Ouvrir le menu principal

Karl Albert von Kamptz

juriste prussien
Karl Albert von Kamptz
KamptzCA.jpg
Karl Albert von Kamptz.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Académie des sciences utiles (d)
LeopoldinaVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Karl Albert Christoph Heinrich baron von Kamptz, né le à Schwerin et mort le à Berlin, est un juriste prussien.

Sommaire

BiographieModifier

Kamptz étudie le droit à l'université de Göttingen (1787-1790) et passe avec succès l'examen d'assesseur en 1790. Il devient membre de la Cour d'appel (Riechkammergericht) à Stuttgart en 1805 puis juge à la Cour d'appel de Berlin en 1811. Il devient directeur du Ministère de l'Intérieur en 1812 puis du Ministère de la Police en 1817. À partir de 1819, après les décrets de Karlsbad, il devient l'un des principaux acteurs de la répression des « démagogues ». À ce titre, il s'oppose, en particulier sur l'affaire Jahn, à Ernst Theodor Amadeus Hoffmann, membre de la Commission spéciale d'enquête contre les organisations et les menées démagogiques (Immediatkommission zur Ermittlung hochverräterischer Verbindungen und andever gefährlicher Umtriebe), qui défend les droits de l'accusé contre les atteintes de Kamptz aux règles du droit. En 1822, Hoffmann le caricature dans Maître Puce sous les traits du personnage de Knarrpanti[1],[2],[3],[4].

Kamptz est surtout connu pour son action dans la répression des mouvements « jacobins » et de la fête de la Wartbourg, qui a vu l'autodafé de livres réactionnaires en 1817. Avec Metternich, il représente ainsi l'un des adversaires les plus déterminées et l'un des principaux persécuteurs de la liberté de la presse instaurée en 1816 par le grand-duc Charles-Auguste de Saxe-Weimar-Eisenach. Toutefois, il rencontre une vive résistance, tant dans le monde littéraire que dans la presse libérale. Ainsi, en 1818, il polémique directement avec Friedrich Förster dans la revue Nemesis sur les conséquences de la fête de la Wartbourg.

Il devient directeur du Ministère de la Justice en 1825 puis ministre de la réforme de la législation en 1832, poste qu'il occupe jusqu'en 1842. De 1829 à 1848, il occupe les fonctions de président de l'Académie des sciences d'utilité publique d'Erfurt, où il succède à Dorotheus Ludwig von Keller.

BibliographieModifier

  • (de) « Kamptz, Karl Albert Christoph Heinrich von », Allgemeine deutsche Real-encyklopädie für die gebildeten Stände, p. 16-17
  • (de) Karl Wippermann, Kamptz, Karl Christoph Albert Heinrich von, dans Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), vol. 15, Duncker & Humblot, Leipzig, 1882, p. 66–75.

Notes et référencesModifier

  1. Theodore Ziolkowski, German Romanticism and Its Institutions, Princeton University Press, 1992, 454 pages, p. 132-134 (ISBN 0691015236).
  2. Edmund Spevack, Charles Follen's Search for Nationality and Freedom: Germany and America, 1796-1840, Harvard University Press, 1997, 312 pages, p. 109-112 (ISBN 0674110110).
  3. Helen Watanabe-O'Kelly, The Cambridge History of German Literature, Cambridge University Press, 2000, 632 pages, p. 264-265 (ISBN 0521785731).
  4. E.T.A. Hoffmann, The Nutcracker and the Mouse King (présentation de Joachim Neugroschel), Penguin Classics, 2007, 240 pages, p. XVII-XVIII (ISBN 0143104837).

Liens externesModifier