Louis Mercier (photographe)

photographe français
(Redirigé depuis Léopold Louis Mercier)

Louis Mercier est un éditeur et photographe français spécialisé dans la reproduction photographique d'œuvres d'art, né le à Angers et mort à Cabourg après 1914[1].

Louis Mercier
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Louis Léopold MercierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Activité
Autres informations
Distinction

BiographieModifier

Fils d'un commerçant en quincaillerie d'Angers, Louis Mercier obtient son baccalauréat, travaille un temps avec son père puis s'installe à Paris. Il est exempté du service militaire en 1866 pour cause de constitution fragile. Il s'intéresse à la photographie qui est un secteur prometteur en pleine expansion à Paris. On trouve ses premières traces d'activité comme photographe à son compte vers la fin des années 1880. Il rachète les fonds de concurrents comme Jean Dumeteau (1838-1916) et Charles-Louis Michelez, à la mort de ce dernier en 1894, ainsi qu'Edmond Forterre et G. Moretti qui lui cèdent aussi leur atelier au 27 rue de Ponthieu au sixième étage[2]. Mercier se spécialise dans le reproduction photographique des œuvres d'art, peintures et sculptures, qu'il publie en albums qui se vendent très bien à cette époque. Il utilise les reproductions qu'il réalise lui même ainsi que d'autres clichés qu'il achète à des confrères.

 
Accident gare de l’Ouest, 1895

En 1889, à l’occasion de l’exposition universelle à Paris, il photographie la tour Eiffel, le Champ-de-Mars et les différents pavillons. Pour ces photographies, il obtient une médaille d’honneur. À partir de 1896, il s'intitule « photographe de l'État aux Salons annuels » et en réalise les albums chaque année jusqu'en 1901[3]. Grâce à la rentabilité de son activité, Mercier agrandit son atelier, louant les étages inférieurs puis en 1911, il s'étend à une adresse proche au 18, rue du Colisée. En 1907, il se voit décerner les Palmes académiques par le ministère de l’Instruction publique, en 1908 il obtient le grade d'officier[4].

En 1914, en pleine prospérité, il vend les négatifs de ses photographies et ses droits de reproduction au marchand d’image Laurent Olliver, rue de Seine, c'est là que Jean-Victor Fischer et Hélène Roger s’installent en 1938 pour fonder la maison de documentation générale photographique Roger-Viollet qui récupère ainsi le fonds Mercier, soit plus de 30 000 négatifs. Louis Mercier a alors 48 ans, il s'installe dans sa villa de Cabourg où l'on perd sa trace[5].

Quelques photographies remarquablesModifier

 
Portrait de Sioux, 1905.
  • En 1895, Mercier est l'auteur[6] de l’un des clichés de l'accident ferroviaire de la gare Montparnasse, dont un tirage est conservé au musée d'Orsay[7]. Il existe plusieurs versions de cet événement photographié sous le même angle mais à des moments différents, la locomotive étant restée plusieurs jours sur place. L’agence Roger-Viollet possède un négatif attribué aux frères Neurdein[8], et un tirage conservé au Musée Carnavalet est attribué à Albert Brichaut[9].
  • En 1905, Mercier réalise un reportage sur la venue à Paris du Buffalo Bill’s Wild West Show. Il produit à cette occasion des portraits de Sioux très remarqués.

PublicationsModifier

  • Albums photographiques des œuvres d'art achetées par l'état, principalement aux Salons à Paris, Louis Mercier est le photographe pour les années 1896 à 1900. [voir en ligne] sur le site des Archives Nationales.

Notes et référencesModifier

  1. Ses dernières productions datent de 1914, il vend ensuite son fonds et se retire à Cabourg, il serait mort entre 1920 et 1930.
  2. Les photographes parisiens installent le plus souvent leur ateliers au dernier étage des immeubles afin de bénéficier de plus de lumière.
  3. Les albums photographiques des Salons de 1864 à 1901 Notice explicative sur le site des Archives Nationales.
  4. Marc Durand, De l’image fixe à l’image animée (1820-1910), Paris, Archives nationales, 2014. Notice Léopold Louis Mercier, page 797.
  5. [PDF] Stella Melbye, L’activité lucrative de l’éditeur-photographe Léopold Louis Mercier spécialisé dans la reproduction d’œuvre d’art à Paris de 1889 à 1914 : une analyse des aspects commerciaux de la maison Mercier et de son fonds photographique au sein de l’Agence Roger-Viollet. Thèse en Art et histoire de l’art. 2014. [lire en ligne].
  6. Comme le suppose Marc Durand dans De l’image fixe à l’image animée (1820-1910), Paris, Archives nationales, 2014.
  7. Accident gare de l'Ouest, le 22 octobre 1895 Notice sur le site Musee-orsay.fr.
  8. Image Roger-Viollet n°ND-2896A PARIS 24X30
  9. « L'accident de la gare Montparnasse, l'un des plus spectaculaires de l'histoire des chemins de fer français… », sur Musée Carnavalet - Histoire de Paris,

Liens externesModifier