexis, Courchemin, les gardes
Acte II
  • no 8 Entr'acte
  • no 9 Air – Alexis
  • no 10 Air – Montauciel
  • no 11 Duo – Louise, Alexis
  • no 12 Romance – Louise
  • no 13 Trio – Louise, Alexis, Jean-Louis
  • no 14 Couplets – Bertrand
  • no 15 Couplets – Montauciel
  • no 16 Duo – Bertrand, Montauciel
Acte III

Premier tableau

  • no 17 Entr'acte
  • no 18 Air – Montauciel
  • no 19 Air – Alexis
  • no 20 Air – Courchemin, Montauciel, le geôlier
  • no 21 Air – Alexis
  • no 22 Air – Alexis
  • no 23 – Récitatif et chœur – Louise, chœur

Second tableau

  • no 24 Ensemble final – Louise, Jeannette, la tante, Alexis, Jean-Louis, Bertrand, Montauciel, Courchemin, chœur

CitationsModifier

« Si j'écoute le plus grand nombre de nos juges, ils me diront presque tous que le Déserteur est une espèce de monstre dramatique et que ce mélange du tragique et du comique est barbare ; mais je ne déciderai pas aussi vite qu'eux une question aussi importante. Et, d'abord, à ne consulter que le grand modèle, la nature, je vois qu'elle fait toujours comme Sedaine dans son Déserteur, qu'elle mêle constamment la tragédie avec la comédie, qu'elle offre rarement une scène pathétique ou terrible sans mettre à côté quelque chose de risible[4]. »

— Baron de Grimm, Correspondance littéraire, philosophique et critique

SourcesModifier

  • Frédéric Robert, Le Déserteur in Dictionnaire de la musique en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Fayard, Paris, 1992 (ISBN 978-2-213-028248)
  • Raphaëlle Legrand, Nicole Wild, Regards sur l'Opéra-Comique : Trois siècles de vie théâtrale, coll. « Sciences de la musique », CNRS éditions, Paris, 2002. (ISBN 2-271-05885-6).
  • Nicole Wild, David Charlton, Théâtre de l'Opéra-Comique, Paris : Répertoire 1762-1972, coll. Musique/musicologie, Mardaga, Liège, 2005 (ISBN 2-87009-898-7).

Notes et référencesModifier

  1. a et b Piotr Kaminski, Mille et un opéras, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique », , 1819 p. (ISBN 978-2-213-60017-8), p. 979
  2. Louis-Philippe de Ségur, Mémoires, éd. Alexis Aymery, 1828, p. 29.
  3. Nicole Wild, David Charlton, Théâtre de l'Opéra-Comique, Paris : Répertoire 1762-1972, op. cit.
  4. Baron de Grimm, Denis Diderot, Correspondance littéraire, philosophique et critique, 15 avril 1769, t. 6, 1re partie, p.356-366. Cité in Raphaëlle Legrand, Nicole Wild, Regards sur l'Opéra-Comique : Trois siècles de vie théâtrale, op. cit.

Liens externesModifier