Jean-Louis Laruette

acteur français

Jean-Louis Laruette est un chanteur et compositeur français, né le [1] à Paris où il est mort le [1].

Jean-Louis Laruette
François-Rolland Elluin - Jean-Louis La Ruette.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Tessiture

BiographieModifier

Il entre en 1752 dans la troupe de l'Opéra-Comique, alors installée à la foire Saint-Laurent, pour jouer les rôles d'amoureux. Excellent musicien, il est nommé « directeur de la musique » par le directeur Jean Monnet et compose plusieurs opéras-comiques, dont Les Amants trompés, Le Docteur Sangrado, Cendrillon et Le Dépit généreux (livrets de Louis Anseaume), ou L'Heureux Déguisement (livret de Marcouville).

Lors de la réunion de ce théâtre avec la Comédie-Italienne en 1762, Laruette en devient sociétaire jusqu'à sa retraite en 1778.

Il continue à donner des récitals jusqu'en 1785, et était membre de la Société Académique des Enfants d'Apollon[2]. Il a donné son nom à des rôles de ténor, plus importants sur le plan scénique que vocal.

Il était marié à Marie-Thérèse Laruette (1744-1837), également dans la troupe de l'Opéra-Comique.

œuvresModifier

OpérasModifier

  • Le plaisir et l'innocence (, Paris)
  • Le boulevard (, Paris)
  • Les amans trompés (, Paris)
  • Le diable à quatre, ou La double métamorphose (, Paris) [+ F.-A. Philidor]
  • La fausse aventurière, opéra comique en 2 actes, de Lourdet de Santerre, représenté à la comédie italienne) (, Paris)
  • L'heureux déguisement, ou La gouvernante supposée, opéra comique en 2 actes, mêlé d'ariettes, paroles de Marcouville, joué au théâtre de la foire St-Laurent (, Paris)
  • Le médecin de l'amour (opéra comique en 1 acte, en vers, mêlé d'ariettes, paroles d'Anseaulme et Marcouville, donné à la foire st-Laurent ( Paris) Le sujet de cette pièce est le même que Stratonice. Le roi de Syrie a été transformé en bailli du village, et tout le reste à l'avenant. Cette pièce a été remise en musique par St-Armand et par Coignet. (, Paris) L'auteur de la musique est moins connu maintenant comme compositeur dramatique que comme auteur, parce que, jouant les rôles de père et de tuteur, plutôt qu'il ne les chantait, il a donné son nom à l'emploi des acteurs sans voix dans ces sortes de personnages (Dictionnaire lyrique-Félix Clément et Pierre Larousse (1869)
  • L'ivrogne corrigé, ou Le mariage du diable (opéra comique en 2 actes, paroles d'Anseaulme, donné à la foire St-Laurent ( Paris)
  • Le dépit généreux (opéra en 2 actes, paroles de Anseaume et Quétant. Représenté à la comédie italienne) ( Paris)
  • Le guy de chesne, ou La fête des druides (pastorale en 1 acte, en vers libres, avec des ariettes, paroles de Jonquière, représentée aux Italiens ( Paris) La cérémonie de la récolte du gui sacré, célèbre dans l'histoire de la Gaule, a fourni l'idée de la pièce. La musique de Laruette est tout à fait oubliée. Il était bon acteur dans les rôles de père ou de tuteur, et il a donné son nom à cet emploi lorsqu'il est tenu par des artistes privés de moyens vocaux et chez lesquels le jeu supplée à l'insuffisance de la voix (Dictionnaire lyrique-Félix Clément et Pierre Larousse (1869) lire en ligne sur Gallica
  • Les deux compères (opéra comique en 2 actes, de Lourdet de Santerre, représenté à la comédie italienne) ( Paris)

Lien externeModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 2, Les Hommes et leurs œuvres. L-Z, Paris, Bordas, , 1232 p. (ISBN 2-04-010726-6), p. 618
  2. http://www.lesmontsdureuil.fr/curiosite/compositeurs/jean-louis-laruette.html

Liens externesModifier