Ouvrir le menu principal

Keizō Obuchi

personnalité politique japonaise

Keizō Obuchi
小渕 恵三
Illustration.
Keizō Obuchi au sommet du G8 de 1999.
Fonctions
Premier ministre du Japon

(1 an, 8 mois et 6 jours)
Monarque Akihito
Gouvernement 84e Cabinet
Législature 41e Chambre des représentants
Coalition PLD - Nouveau Kōmeitō - PL
Centre-droit
Prédécesseur Ryūtarō Hashimoto
Successeur Yoshirō Mori
Ministre des Affaires étrangères
Premier ministre Ryūtarō Hashimoto
Gouvernement 83e Cabinet
Prédécesseur Yukihiko Ikeda
Successeur Masahiko Kōmura
Secrétaire général du PLD
Président Toshiki Kaifu
Prédécesseur Ichirō Ozawa
Successeur Tamisuke Watanuki
Secrétaire général du Cabinet
Premier ministre Noboru Takeshita
Gouvernement 74e Cabinet
Prédécesseur Masaharu Gotōda
Successeur Masajūrō Shiokawa
Directeur du Bureau du Premier ministre
et de l'Agence de développement d'Okinawa
Premier ministre Masayoshi Ōhira
Gouvernement 69e Cabinet
Prédécesseur Asao Mihara
Successeur Tarō Nakayama
Représentant du 5e district de Gunma
Villes de Shibukawa - Tomioka - Annaka
Districts de Gunma - Kitagunma - Kanra - Agatsuma
Élection
Prédécesseur Circonscription créée
Successeur Yūko Obuchi
Représentant de l'ancien 3e district de Gunma
Villes de Takasaki - Shibukawa - Fujioka - Tomioka - Annaka
Districts de Gunma - Kitagunma - Tano - Kanra - Usui - Agatsuma
Élection
Réélection








Biographie
Nom de naissance 小渊 晋三 Obuchi Keizō
Date de naissance
Lieu de naissance Nakanojō
(Gunma, Japon)
Date de décès (à 62 ans)
Lieu de décès Bunkyō
(Tokyo, Japon)
Nature du décès Accident vasculaire cérébral
Nationalité Japonaise
Parti politique Parti libéral démocrate
Conjoint Chizuko Ono
Enfants Tsuyoshi Obuchi
Akiko Obuchi
Yūko Obuchi
Religion Bouddhiste, shintoïste

Keizō Obuchi
Premiers ministres du Japon

Keizō Obuchi (小渕恵三, Obuchi Keizō?) est un homme d'État japonais né le [1] à Nakanojō dans la préfecture de Gunma et mort à Tokyo le . Il fut le 54e Premier ministre du Japon du au .

BiographieModifier

Jeunesse et étudesModifier

Obuchi naît à Nakanojō, dans la préfecture de Gunma, le 25 juin 1937. Son père, Mitsuhei Obuchi, était député à la Diète du Japon, représentant la circonscription de Gunma[2].

À l'âge de 13 ans, ses parents l'inscrivent à un collège privé de Tokyo. En 1958, il est admis à l'Université Waseda, où il étudie la littérature anglaise, pensant devenir écrivain. La même année, son père décède ; il se rend compte qu'il souhaite prendre la relève, et s'inscrit à la School of Political Science and Economics de Waseda. Il obtient sa licence en 1962.

Entre janvier et septembre 1963, il voyage dans trente-huit pays sur toute la surface du globe, en effectuant des petits boulots pour payer ses déplacements. Il fait notamment la plonge dans un restaurant, devient assistant d'un professeur d'aïkido, ainsi qu'assistant-caméraman à Berlin. Aux États-Unis, il rencontre Robert Francis Kennedy, à l'époque ministre de la Justice.

Carrière politiqueModifier

En novembre de cette année, inspiré par sa conversation avec Kennedy, il se présente aux élections parlementaires et devient le député du troisième district de Gunma. Il devient le plus jeune député de l'histoire du Japon, à l'âge de 26 ans. En parallèle de son premier mandat, il entame un master à l'Université Waseda.

En 1979, il devient directeur de cabinet du Premier ministre, ainsi que directeur de l'Agence du Développement d'Okinawa. Il y travaille pendant huit ans, avant de devenir Secrétaire général du Cabinet en 1987. Deux ans plus tard, il annonce formellement la mort de l'empereur Shōwa. C'est lui qui annonce le nom de la nouvelle ère, "Heisei".

En 1991, il devient secrétaire général du Parti libéral-démocrate, et en 1994, son vice-président. En 1997, Ryūtarō Hashimoto le nomme Ministre des Affaires étrangères, où il traite notamment des négociations avec la Russie au sujet des Îles Kouriles, ainsi que des négociations au sujet de l'unification des deux Corées.

En 1998, le PLD perd la majorité. Hashimoto démissionne de son poste de président du parti, et nomme Obuchi comme successeur. Si la Diète est censée élire le prochain Premier ministre, il ne reçoit pas l'approbation de la chambre haute. La Constitution du Japon indiquant que si les deux chambres ne sont pas d'accord au sujet de la nomination d'un Premier ministre, la Chambre des représentants est chargée de le choisir, Obuchi est nommé Premier ministre le 30 juillet.

Durant son mandat, Obuchi s'occupe de deux grandes affaires : signer un traité de paix avec la Russie, et redynamiser l'économie japonaise. Il décide donc d'augmenter les dépenses publiques et de baisser l'impôt sur le revenu, ce qui permet de limiter la récession, mais pas d'en sortir. Afin de relancer la consommation, il distribue notamment des bons d'achats à 35 millions de citoyens.

Au niveau fiscal, Obuchi décida que le trésor japonais distribuerait plus de bons du Trésor afin de financer des constructions d'infrastructures publiques, faisant augmenter la dette japonaise[3].

Mort et successionModifier

Obuchi est frappé par une attaque cardiaque le 1er avril 2000, et tombe dans le coma à l'Hôpital Universitaire Juntendo, à Tokyo. Lorsqu'il fut clair qu'il ne pourrait jamais retrouver sa conscience, il est remplacé par Yoshirō Mori au poste de Premier ministre, le 5 avril. Obuchi meurt le 14 mai à l'âge de 62 ans. Sont présents à ses obsèques Kofi Annan, secrétaire général des Nations Unies, Bill Clinton, président des États-Unis, et Kim Dae-jung, Premier ministre de la Corée du Sud.

Vie privéeModifier

Il est le père de la femme politique Yūko Obuchi.

Notes et référencesModifier

  1. (en-US) Calvin Sims, « Keizo Obuchi, Premier Who Brought Stability as Japan's Economy Faltered, Dies at 62 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 août 2019)
  2. « Keizo Obuchi », The Economist,‎ (ISSN 0013-0613, lire en ligne, consulté le 18 août 2019)
  3. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. https://www.nikkei.com/etc/accounts/login?dps=5&url=https%3A%2F%2Fwww.nikkei.com%2Fpaper%2Farticle%2F%3Fng%3DDGKDZO65878040V20C14A1TCP000, sur www.nikkei.com (consulté le 18 août 2019)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :