Kawasaki GPZ 500
Image illustrative de l’article Kawasaki GPZ 500
Kawasaki GPZ 500 S de 1994.

Constructeur Kawasaki
Années de production 1987 - 2009
Type Roadster/Sportive
Moteur et transmission
Moteur(s) Bicylindre en ligne, 4T, refroidi par eau
Distribution 2 ACT, 4 soupapes par cylindre
Cylindrée 498 cm3 (74 × 58 mm)
Puissance maximale 60,2 ch à 9 800 tr/min
Couple maximal 4,7 kg⋅m à 8 500 tr/min
Alimentation 2 carburateurs Keihin ∅ 34 mm
Embrayage Multidisque à bain d'huile
Boîte de vitesses à 6 rapports
Transmission Par chaîne
Vitesse maximale 198 km/h
Cadre, suspensions et freinage
Cadre Double berceau
Suspension avant (débattement) Fourche télescopique ∅ 37 mm (140 mm)
Suspension arrière (débattement) Monoamortisseur (100 mm)
Frein avant (diamètre) 2 disques ∅ 270 mm, étriers 1 piston
Frein arrière (diamètre) tambour ∅ 160 mm (avant 1994) puis disque ∅ 230 mm, étrier 1 piston
Poids et dimensions
Roue avant 100/90 x 16
Roue arrière 120/90 x 16
Empattement 1 435 mm
Hauteur de selle 775 mm
Poids à sec 179 kg
Réservoir (réserve) 18 L (2,2 L)

La Kawasaki GPZ 500 est une moto produite par Kawasaki. Elle possède une cylindrée de 498 cm3 pour un bicylindre en ligne dans un moteur quatre-temps. Croisement d'un roadster et d'une sportive, la GPZ figure parmi les plus puissantes des motos de moyenne cylindrée. Elle est toutefois adaptée aux débutants. Le premier modèle est apparu en 1986 et la série a connu un relooking en 1994. La production s'arrête en 2009.

Description modifier

 
GPZ 500 de 1993.

La GPZ 500 a séduit rapidement un public jeune tant pour ses performances sportives que pour son prix attractif. Elle est dotée d'un monoamortisseur, d'un frein avant double-disques, de deux silencieux (ce qui est rare sur des motos de cette cylindrée) et d'un sabot-moteur destiné à protéger le moteur au plus près des roues. Le pilote est positionné assez haut et s'appuie sans excès sur les deux demi-guidons, ce qui permet de tailler la route confortablement. La GPZ accueille sans sourciller un passager. L'un de ses rares défauts réside dans la tête de fourche qui a tendance à vibrer à haut régime. C'est cette bulle qui lui donne son appellation « S » (Sport). La consommation avoisine 4,5 L aux 100 km.

Comportement moteur modifier

Connue pour ses performances sportives, la GPZ 500 possède un moteur vif passé 8 000 tr/min ; il est cependant creux en dessous de 5 000 tr/min.

Notes et références modifier

Sur les autres projets Wikimedia :