Ouvrir le menu principal

Scipion l'Africain (film)

film sorti en 1937
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Scipion l'Africain.
Scipion l'Africain
Description de cette image, également commentée ci-après
Buste de Scipion l'Africain

Titre original Scipione l'Africano
Réalisation Carmine Gallone
Scénario Carmine Gallone
Camillo Mariani Dell'Aguillara
Sebastiano A. Luciani
Acteurs principaux
Sociétés de production Consorzio Scipione - ENIC
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Genre drame
film épique
Durée 83 minutes
Sortie 1937

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Scipion l'Africain (titre original : Scipione l'Africano) est un film italien réalisé par Carmine Gallone, sorti en 1937 et primé du meilleur film italien avec la coupe Mussolini la même année à la Mostra de Venise[1].

Le film reste célèbre pour être l'archétype du film de propagande, en effet il a été commandé par Benito Mussolini lui-même, pour glorifier le fascisme[2]. Les déclarations officielles du régime comportent d'ailleurs en épitaphe cette citation du Duce : « La cinematografia e l'arma piu forte » (Le cinéma est l'arme la plus forte).

SynopsisModifier

Le film raconte l'histoire de Scipion l'Africain (interprété par Annibale Ninchi) pendant la Deuxième guerre punique au IIIe siècle av. J.-C., après la bataille de Cannes. Hannibal Barca et les Carthaginois avancent sur Rome, Scipion demande au Sénat de lui confier la province sicilienne afin de porter la guerre en Afrique. Il parvient dans un premier temps à repousser l'ennemi en Espagne. Scipion rencontre son allié Massinissa et doit affronter Syphax, roi de la Numidie et allié d'Hannibal. Syphax est défait lors de la bataille des Grandes Plaines, sa femme la reine Sophonisbe préfère se suicider plutôt que subir le déshonneur des vaincus. Les carthaginois appellent Hannibal pour les aider, c'est la bataille de Zama en 202 av. J.-C..

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Casting et tournageModifier

Dans un premier temps c'est Alessandro Blasetti qui devait réaliser le film[3] mais c'est finalement le réalisateur Carmine Gallone qui le tournera. Gallone est un solide artisan du cinéma (parfois comparé à Cecil B. DeMille[4]) qui a commencé le cinéma en 1913, qui devient un des piliers du cinéma italien de l'entre-deux-guerres et qui tournera après guerre notamment deux films de la série des Don Camillo avec Fernandel.

Pour le rôle principal c'est un acteur de théâtre reconnu qui est choisi : Annibale Ninchi.

À noter, Alberto Sordi dans son premier (petit) rôle non crédité au cinéma joue un soldat. Les trois assistants-réalisateurs deviendront tous les trois des réalisateurs à leur tour, à savoir Giorgio Ferroni (La Guerre de Troie), Romolo Marcellini (La grande olimpiade) et Domenico Paolella (L'Enfer de Gengis Khan). Le monteur autrichien Oswald Hafenrichter travaillera après la seconde guerre mondiale en Angleterre notamment sur Le Troisième Homme qui lui vaudra une nomination à l'Oscar du meilleur montage.

Le film compte des milliers de figurants, fournis par l'armée[5]. Le tournage fut long, on parle de 350 jours.

RéceptionModifier

Le film sort en France en 1938, cette année là seulement deux autres films italiens sortent en France : L'Accident de Guido Brignone et Tarakanowa[6].

Spectaculaire à souhait (notamment les charges d'éléphants), Scipion l'africain rencontra un énorme succès et devint l'une des références du péplum[7].

Le film tient à démontrer que, face à la menace assez métaphorique des « barbares » carthaginois et de leurs mercenaires, le réflexe offensif et le ralliement à la figure du chef de guerre charismatique sont nécessaires à la survie et à la grandeur de l'empire fasciste. On se doute qu'en pleine campagne d'invasion de l'Érythrée, le film dut rencontrer un écho tout à fait contemporain auprès des spectateurs[8].

En voulant concilier les impératifs du film de propagande et ceux du film spectaculaire, Scipion l'africain échoue sur tous les tableaux[9].

« Renouant avec les glorieux péplums de prestige, Scipion vante les vertus du chef guerrier contre les palabres inefficaces d'un Sénat craintif. La charge spectaculaire de ce glorieux ancêtre romain du Duce contre les éléphants d'Hannibal fait passer le message impérialiste fasciste avec une légèreté... pachydermique »[10].

Le film connaît par la suite une parodie en 1971 sous le titre de Scipion, dit aussi l'Africain, réalisée par Luigi Magni avec Marcello Mastroianni dans le rôle de Scipion[11].

Lien interneModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Natacha Aubert, Un cinéma d'après l'antique, L'Harmattan, (ISBN 9782296099494).  
  • Aldo Bernardini et Jean Gili, Le cinéma italien, Centre Georges Pompidou, (ISBN 2-85850-321-4, notice BnF no FRBNF34870431).  
  • Florent Fourcart, Le péplum italien, Imho, (ISBN 9782915517866).  
  • René Jeanne et Charles Ford, Histoire illustrée du cinéma, tome 2, Marabout, .  
  • Vincent Mirabel, L'histoire du cinéma pour les nuls, First éditions, (ISBN 9782754006095).  
  • Jean-Loup Passek, Dictionnaire du cinéma, Larousse, (ISBN 2-03-505031-6).  
  • Jean Tulard, Guide des films, tome 2, Robert Laffont, (ISBN 2221068203).  

Liens externesModifier