Ouvrir le menu principal

Kenojuak Ashevak

artiste inuite canadienne
Crystal128-fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Kenojuak Ashevak
Kenojuak Ashevak 1 1997-05-09 cropped.jpg
Kenojuak Ashevak en 1997.
Naissance
Décès
(à 85 ans)
Cape Dorset, Nunavut, Canada
Nationalité
Activités
Mouvement
Distinctions
Œuvres principales

Kenojuak Ashevak (née le à Ikirasaq, sur la côte sud de l’île de Baffin – morte le à Cape Dorset, au Nunavut[1]) est une artiste inuite canadienne reconnue à l’international. Son succès lui a valu de nombreuses récompenses et plusieurs distinctions [2]. Elle fait figure de pionnière dans l’art inuit moderne.

BiographieModifier

Elle grandit selon un mode de vie traditionnel, se déplaçant d'un camp à l'autre dans le sud de l'Île de Baffin et dans l'est de l'Arctique canadien.

À 19 ans, elle se marie avec Jonniebo Ashevak, un chasseur local[3].

Entre 1952 et 1955, elle est hospitalisée à Québec pour cause de tuberculose. Au cours de cette période, elle apprend à fabriquer des poupées et des perles aux côtés d’Harold Pfeiffer ; ce qui lui permet de rompre l’ennui tout en gagnant un peu d’argent[4].

Par la suite, au milieu des années 1950, ses appliqués sur peau de phoque attirent l’attention de James Houston, chargé par le gouvernement de promouvoir l’art du nord pour la vente vers le sud du Canada et à l’étranger. Celui-ci incite Kenojuak Ashevak à expérimenter le dessin ainsi que la sculpture. Son travail artistique lui permet de générer de nouveaux revenus, en dehors de la chasse[5].

En 1966, elle renonce à sa vie semi-nomade en venant s’installer à Cape Dorset, afin que ses enfants puissent être scolarisés. Elle prend part aux activités du nouvel atelier de gravure, installé dans le village afin de développer le marché de l’art inuit [6].

Ses premières œuvres sont présentées dans le cadre des Collections d'art graphique de Cape Dorset, et lancent sa carrière tant nationale qu'internationale. Reconnue comme une pionnière de la gravure à Cape Dorset[7], remarquée par ses représentations stylisées d'oiseaux, sa vie et son travail feront l'objet d'un film Kénojouak, artiste esquimau (1961)[8], produit par l'Office national du film du Canada et réalisé par John Feeney, et d'un livre intitulé Graphic Arts of the Inuits : Kenojuak, publié en 1981. Elle devient membre de l'Académie royale des arts du Canada en 1974 et de l'Ordre du Canada en 1982. Son nom figure sur l'Allée des célébrités canadiennes. Elle reçoit en 2008, le Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques[9].

Kenojuak Ashevak est l'auteur d'une pièce de monnaie commémorative émise en 1999, où ses initiales apparaissent : ᑭᓇᐊᓯᐃ. C'était la première fois que l'inuktitut était inscrit sur de la monnaie en circulation.

Le 3 octobre 2014, la compagnie Google rend hommage à l'artiste en modifiant temporairement le logo qui apparaît sur la page d'accueil de son moteur de recherche au Canada[10].

StyleModifier

Kenojuak Ashevak s’inspire de ses observations de la nature auxquelles se mêle son imagination[11]. En résulte des dessins captivants, représentant des créatures fantastiques – souvent des oiseaux – dans lesquels elle use d’effets de symétrie et de déploiement [3]. Les motifs sont prétextes à des recherches sur la ligne, la forme et la couleur[12]. Elle ne passe que rarement par des esquisses préliminaires[13] : elle préfère réaliser son dessin directement, en grande partie sans lever le crayon[12].

ŒuvresModifier

L'une de ses œuvres les plus célèbres[13] est son dessin The Enchanted Owl (1960), qui sera reproduit sur un timbre de la Société canadienne des Postes en 1970 pour célébrer le centenaire des Territoires du Nord-Ouest. Puis, en 1993, c’est son dessin The Owl (1969) qui figure sur un timbre de 86 cents[2].

Au cours de sa carrière, elle a répondu à de nombreuses commandes. Ainsi, le vitrail présenté ci-dessous est réalisé pour la chapelle du collège Appleby à Oakville en Ontario. Il est dédié au révérend Andrew Atagotaaluk en 2004.

Musées et collections publiquesModifier

 
Fenêtre de la chapelle John Bell de l'Appleby College à Oakville (Ontario) près de Toronto (Canada).
  • Carleton University Art Gallery
  • MacKenzie Art Gallery
  • McMichael Canadian Art Collection
  • Morris and Helen Belkin Art Gallery
  • Musée des beaux-arts de l'Ontario
  • Musée des beaux-arts du Canada
  • Musée national des beaux-arts du Québec[14]
  • UBC Museum of Anthropology
  • Vancouver Art Gallery

Notes et référencesModifier

  1. « L'artiste inuite Kenojuak Ashevak meurt à 85 ans », sur journalmetro.com, le 8 janvier 2013.
  2. a et b (en-US) « Kenojuak Ashevak », sur DORSET FINE ARTS (consulté le 16 octobre 2019)
  3. a et b Ifri, Philippe., Mercier, Michel (1947-....)., Maille, Pierre (1947-....). et Etablissement public de coopération culturelle Chemins du patrimoine en Finistère., Grand nord, grand sud Artistes inuit et aborigènes, Editions Palantines, (ISBN 9782356780348 et 2356780343, OCLC 690471302, lire en ligne)
  4. Bathory, Laakkuluk Williamson, 1979-, Curley, Koomuatuk, 1984-, Partridge, Taqralik, et Piirainen, Jocelyn,, Tunirrusiangit : Kenojuak Ashevak and Tim Pitsiulak (ISBN 9781773100913, 1773100912 et 9781988788029, OCLC 1047695496, lire en ligne)
  5. « Femmes à l‘honneur: Leurs réalisations. Kenojuak Ashevak », (consulté le 8 décembre 2019)
  6. (en) « Kenojuak Ashevak | Inuit artist », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 16 octobre 2019)
  7. Guide : Musée des beaux-arts de Montréal, Montréal, éd. Musée des beaux-arts de Montréal, , 2e éd. (1re éd. 2003), 342 p. (ISBN 978-2-89192-312-5), p. 233
  8. « Kénojouak, artiste esquimau », sur ONF.ca (consulté le 19 décembre 2017)
  9. « Prix du Gouverneur général - gagnants », sur pggavam.conseildesarts.ca (consulté le 3 février 2019)
  10. Kenojuak Ashevak: qui est-elle?, sur technet.ameriquebec.net, 3 octobre 2014.
  11. Bernard Schwartz, Jeanne C. Pond, Susan Hood et Penny Selle, « Instructional Resources: Animals in Art », Art Education, vol. 41, no 1,‎ , p. 25 (DOI 10.2307/3194132, lire en ligne, consulté le 16 octobre 2019)
  12. a et b (en) Marina Jimenez, « Art is my job and my love », The Globe and Mail,‎
  13. a et b Kenojuak Ashevak, sur encyclopediecanadienne.ca, 15 janvier 2016.
  14. « Kenojuak Ashevak | Collection Musée national des beaux-arts du Québec », sur collections.mnbaq.org (consulté le 25 juillet 2019)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :