Kikuzuki (destroyer, 1926)

destroyer de la classe Mutsuki, Marine Impériale japonaise (1926->1942)

Kikuzuki (菊月)
illustration de Kikuzuki (destroyer, 1926)
Le Kikuzuki en octobre 1932.

Type Destroyer
Classe Mutsuki
Histoire
A servi dans  Marine impériale japonaise
Commanditaire Drapeau du Japon Japon
Chantier naval Arsenal naval de Maizuru
Quille posée
Lancement
Mise en service
Statut Coulé le
Équipage
Équipage 154 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 102,72 m
Maître-bau 9,16 m
Tirant d'eau 2,96 m
Déplacement 1 400 t (standard)
Port en lourd 1 750 t (pleine charge)
Propulsion 2 turbine à gaz Parsons Kampon
4 chaudières Ro-Gō Kampon
2 hélices
Puissance 38 500 ch
Vitesse 37,25 nœuds (69 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement Origine :
Rayon d'action 4 000 milles marins (7 400 km) à 15 nœuds (28 km/h)
Pavillon Empire du Japon
Localisation
Coordonnées 9° 07′ 00″ sud, 160° 12′ 00″ est
Géolocalisation sur la carte : Îles Salomon
(Voir situation sur carte : Îles Salomon)
Kikuzuki (菊月)
Kikuzuki (菊月)

Le Kikuzuki (菊月?) est un destroyer de la classe Mutsuki construit pour la Marine impériale japonaise pendant les années 1920.

Historique modifier

Dans les années 1930, le Kikuzuki navigue au large de la Chine, participant à des opérations lors de la seconde guerre sino-japonaise et plus tard pendant l'invasion japonaise de l'Indochine en 1940.

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, le Kikuzuki rejoint le 23e division de destroyers (2e escadron de porte-avions - Kidō Butai) et est déployé depuis Haha-jima, dans les îles Ogasawara, dans le cadre de l'invasion de Guam. Il retourne à Truk au début du mois de pour couvrir les débarquements des forces japonaises lors de l'opération R à Kavieng, en Nouvelle-Irlande, le , retournant à Truk un mois plus tard. En mars, le Kikuzuki couvre les débarquements des forces japonaises lors de l'opération SR dans le nord des îles Salomon, dans les îles Lae et de l'Amirauté. Le destroyer est réaffecté dans la 4e flotte le .

Participant à l'opération Mo, lors de l'invasion de Tulagi du 3 au , le Kikuzuki est torpillé par des avions américains de l'USS Yorktown dans le port de Tulagi le , tuant 12 membres d'équipage et en blessant 22 autres. Le chasseur de sous-marin Toshi Maru No.3 le remorque jusqu'à la plage de l'île de Gavutu au cours duquel il transfère les survivants. Le navire fut ramené en mer par la marée et coula au large de la plage à la position 9° 07′ S, 160° 12′ E.

Le Kikuzuki est rayé des listes de la marine le .

 
La coque rouillée du Kikuzuki, photographiée à Tulagi en août 1943 après que les forces américaines ont traîné l'épave sur la plage.

Après la capture de Tulagi par les forces américaines, l'USS Prometheus renfloua l'épave du Kikuzuki en espérant obtenir des renseignements militaires. Aujourd'hui, sa coque partiellement démantelée se trouve toujours dans la baie de Ghovana, sur l'île de Nggela Sule.

Notes et références modifier

Voir aussi modifier

Articles connexes modifier

Bibliographie modifier

  • Conway's All the World's Fighting Ships 1922-1946, Greenwich, Conway Maritime Press, , 456 p. (ISBN 0-85177-146-7)
  • Stephen Howarth, The Fighting Ships of the Rising Sun : The Drama of the Imperial Japanese Navy, 1895–1945, Atheneum, , 398 p. (ISBN 0-689-11402-8)
  • (en) Hansgeorg Jentschura, Dieter Jung et Peter Mickel (trad. de l'allemand par Antony Preston & J.D. Brown), Warships of the Imperial Japanese Navy, 1869–1945 [« Japanischen Kriegsschiffe, 1869-1945 »], Annapolis, Maryland, United States Naval Institute, (ISBN 978-0-87021-893-4, OCLC 34017123)
  • Allyn D. Nevitt, « IJN Nagatsuki: Tabular Record of Movement », Long Lancers, sur Long Lancers, Combinedfleet.com, (consulté le )
  • Anthony J. Watts et Brian G. Gordon, The Imperial Japanese Navy, Garden City, New York, Doubleday, (OCLC 202878)
  • M. J. Whitley, Destroyers of World War Two : An International Encyclopedia, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, , 320 p. (ISBN 0-87021-326-1)