Langdun

homme politique chinois
Lonchhen Yapshi Langdun Kung
Description de l'image Bundesarchiv Bild 135-S-13-13-07, Tibetexpedition, Premierminister Yabshi Langdün.jpg.
Nom de naissance Kunga Wangchhuk
Alias
Langdun
Naissance
Langdun
Décès
Lhassa
Nationalité Tibétaine
Pays de résidence Tibet
Profession
Homme politique
Activité principale
premier ministre (Kalon Tripa) du gouvernement tibétain, vice-président du Comité populaire de la Région autonome du Tibet
Famille
Thubten Gyatso (13e dalaï-lama)

Langdun, abréviation de Lonchhen Yapshi Langdun Kung, de son nom de personne Kunga Wangchhuk (1906 - ), était un politicien tibétain[1]. Il appartenait à une famille de la noblesse tibétaine. Il fut nommé premier ministre par le 13e dalaï-lama et occupa divers postes sous l'administration chinoise après 1951.

famille Langdun

FamilleModifier

Sa famille était originaire du village de Langdun dans la région de Dakpo, dans le sud-est du Tibet. Il était le fils du frère aîné du 13e dalaï-lama[1]. Sa famille, à l'origine paysanne, avait été anoblie car un dalaï-lama, le 13e, y était né en 1876[2]. On dénomme ces familles Yab-shi, en 1950, il n’y avait que six familles de ce type[3].

Langdun se maria et eut une fille[4].

CarrièreModifier

En 1926, il fut nommé premier ministre (Kalon Tripa) du gouvernement du Tibet, atteignant le plus haut poste politique après celui de dalaï-lama ou de régent. Il eut cependant peu d'influence pendant le règne du dalaï-lama. À la disparition de ce dernier en 1933, il fut pressenti à la fonction de régent (pour choisir un nouveau dalaï-lama), mais ce fut Reting Rinpoché qui fut nommé, à la condition toutefois de partager le pouvoir avec Langdun. En , en raison de différends persistants avec Reting Rinpoché, il démissionna mais reçut le titre d’ancien premier ministre et conserva son salaire[1],[5],[6].

En 1956, il fut nommé au Comité préparatoire à l'établissement de la Région autonome du Tibet[7].

En 1965, il fut élu, selon Xiaoming Zhang, vice-président du Comité populaire de la Région autonome du Tibet[8].

RéputationModifier

Il fut considéré par les Britanniques comme un dirigeant ignorant dans de nombreux domaines, ce qu'ils attribuent au fait qu'il n'avait jamais quitté Lhassa jusqu’en 1942. Malgré son inexpérience, il aurait été très populaire parmi la population de Lhassa. Williamsen, qui le rencontra à Lhassa en 1933, le décrit comme « un arrogant jeune homme à la tête vide »[1].

DécèsModifier

Il décéda le [9]. Le , une réunion commémorative se tint à Lhassa pour honorer la mémoire de Langdun[10].

Destruction de sa maison familiale en 2011Modifier

 
Langdun devant sa maison

Selon une source au Tibet, la demeure ancestrale du 13e dalaï-lama, vieille de près d'une centaine d'années, a été détruite par les autorités chinoises le . Elle était située à proximité de la rivière Kyi chu, au sud de Lhassa. Cette zone étant sous la juridiction du centre militaire de Lhassa, les autorités municipales, alertées par des membres de la famille Langdun demandant à ce qu'elle soit épargnée, n'ont rien pu faire alors que la maison avait été déclarée « structure historique à protéger »[11],[12].

 
Premier ministre (Kalon Tripa) gouvernement du Tibet, Yabshi Langdün, Lhasa

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (en) Tibet Album, British photography in Central Tibet 1920-1950, Langdun
  2. (en) The Thirteenth Dalai Lama, Thupten Gyatso, sur dalailama.com, le site officiel du 14e dalaï-lama.
  3. (en) Far Eastern Association (U.S.), Association for Asian Studies, The Journal of Asian studies, Volume 32, Numéros 1 à 4, Cambridge University Press, Association for Asian Studies, 1973 : « In 1950 there were only six such yab-shi families. »
  4. (en) Clare Harris, Tsering Shakya, Seeing Lhasa: British depictions of the Tibetan capital 1936-1947, Serindia Publications, Inc., 2003, (ISBN 1932476040 et 9781932476040), p. 42.
  5. (en) Melvyn C. Goldstein, Gelek Rimpoché, Lobsang Phuntshog, Essentials of modern literary Tibetan: a reading course and reference grammar, University of California Press, 1991, (ISBN 0520076222 et 9780520076228), p. 382.
  6. (en) Melvyn C. Goldstein, A History of Modern Tibet: The Calm Before the Storm: 1951-1955, Volume 2, University of California Press, 2009, (ISBN 0520259955 et 9780520259959), p. 7.
  7. (en) Xinhua, Daily report: People's Republic of China, Numéros 161 à 170, (United States. Foreign Broadcast Information Service), 23 août 1980 : « He was a standing Committee member of the preparatory Committee for Setting up the Tibet Autonomous Region in 1956. He firmly supported the enforcement of democratic reform in 1959. At the time of his death, Langdun Gunga Wangqug was a member of the National Committee of the Chinese People's Political Consultative Conference, vice-chairman of the Standing Committee of the Autonomous Regional People's Congress of Tibet and member of the Standing Committee of the Tibetan Committee of the CPPCC. »
  8. Xiaoming Zhang, Récits sur le Tibet, 2003, (ISBN 7508503198 et 9787508503196).
  9. (en) Xinhua, Daily report: People's Republic of China, Numéros 161 à 170, (United States. Foreign Broadcast Information Service), 23 août 1980, p. 82 : « More than 400 people attended a memorial meeting held here yesterday for Langdun Gunga Wangqug, a noted Tibetan patriot and a nephew of the 13th Dalai Lama, who died on August 13 at the age of 77. »
  10. (en) Dawa Norbu, Red star over Tibet, Sterling Publishers, 1987, p. 280 : « At the meeting of the upper strata from all circles in Lhasa Municipality on June 3, 1980, Ngapo expressed the hope that the new policy would "transform Tibet into a flourishing and prosperous area as quickly as possible". […] on August 23, a memorial meeting was held for a leading Tibetan aristocrat, Langdun Kunga Wangchuk. »
  11. (en) Chinese Authorities Eliminating the 13th Dalai Lama's Home, Tibet Post, 16 juin 2011 : « Sources say that the demolition began on the 10th of June, and was completed within short time. Family members had earlier appealed to the Lhasa city government to protect [the residence] from demolition, but their calls went unheeded. The concerned city authorities stated that they were helpless to stop the demolition because the area fell under Chinese military control. »
  12. (en) 13th Dalai Lama's Home Demolished, Radio Free Asia, 15 juin 2011.


Sur les autres projets Wikimedia :