La vie recommence

film de Mario Mattoli, sorti en 1945
La vie recommence
Description de cette image, également commentée ci-après
Alida Valli, Eduardo De Filippo et Fosco Giachetti

Titre original La vita ricomincia
Réalisation Mario Mattoli
Scénario Aldo De Benedetti (it)
Steno
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Genre drame
Durée 84 minutes
Sortie 1945


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La vie recommence (titre original : La vita ricomincia) est un film italien réalisé par Mario Mattoli et sorti en 1945.

SynopsisModifier

1945. Paolo Martini (Fosco Giachetti), chimiste mobilisé sur le front puis fait prisonnier dans un camp anglais situé en Inde, retourne, à Rome, auprès de son épouse Patrizia (Alida Valli) et de son fils Sandrino (Maurizio Ceselli). Là, il lie connaissance avec un voisin (Eduardo De Filippo), professeur en langues orientales, frappé par la mort des siens. Au bout de quelques jours, Paolo reprend contact avec son ex-associé Croci (Carlo Romano), dirigeant d'une entreprise pharmaceutique transformée en distillerie. Ce dernier ne souhaite nullement reconduire Martini à son poste. C'est alors que celui-ci menace de faire intervenir son avocat. Les choses s'arrangent : le soir même, les amis réconciliés et leurs épouses respectives sortent ensemble au restaurant.

Au cours de la soirée, Paolo revoit les transporteurs qui lui ont permis de faire le voyage de Cassino à Rome. Patrizia semble pourtant avoir été troublée par l'apparition d'un homme. Elle se dit fatiguée et manifeste le désir de rentrer au domicile. Le lendemain, le professeur et Paolo quittent l'immeuble avec l'automobile de Croci. À cet instant, une dame d'âge mûr, élégamment vêtue, sort d'une voiture, les intercepte et réclame Patrizia. Lorsque les deux hommes rentrent en fin de soirée chez eux, ils constatent, décontenancés, que Patrizia est toujours absente et ne revient pas. Inquiets, ils alertent la préfecture de police qui les renvoie vers un des commissariats de la ville. Là, Paolo découvre le meurtre commis par sa femme et surtout la situation dans laquelle celle-ci s'était mise, au seul motif d'élever, de soigner et d'éduquer son fils. Se sentant profondément trahi et humilié, Paolo veut rompre. Mais le professeur lui demande de comprendre et de pardonner, afin que « la vie puisse recommencer »…

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

CommentairesModifier

La vita ricomincia a été tourné à la fois en extérieur - dans une Naples dévastée par les bombardements - et en intérieur - à Rome dans les studios Palatino. Avec ce film, au titre fort symbolique, Mario Mattoli, sans adhérer à l'optique néo-réaliste, cherche néanmoins à « cerner le climat de cette époque de transition à travers l'histoire d'un prisonnier de guerre [...] qui essaie de retrouver une vie normale au milieu du chaos. »[1] Autre symbole : la présence de deux interprètes populaires à l'ère du ventennio fasciste, Fosco Giachetti et Alida Valli. Le premier ayant même été l'un des acteurs principaux des films de propagande fasciste (L'Escadron blanc, 1936 - Scipion l'Africain, 1937 - Les Cadets de l'Alcazar, 1940). Le film nous offre l'occasion d'entendre, par la voix d'Alida Valli, une chanson très populaire au moment du siège américain, Io t'ho incontrata a Napoli (Je t'ai rencontré à Naples), composée par Hoagy Carmichael, et qui servit de titre à un film de 1946. Le film obtint un beau succès commercial : 2,75 M entrées en 1945 (3e place au box-office). Ce fut une année faste pour Mario Mattoli qui, avec Partenza ore 7, s'adjugea encore 3 M de spectateurs (2e place)[2].

RéférencesModifier

  1. Lorenzo Codelli in : Dictionnaire du cinéma italien, Nouveau Monde Éditions, Paris, 2014.
  2. Sources : Box Office Benful et SIAE, les entrées sont des estimations effectuées à partir des résultats d'exploitation bruts divisés par le prix moyen du billet en 1945 (33 lires).